Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque national sur l'organisation : L'USFP remet en ordre de marche sa révolution tranquille
Publié dans Libération le 05 - 07 - 2010

Quel constat peut-on tirer du Colloque national sur l'organisation de l'USFP qui s'est déroulé samedi et dimanche derniers au siège du parti au quartier Ryad, à Rabat? Celles et ceux qui ont eu le privilège d'y assister, et ils étaient nombreux à le faire, n'auront pas manqué de relever cette formidable et historique capacité des Ittihadies et des Ittihadis à se remobiliser à chaque fois qu'un danger guette leur foyer. Ils étaient là tous ou presque pour participer à cet exercice de catharsis, que l'USFP a réussi remarquablement, à la faveur d'une réelle mise à plat de ses dysfonctionnements internes et de cet espoir de voir le parti reconquérir la position qui a souvent été la sienne, soit celle de parti leader en pointe dans le combat pour la démocratie, le progrès et la modernité du pays.
Ne perdant pas de vue cet objectif, les Ittihadies et Ittihadis devaient d'abord se parler, échanger, reconnaître leurs divergences somme toutes naturelles, voire polémiquer, pour sortir, comme l'a si bien dit le Premier secrétaire Abdelouahed Radi, en début de colloque, de cet «état d'exception» et entrer de plain-pied dans celui de la «normalité». En bon sociologue, Abdelouahed Radi a d'abord tenté de dissiper les craintes et remonter le moral des troupes. Il a mis les militantes et militants dans une ambiance de confiance en les assurant de l'absence de lignes rouges dans le débat, à condition que ce même débat se déroule dans un climat de confiance réciproque et de quiétude indispensable à cet exercice de fertilisation des idées. «Ce sur quoi nous allons nous mettre d'accord devrait engager tout le monde, nous devrons respecter nos décisions car il y irait du respect de nous-mêmes», a-t-il dit, en introduction à un débat qui allait se révéler un exercice de démocratie réel et peut-être inédit, du moins de ce côté de la pratique partisane internationale.
Changement de cap. Passé ce moment, le Premier secrétaire passe la parole à la Commission préparatoire du Colloque national sur l'organisation, à l'origine de l'excellent projet de Plateforme de débat qui sera soumis à l'appréciation de l'ensemble des militantes et militants du parti. «Ce projet de plateforme s'articule, d'une part, autour de l'organisation interne du parti et, de l'autre, s'intéresse à la réorganisation des relations du parti avec la société», a expliqué Jalil Tolaimate, rapporteur de la Commission préparatoire du Colloque et du Conseil national de l'USFP.
S'agissant d'organisation interne du parti, un constat majeur a été relevé : la non-clarté des attributions des différentes instances du parti. « Ces instances étaient créées sans que des fonctions précises leur soient attribuées, ce qui explique cette interférence dans les prérogatives, au point qu'on ne sait plus qui dans le parti décide de la ministrabilité ou des candidatures à des postes de responsabilité, que ce soit au sein du parti ou dans les institutions de l'Etat», a certifié à «Libé » le rapporteur du Conseil national, Jalil Tolaimate. Le même constat est relevé concernant les postes vacants du parti. «Cela fait deux ans que le poste de responsable du secteur féminin est vacant», fait remarquer M. Tolaimate, qui pointe «une absence de procédure clarifiant la manière avec laquelle ce poste vacant pourrait être comblé».
«Le règlement de ce genre de questions passerait sans doute par la mise en place d'une procédure avec des clauses claires adoptées de commun accord par les militantes et les militants», exhorte un intervenant, estimant que seule cette procédure serait capable d'instituer cette égalité des chances entre tous les Ittihadis et favoriser une concurrence sur la base du mérité, de la compétence et de la contribution que tout un chacun pourrait apporter au parti et au pays plus généralement.
Par ailleurs, la redynamisation des sections du parti a été mise en exergue. Les intervenants ont insisté sur la nécessité de mettre à la disposition de ces sections les moyens nécessaires à leur fonctionnement, partant de la question d'amélioration des structures d'accueil. «Les sections permettent au parti de garder contact avec la population dans les différentes régions du Royaume, il est donc vital pour le parti d'aider ces sections à accomplir leur travail de proximité avec les citoyens. C'est le seul moyen pour le parti de rester en prise avec le peuple», fait valoir un militant de la région Souss-Massa-Draâ, estimant que l'obligation de résultat dépend en grande partie de l'obligation des moyens.
Pour ce qui concerne la question du mode de scrutin, un vif débat a été soulevé. Faut-il adopter le scrutin de liste ou celui uninominal? Les avis étaient partagés. Mais la tendance générale est au scrutin de liste puisque, en dehors des personnes, ce système mettrait en compétition des idées et des programmes dont le parti a grand besoin aujourd'hui. « La proposition phare de ce colloque a été le choix du scrutin de liste qui permettra de gérer nos différences tout en renforçant notre unité », pense Ali Elyazghi, secrétaire général de la Jeunesse Ittihadie.
En ce qui concerne la problématique de la gestion des différences au sein du parti, les participants ont été nombreux à souligner que la question de création de courants est encore prématurée. « Les conditions d'institutionnalisation des courants ne sont pas encore réunies, elle reste tributaire du mûrissement des conditions politiques et organisationnelles à l'intérieur du parti », confirme le rapporteur du Conseil national, Jalil Tolaimate. Une chose, cela étant, est sûre : les avis sont contraires quoique disproportionnés. D'aucuns militants étaient allés jusqu'à dire que « les courants n'existent pas au sein de l'USFP» et «qu'il existe seulement des divergences de points de vue» sur la manière de conduire le parti. D'autres estiment que la question des courants ne devrait pas faire l'effet d'un épouvantail, citant en référence d'autres partis socialistes qui ont adopté, sans problème aucun, l'existence de courants, à la faveur du débat d'idées, cité comme un facteur de progrès et de développement.
Autre point fondamental à avoir été souligné, celui de la nécessité de redynamiser le travail des secteurs du parti : Chabiba, secteur féminin, culture, enseignement, action syndicale, etc. Un redéploiement de l'USFP au niveau de ces secteurs clés est souhaité, au gré de ce projet d'élargissement de la base populaire de l'USFP. Sur ce point précis, un appel a été lancé pour l'ouverture de l'USFP sur de nouvelles catégories socio-professionnelles, en l'occurrence les jeunes entrepreneurs, les acteurs des professions libérales … Une ouverture de l'USFP à gauche a également été soulignée, l'USFP étant le parti satellite autour duquel gravitent plusieurs partis se revendiquant des idéaux de gauche.
Voilà en gros les axes principaux du débat organisé par l'USFP en fin de semaine dernière, et sur lesquels un accord de principe a été obtenu, au gré de ce que les Usfpéistes ont appelé, à juste titre, «un nouveau départ» pour leur parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.