Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le compte à rebours pour l'installation du Conseil économique et social a commencé
Publié dans Libération le 19 - 07 - 2010

Un gros suspense plane sur l'installation du Conseil économique et social, six mois après l'adoption en Conseil des ministres du projet de loi organique relative à cette institution constitutionnelle. Si d'aucuns spéculent sur la fin de ce mois de juillet pour l'annonce de cet événement, probablement à l'occasion de la Fête du Trône (30 juillet), d'autres parient sur l'après Fête du Trône en raison de « difficultés » en rapport avec des tractations autour de la composition de ce Conseil. Une chose, cela étant, reste sûre : syndicats, Chambres professionnelles, partis politiques et autres acteurs de la scène économique et sociale sont unanimes sur l'importance de cette structure. Quel rôle peut jouer ce Conseil dans un Maroc en pleine mutation ? Et quelles seront ses structures, ses attributions et les conditions de sa réussite? Ce Conseil va-t-il se substituer à la Chambre des conseillers ? Ou va-t-il jouer un rôle complémentaire ? «A priori, ce sont deux assemblées ayant des natures et des finalités différentes même si, pour une raison ou une autre, on peut y trouver des représentants issus des mêmes catégories socioprofessionnelles», explique un économiste. Après tout, l'existence, ou la coexistence des deux institutions, ne pose aucun problème. Dans tous les pays qui disposent d'un Conseil économique et social, il y a également une Chambre haute (Sénat), c'est-à-dire l'équivalent de notre Chambre des conseillers.
Maintenant, sur la question des attributions du CES, elles ont été clairement définies par SM le Roi Mohammed VI, dans son neuvième discours du Trône. «Notre confiance dans les instances et autres institutions politiques doit être confortée par notre confiance dans les acteurs économiques et sociaux. Nous entendons que ces acteurs soient des parties prenantes institutionnelles, dans la proposition des politiques économiques et sociales et dans la mise en place d'une instance permanente pour un dialogue social responsable», avait expliqué le Souverain, donnant ainsi un contenu fort à l'article 93 de la Constitution, adoptée en 1996. Cet article dispose qu'il est institué un Conseil économique et social. L'article 94 stipule que le Conseil peut être consulté par le gouvernement, par la Chambre des représentants et par la Chambre des conseillers sur toutes les questions à caractère économique ou social. Le Conseil économique et social assurera une triple mission. Conseiller le gouvernement et participer à l'élaboration de la politique économique et sociale du pays. Favoriser à travers sa composition le dialogue entre les catégories socioprofessionnelles dont les positions, différentes à l'origine, se rapprochent dans l'élaboration de propositions d'intérêt général. Et, enfin, contribuer à l'information des assemblées politiques.
La mise sur pied du CES, appelé à constituer une force de propositions, est tombée à point nommé, dans un pays en pleine transformation, qui vit au rythme des grands chantiers structurants. Ce Conseil servira de boussole pour une économie en développement permanent ; il vient donner une opportunité historique aux acteurs économiques et sociaux, pour apporter plus substantiellement leur pierre à l'édifice du Maroc d'aujourd'hui, qui avance à pas sûrs vers la modernité, la démocratie, et le progrès. Ce sera un baromètre à l'aune duquel se mesureront la valeur, la pertinence et l'impact de toute réforme profonde en matière économique et sociale.
Le Conseil peut s'acquitter de cette mission convenablement, d'autant plus que son statut le met à l'abri de toutes considérations partisanes, ou plus encore politiciennes. Le Conseil compte à ses côtés un autre atout majeur, à savoir le recul et la distance nécessaires à la réflexion, qui est au cœur de sa mission. «Aujourd'hui, le gouvernement et les assemblées politiques travaillent sous la pression du temps, des contraintes externes et internes, et ne disposent pas toujours du recul nécessaire pour préparer le futur qui lui-même est soumis aux aléas des mutations socio-économiques rapides et changeantes. Un des outils qui peut agir comme instrument d'éclairage et d'aiguillon est précisément le Conseil économique et social. Et quant à l'éclairage et l'expertise, il n'y a pas de problème à ce niveau. Le Maroc, fort heureusement, regorge de compétences. Le CES leur offrira une belle occasion de prendre la parole et d'exprimer leurs vocations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.