Sahara : Vers l'ancrage de la position américaine ?    La loi sur les signatures électroniques désormais opérationnelle [Document]    Etats-Unis : Joe Biden a prêté serment    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    HCP : La confiance des ménages toujours en berne    Accord sur l'organisation de la 24ème assemblée générale de l'OMT à Marrakech : La signature est prévue début février    Comité des représentants permanents de l'UA : Le Maroc présent à la 41ème session ordinaire    Le RNI convoque son «parlement»    Détournement de fonds publics : Enquête judiciaire à l'encontre d'un policier à Beni Mellal    L'émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M    Le Roi Mohammed VI reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    L'Italie prendra des actions en justice contre Pfizer    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    Honorable distinction d'un militant amazigh     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Edito: Le maire doit partir    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président du FC Barcelone mis en examen pour fraude
Publié dans Libération le 05 - 02 - 2015

Le président du FC Barcelone a été mis en examen mardi pour fraude fiscale présumée lors de l'embauche du Brésilien Neymar en 2013, une des acquisitions les plus coûteuses et les plus embarrassantes pour le club catalan.
Josep Maria Bartomeu, le président du Barça, devra expliquer le 13 février devant le juge d'instruction Pablo Ruz à Madrid pourquoi il n'a pas payé 2,8 millions d'euros d'impôts sur un versement de 5 millions à la star brésilienne effectué en 2014, en rémunération de son embauche un an plus tôt.
Cette enquête, qui porte sur des montants sans précédent en Espagne, a déjà poussé à la démission le prédécesseur de Bartomeu, Sandro Rossel, et complique la réélection de l'actuel président à la fin de cette saison.
Le parquet soupçonne le club d'avoir payé beaucoup plus que les 57 millions déclarés au fisc et inscrits dans les comptes 2012-2013 du club.
Dans des réquisitions rendues publiques lundi, le procureur évalue à 82,7 millions d'euros le coût total de l'embauche du joueur du Santos, ce qui avec les 12 millions d'euros d'impôts qui auraient dû, selon lui, être payés au fisc espagnol, porte le total de l'opération à 94,9 millions d'euros.
En mettant Bartomeu en examen, le juge Ruz suit les réquisitions du parquet de l'Audience nationale, spécialisée dans les dossiers complexes. Dans ces mêmes réquisitions, le procureur José Perals Calleja demandait aussi que soient jugés l'ex-président Sandro Rosell, déjà mis en examen, et le club lui-même.
Sandro Rossel est soupçonné de "délit social" pour avoir caché au conseil d'administration de son club le véritable coût du rachat. Le parquet voudrait que Rossel et le FC Barcelone lui-même soient jugés pour fraude fiscale.
Peu avant l'annonce de cette nouvelle mise en examen, le FC Barcelone s'était dit mardi "surpris et indigné" par la demande de renvoi en procès de Sandro Rosell et du club, insistant sur leur innocence.
"Le FC Barcelone espère que le juge d'instruction chargé de ce dossier n'acceptera pas les demandes du Parquet, puisque toutes les démarches menées dans le processus de transfert du joueur ont été suivies, sans volonté d'enfreindre la loi", écrit le club catalan dans un communiqué.
Lors de sa comparution devant le juge en juillet 2014, Sandro Rosell, qui a démissionné de la présidence du club fin 2013, a réaffirmé que l'opération avait coûté 57 millions d'euros, dont 17 millions avaient été payés au Santos, le club brésilien d'origine du joueur, et 40 millions à la société N&N appartenant au père de Neymar.
Mais à sa prise de fonctions en janvier 2014, Bartomeu avait tenté de calmer le jeu en dévoilant que le Barça avait payé des contrats annexes en plus des 57 millions initialement évoqués, pour un total de 86,2 millions d'euros.
Quelques semaines plus tard, le Barça avait annoncé avoir versé 13,5 millions d'euros au Trésor public au titre d'une "régularisation volontaire" de sa situation fiscale.
La perspective d'un procès pèse comme une épée de Damoclès sur Bartomeu, porté à la présidence sans avoir été élu.
Il a été fortement fragilisé par la sanction d'interdiction de recrutement infligée au club jusqu'en janvier 2016, pour des infractions dans les transferts de joueurs mineurs. Ces turbulences, aggravées par une crise interne, l'ont contraint à convoquer des élections anticipées au début de l'été.
"Si le juge donne suite aux réquisitions, +Barto+ devrait se concentrer sur sa défense et ne pas se présenter aux élections", déclarait un membre anonyme de la direction du club, cité par le quotidien El Mundo mardi.
Malgré la récente embellie que connaît le Barça sur le terrain, le risque pour Bartomeu est que les 150.000 "socios" (supporteurs-actionnaires) du club sanctionnent l'actuelle direction. Ce qui pourrait profiter, par exemple, à l'ancien président Joan Laporta (2003-2010), qui a dit envisager de revenir aux affaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.