Principales sociétés cotées : Baisse de la masse bénéficiaire ajustée    Aïd Al Mawlid: le roi Mohammed VI célèbre une veillée religieuse    Les E.A.U. ouvrent un consulat à Laâyoune, un nouveau paradigme se profile    Messages d'Al-Sissi et Kaïs Saïed au roi Mohammed VI    Reconfinement en France: l'essentiel des mesures annoncées (VIDEO)    LDC: vers un nouveau report de Zamalek-Raja?    Aïd Al Mawlid: les autorités de Fès serrent la vis    L'artiste-peintre Mohamed Melehi tire sa révérence    Mortelle incertitude    Evolution du coronavirus au Maroc : 3985 nouveaux cas, 207.718 au total, mercredi 28 octobre à 18 heures    Coronavirus : la France se reconfine    Algérie : Tebboune en Allemagne pour des «examens médicaux»    Les Verts visent l' exploit au pays du Nil    Création d' un centre de contrôle du coronavirus aux JO    Jack Ma, le retraité milliardaire d'Alibaba    Installation des membres de la commission régionale des droits de l'Homme de Casablanca-Settat    CRI de Casablanca-Settat : un plan 2020-2022 qui promet plus de 22.000 emplois directs    Devant le silence du gouvernement, les blouses blanches montent au créneau    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Andalousies Atlantiques d'Essaouira. Une édition 2020 virtuelle    Agadir : Inauguration du 5ème Sela Park    Ahmed Belhassan, PDG des Huileries du Souss, n'est plus    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Le Prix de la littérature arabe : Deux auteurs marocains entrent en lice    Le PLF2021, un projet en deçà des attentes et des défis que le pays affronte    Nos vœux    Communiqué du bureau politique du PPS    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Reda El Hajhouj signe au FUS pour trois ans    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Air Arabia lance une nouvelle liaison au départ de Casablanca    Fitch Ratings: le Maroc perd son «Investment grade»    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ankara à la croisée des chemins entre crise politique et guerre contre le terrorisme
Publié dans Libération le 14 - 08 - 2015

Les Etats-Unis ont utilisé pour la première fois mercredi une base turque pour envoyer des avions bombarder les positions du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie, alors que le président turc Erdogan a réitéré sa "détermination" dans sa "guerre contre le terrorisme" visant les rebelles kurdes et l'EI.
"Aujourd'hui, les Etats-Unis ont commencé des missions avec pilote contre l'EI depuis la base aérienne d'Incirlik, en Turquie. Des frappes ont été menées", a déclaré la commandante Elissa Smith, porte-parole du Pentagone.
Selon elle, ces missions font suite au feu vert donné en juillet par Ankara aux Américains pour utiliser cette base du sud du pays pour mener l'offensive contre l'EI en Syrie.
Jusqu'à présent, la coalition menée par les Américains n'avait utilisé la base turque d'Incirlik que pour envoyer des drones en Syrie tandis que ses avions de chasse s'élançaient de porte-avions ou d'autres sites militaires dans la région.
Membre de l'Otan, la Turquie avait jusqu'à récemment refusé de participer aux opérations de la coalition contre l'EI, de peur de favoriser l'action des Kurdes de Syrie combattant sur le terrain les jihadistes à proximité de sa frontière.
Mais l'attentat survenu le 20 juillet à Suruç (sud), qui a fait 32 morts et attribué à l'EI, a changé la donne et contraint Ankara à effectuer un tournant stratégique.
S'exprimant devant un parterre d'élus locaux réunis dans son palais à Ankara, le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a promis mercredi de poursuivre avec "détermination" les opérations armées contre les rebelles en Turquie, confrontée à une vague de violences.
La guérilla du PKK est dans la ligne de mire de la Turquie, qui a lancé le 24 juillet une "guerre contre le terrorisme".
Officiellement, si l'armée vise à la fois les rebelles kurdes et les combattants du groupe Etat islamique (EI), dans les faits, les raids ciblent essentiellement les bases arrières du PKK en Irak.
Sur le terrain, les accrochages, désormais quotidiens depuis trois semaines entre les forces d'Ankara et les rebelles kurdes, se sont poursuivis mercredi.
Dans la région d'Hakkari, à la frontière avec l'Iran et l'Irak, des policiers turcs et des militants kurdes se sont affrontés mercredi après les funérailles d'un responsable du PKK, tué dans des combats avec l'armée la veille.
Un autre rebelle du PKK a été tué dans l'est et 20 autres se sont rendus à l'armée dans le sud-est, a précisé l'état-major turc, tandis qu'un soldat est mort dans une attaque à la roquette près de Diyarbakir (sud-est). Outre les violences, la Turquie, privée de gouvernement depuis les législatives du 7 juin, est en proie à une crise politique.
L'AKP a entamé le 13 juillet des pourparlers avec le parti social-démocrate CHP, deuxième force du Parlement, pour trouver un accord sur un gouvernement de coalition avant le 23 août. En cas d'échec, le président convoquera de nouvelles élections.
Le Premier ministre en exercice, Ahmet Davutoglu, et le chef du CHP, Kemal Kiliçdaroglu, devaient se rencontrer une dernière fois jeudi après-midi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.