Des directives pour protéger l'ordre public économique    Centres d'appels: «Nous contribuons à relever les minima sociaux du pays»    Réalité virtuelle: La technologie du vidéo gaming s'invite dans la formation    Irrigation: Une solution pour économiser l'eau    Les Algériens défilent toujours    Brèves    Météo: le temps qu'il fera ce jeudi au Maroc    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Affaire "Hamza mon bb": le hacker condamné n'en a pas fini avec les ennuis    Tunisie: la composition du nouveau gouvernement annoncée (VIDEO)    Le Maroc tance de nouveau Amnesty International    Nasser Bourita : les relations maroco-mauritaniennes sont à leur meilleur niveau    Examen des relations entre le Maroc et la région de Valence    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    La Côte d'Ivoire inaugure son consulat général à Laâyoune    Ligue des champions : Dortmund et Atlético s'en tirent à bon compte    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Divers Economie    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Le Maroc se porte candidat pour organiser la finale de la Ligue des Champions africaine 2020    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    OMS : la pneumonie Covid-19 s'avère bénigne dans quatre cas sur cinq    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Bourita : Le Sahara marocain est un « pôle de coopération Sud-Sud »    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les oasis marocaines face aux changements climatiques
Publié dans Libération le 13 - 06 - 2016

Si la région du Sud-est est au centre de nombreux projets pour son adaptation aux changements climatiques, c'est parce que les facteurs naturels et humains contribuant à la dégradation de l'écosystème oasien sont des plus importants. A la veille de la COP 22, prévue en novembre prochain à Marrakech, le sujet requiert une grande importance.
L'Association Oasis Ferkla pour l'environnement et le patrimoine (AOFEP) tient au terme de son projet «Gouvernance hydrique dans l'espace oasien» à partager son expérience avec des partenaires et différents intervenants, mais aussi à présenter les résultats, l'approche ainsi que l'impact direct et indirect d'un tel projet sur le terrain, en particulier sur le mode de comportement des populations. Son atelier national, organisé dernièrement à Errachidia, a été une occasion de faire le point sur l'état des oasis marocaines et la question hydrique.
Elaborer un projet relatif à plusieurs provinces oasiennes, telles que Figuig, Errachidia, Midelt, Tinghir, Ouarzazate, Zagora et Tata, ne présente pas que des avantages de similitude, mais également des contraintes et des spécificités culturelles relatives à la nature de chaque région. La dégradation des oasis, le tarissement des sources d'eau, l'exploitation abusive des ressources hydriques, la sécheresse, l'immigration due aux changements climatiques... autant de problèmes auxquels on devrait faire face...mais de manière rationnelle et compatible.
Ce qui est sûr, selon le président de l'Association, Lahcen Kabiri, c'est que cette zone aussi vaste soit-elle nécessite un mode d'intervention qui prend en compte ces spécificités, mais aussi la nature de l'espace oasien. D'où l'implication de la société civile oasienne dans l'appropriation de la thématique hydrique dans ces zones, ainsi que sa qualification à accompagner les politiques publiques. De même qu'elle est appelée à élaborer des projets adéquats à même de contribuer à une meilleure gouvernance des ressources hydriques.
Le processus de concertation et de plaidoyer associatif et civil mené à l'initiative de l'AOFEP a ainsi abouti à l'élaboration d'un document compilant des recommandations adressées aux institutions étatiques, gouvernementales, élus... Une recommandation majeure : la révision de l'actuelle loi sur l'eau, qui doit respecter les spécificités régionales, naturelles, culturelles ...
La nouvelle loi préconise d'adopter le mécanisme de consultation et de concertation avec la société civile dans la gestion de l'eau, de créer une police de l'eau avec des attributions à même de lui permettre d'intervenir sur le champ, de réexaminer la stratégie de gestion des ressources hydriques et adapter la législation nationale de l'eau à la réalité des oasis marocaines et des politiques publiques, de considérer le problème de l'eau comme un problème politique inhérent aux oasis et à la stratégie de développement du Sud-est et d'abolir la gratuité de l'utilisation de l'eau pour les institutions et les établissements de l'Etat.
Certes, cette région requiert un intérêt très particulier afin de préserver les ressources hydriques et par là même la sécurité alimentaire des citoyens de ces provinces quasi-désertiques. Mais encore faut-il que toutes les politiques soient mises en application dans un sens d'intégration, de coopération et d'engagement. Les membres de l'Association AOFEP sont conscients que certaines initiatives ont été des plus utiles, en particulier l'aménagement d'un ensemble de barrages, en l'occurrence Mansour Dahbi à Ouarzazate, Hassan Addakhil à Errachidia ainsi que la construction en cours du barrage Timqit à Tinejdad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.