La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les oasis marocaines face aux changements climatiques
Publié dans Libération le 13 - 06 - 2016

Si la région du Sud-est est au centre de nombreux projets pour son adaptation aux changements climatiques, c'est parce que les facteurs naturels et humains contribuant à la dégradation de l'écosystème oasien sont des plus importants. A la veille de la COP 22, prévue en novembre prochain à Marrakech, le sujet requiert une grande importance.
L'Association Oasis Ferkla pour l'environnement et le patrimoine (AOFEP) tient au terme de son projet «Gouvernance hydrique dans l'espace oasien» à partager son expérience avec des partenaires et différents intervenants, mais aussi à présenter les résultats, l'approche ainsi que l'impact direct et indirect d'un tel projet sur le terrain, en particulier sur le mode de comportement des populations. Son atelier national, organisé dernièrement à Errachidia, a été une occasion de faire le point sur l'état des oasis marocaines et la question hydrique.
Elaborer un projet relatif à plusieurs provinces oasiennes, telles que Figuig, Errachidia, Midelt, Tinghir, Ouarzazate, Zagora et Tata, ne présente pas que des avantages de similitude, mais également des contraintes et des spécificités culturelles relatives à la nature de chaque région. La dégradation des oasis, le tarissement des sources d'eau, l'exploitation abusive des ressources hydriques, la sécheresse, l'immigration due aux changements climatiques... autant de problèmes auxquels on devrait faire face...mais de manière rationnelle et compatible.
Ce qui est sûr, selon le président de l'Association, Lahcen Kabiri, c'est que cette zone aussi vaste soit-elle nécessite un mode d'intervention qui prend en compte ces spécificités, mais aussi la nature de l'espace oasien. D'où l'implication de la société civile oasienne dans l'appropriation de la thématique hydrique dans ces zones, ainsi que sa qualification à accompagner les politiques publiques. De même qu'elle est appelée à élaborer des projets adéquats à même de contribuer à une meilleure gouvernance des ressources hydriques.
Le processus de concertation et de plaidoyer associatif et civil mené à l'initiative de l'AOFEP a ainsi abouti à l'élaboration d'un document compilant des recommandations adressées aux institutions étatiques, gouvernementales, élus... Une recommandation majeure : la révision de l'actuelle loi sur l'eau, qui doit respecter les spécificités régionales, naturelles, culturelles ...
La nouvelle loi préconise d'adopter le mécanisme de consultation et de concertation avec la société civile dans la gestion de l'eau, de créer une police de l'eau avec des attributions à même de lui permettre d'intervenir sur le champ, de réexaminer la stratégie de gestion des ressources hydriques et adapter la législation nationale de l'eau à la réalité des oasis marocaines et des politiques publiques, de considérer le problème de l'eau comme un problème politique inhérent aux oasis et à la stratégie de développement du Sud-est et d'abolir la gratuité de l'utilisation de l'eau pour les institutions et les établissements de l'Etat.
Certes, cette région requiert un intérêt très particulier afin de préserver les ressources hydriques et par là même la sécurité alimentaire des citoyens de ces provinces quasi-désertiques. Mais encore faut-il que toutes les politiques soient mises en application dans un sens d'intégration, de coopération et d'engagement. Les membres de l'Association AOFEP sont conscients que certaines initiatives ont été des plus utiles, en particulier l'aménagement d'un ensemble de barrages, en l'occurrence Mansour Dahbi à Ouarzazate, Hassan Addakhil à Errachidia ainsi que la construction en cours du barrage Timqit à Tinejdad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.