Elle est décédée mardi soir : Zhour Maamri s'en va    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Législation : Un bilan maigre se profile    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'œuvre de Maria Kermadi, une impressionnante peinture géométrique
Publié dans Libération le 26 - 05 - 2017

Décidément, l'artiste-peintre franco-marocaine Maria Kermadi est une contemplative en mouvement. Ses tableaux suggèrent une promenade au milieu des mythologies anciennes et dans les religions pour repenser poétiquement la question de la fertilité et de la fécondité à l'aune des préoccupations actuelles.
La dernière série d'œuvres de Maria Kermadi instille un sentiment à la fois de proximité magique, invisible et insoupçonné chez l'observateur. Un motif à déloger des yeux, si noble que l'on a du mal à l'imaginer présent, noyé dans telle ou telle surface. Mais, il faut s'approcher d'une toile, transformer son regard en objectif et zoomer sur un détail pour se rendre compte de la variété des plans accidentés. Chaque parcelle de la toile est minutieusement traitée, chaque centimètre carré vit. «Si son souffle se déploie dans toute sa splendeur aujourd'hui dans l'abstrait, on ne peut pas parler pour autant de rupture avec ses premières créations figuratives. La peinture de Maria Kermadi est une construction patiente et passionnante faite d'enroulements tel un ressac se brisant constamment sur les parois de son âme sensible. La technique de la période académique est toujours présente et soutient en profondeur les émotions les plus explosives», note le critique d'art Lahsen Bougdal. Tout se passe comme s'il fallait conjurer un péril en évitant l'insistance d'un motif si familier et connoté. Du décor ou du sujet, pas de frontière. Tout élément s'imbrique dans l'autre, en une force d'engrenages parfaitement huilés. Pointes de surréalisme et touches de symbolisme constellent l'œuvre hors du champ commun. Nous sommes ici dans le domaine de l'ornement revisité sans tabou. L'artiste donne ainsi naissance à des œuvres susceptibles de transporter tout regardeur. La technique que notre peintre déploie dans la distribution des éléments rend ses œuvres très attractives. Celle-ci pourrait être comprise comme une rationalisation de l'espace. Toutefois, la spontanéité et la liberté se dégagent de ses œuvres. Car la valeur intrinsèque de chacune d'elles s'additionne aux autres et toutes s'enrichissent mutuellement. Ces pièces font foi d'une leçon de peinture différente et d'une harmonie qui crée une façade et une nouvelle entité. Tout d'abord, il s'agit d'une fête de couleurs. Lyrique, Maria est, comme tous les artistes peintres dignes de ce noms, un abécédaire de couleurs, toutes plus éclatantes les unes que les autres dans leurs relations tonales, dans le vocabulaire des formes et des signes qui les redessinent, les emprisonnent ou les exposent car les figures font corps avec la nature, étonnants et chatoyants paysages édéniques. Elle est une virtuose et son jeu est sensible. Ceci s'applique en fonction des stratégies mises en œuvre pour chaque tableau et du plus ou moins grand tressage des éléments en présence. Selon le critique d'art Lahsen Bougdal, le travail de Maria est documenté et structuré où elle reprend cette allégorie consacrée dans les mythologies anciennes et dans les religions pour repenser poétiquement la question de la fertilité et de la fécondité à l'aune des préoccupations actuelles. «Cette image des divinités qui précède les dieux masculins des religions abrahamiques convoquée dans l'espace pictural, n'est pas sans nous rappeler la volonté de l'artiste de revenir sur la place des femmes dans les sociétés d'aujourd'hui. Le sujet est servi par une peinture géométrique où la pureté de la couleur claire et la force du violet se côtoient harmonieusement», conclut-il. Pour ce dernier, l'ensemble rehaussé par la feuille d'or fait écho à la somptuosité magistrale d'un Klimt. Une œuvre où la connexion de la poésie des triangles et les vibrations intérieures de l'artiste, témoignent d'une grande spiritualité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.