"Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux fait réagir Afriquia    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    Discrimination juridique envers les enfants nés hors mariage    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Checkinfo: «Les usagers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés»    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump garde l'accord sur le nucléaire iranien
Publié dans Libération le 19 - 07 - 2017

Poursuivant la politique de son prédécesseur Barack Obama, Donald Trump a décidé lundi de préserver l'accord sur le programme nucléaire iranien, mais le président américain va imposer à Téhéran de nouvelles sanctions pour ses missiles balistiques et ses actions au Moyen-Orient.
Succès majeur de la diplomatie Obama et réussite de la politique internationale de non-prolifération, l'accord sur le nucléaire iranien, connu sous son acronyme JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action), avait été signé en grande pompe le 14 juillet 2015 à Vienne par l'Iran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).
Alors que durant sa campagne le candidat Trump avait promis de "déchirer" le "pire" accord jamais paraphé par les Etats-Unis, son administration a admis lundi soir que Téhéran "remplissait les conditions" du texte prévoyant un contrôle international de la nature pacifique du programme nucléaire en échange d'une levée progressive des sanctions qui étranglent l'économie iranienne.
Depuis que cet accord est en vigueur, le 16 janvier 2016, l'administration américaine doit tous les 90 jours le "certifier" auprès du Congrès. C'est-à-dire attester que Téhéran en respecte les termes.
Le gouvernement Trump l'avait "certifié" une première fois en avril dernier et devait le refaire ce 17 juillet. En mai, le milliardaire républicain avait même poursuivi la politique du démocrate Obama de levée des sanctions liées au nucléaire. Son administration avait toutefois lancé au printemps un réexamen, toujours en cours, de sa position sur le JCPOA.
Mais M. Trump s'est pour l'instant bien gardé de sortir de ce texte majeur pour la diplomatie mondiale et la non-prolifération. Un compromis négocié pendant trois ans, après des périodes de crises qui avaient failli conduire à la guerre dans les années 2000.
La décision positive était largement attendue, Washington ne voulant pas risquer de se mettre à dos les autres pays signataires. En outre, l'autorité onusienne de surveillance du JCPOA, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), avait félicité en juin l'Iran pour le respect de ses engagements (démantèlement des deux tiers de ses centrifugeuses, renoncement à 98% de son stock sensible d'uranium et bétonnage du coeur de son réacteur à eau lourde).
Mais les relations avec l'Iran sont de nouveau extrêmement tendues et la justice iranienne a condamné ce week-end un Américain à dix ans de prison pour "infiltration".
En conséquence, les Etats-Unis ont indiqué - comme ce fut le cas en mai - que d'autres mesures punitives seraient imposées à l'Iran pour ses missiles balistiques et ses actions "déstabilisatrices" au Moyen-Orient. "Nous prévoyons la mise en oeuvre de nouvelles sanctions qui concernent le programme de missiles balistiques iraniens", a souligné l'un des responsables de la Maison Blanche.
En outre, le Sénat avait voté en juin un projet de loi pour punir Téhéran pour son "soutien à des actes terroristes internationaux". Le département d'Etat continue aussi, depuis 1984, de considérer la puissance régionale chiite comme un "Etat soutenant le terrorisme".
"L'Iran demeure l'une des plus dangereuses menaces pour les intérêts des Etats-Unis et pour la stabilité régionale", a tonné l'un des responsables de l'administration Trump.
Le nouveau président américain a déjà pris le contre-pied de Barack Obama en resserrant les liens avec l'Arabie Saoudite sunnite et en appelant à "isoler" le rival iranien chiite. Washington accuse depuis six mois Téhéran d'être une "menace" régionale, qui "déstabilise" directement ou via des groupes "terroristes" la Syrie, l'Irak, le Yémen ou le Liban
"Le président (Trump) et le secrétaire d'Etat (Rex Tillerson) estiment que ces activités iraniennes sapent gravement l'objectif (de l'accord) qui devait contribuer à la paix et à la sécurité régionales et internationales", a souligné un cadre américain.
Ce qui fait dire à Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne de passage lundi à l'ONU à New York, que l'administration Trump envoie des "signaux contradictoires" sur la volonté des Etats-Unis de respecter l'accord sur le long terme.
Même s'il est décrié à la Maison Blanche, le JCPOA garde nombre de partisans à Washington chez les démocrates mais aussi parmi les républicains, chez des diplomates comme chez des militaires. Il a permis de "supprimer une menace existentielle sur les Etats-Unis et leurs alliés", avait ainsi vanté vendredi le groupe de pression Diplomacy Works, fondé par l'ancien secrétaire d'Etat John Kerry.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.