Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Chaleur : Comment rafraichir vos animaux de compagnie    Un voyage dans les tréfonds de la peinture marocaine!    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Charlize Theron dénonce les conditions de tournage de "Braquage à l'italienne"    Réouverture des salles de sport    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Le Bayern et le Barça en quart !    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean Zaganiaris en dédicace au Salon du livre
Publié dans Libération le 13 - 02 - 2018

A l'occasion du 24ème Salon international de l'édition et du livre de Casablanca,
Jean Zaganiaris était samedi à la rencontre de ses lecteurs pour une séance de dédicaces de son livre «Parlez-moi de Littérature» (Edition Marsam).
Sociologue, enseignant chercheur et l'un des principaux fondateurs du Cercle de Littérature Contemporain, Jean Zaganiaris est un fin connaisseur de la littérature marocaine contemporaine. Dans son livre qui regroupe un ensemble de chroniques, il nous embarque dans un long voyage au cœur de la littérature marocaine et nous livre son propre regard sur le champ littéraire marocain. ««Parlez-moi de Littérature» est un beau morceau de chronique littéraire. Ce recueil, qui s'emboîte dans les deux précédents, «Queer Maroc» (Ed Des ailes sur un tracteur, 2013) et «Un printemps de désirs» (Ed La croisée des chemins, Casablanca, 2014) rapproche Jean Zaganiaris de la multitude et de la réussite littéraire», écrivait l'auteur marocain Mamoun Lahbabi dans une chronique publiée dans Libé. «Affûté d'un regard de sociologue, il use du langage avec finesse pour faire de la chronique littéraire une porte grande ouverte vers les auteurs dont il fréquente assidûment les œuvres et envers lesquels sa curiosité semble inépuisable», disait-il.
Dans ses chroniques, Zaganiaris privilégie souvent les détails les plus anodins. Les titres mêmes des textes, souvent parodiques, expriment ce qu'il y a d'indicible, dans les blessures les plus intimes : «Cette vie qui nous consume», «De battre mon cœur s'est arrêté», « La vie n'est pas ailleurs », « Je t'aime Mélancolie », « Le Printemps arabe, un opéra fabuleux ? », « Lorsque la mort vient caresser la vie ». Il n'est donc pas du tout étonnant que l'auteur s'intéresse, à plusieurs reprises, à l'un des sujets les plus tabous et les moins représentés de la littérature contemporaine: celui du handicap. Les chroniques consacrées aux ouvrages de Badreddine Aitlekhoui, «Momo, je m'appelle. Autiste je suis…» ; de Jamal Berraoui, «Yasmine, 19 ans, trisomique, bachelière» ou de Fatima Lemrini El Ouahabi et Mohamed Hamadi Bekouchi, «Le Maroc des handicapés, entre souffrances et aspirations», rappellent qu'avant d'être un génie du style, un écrivain se distingue tout d'abord par l'empathie qui est la sienne à l'égard de ses compatriotes privés du pouvoir de verbaliser la souffrance et de la sublimer. La richesse de la littérature, écrit justement l'auteur, «est avant tout d'être inclusive».
Pour Mamoun Lahbabi, «il faut saluer le travail de Jean Zaganiaris, sa large connaissance de la littérature marocaine d'expression française, reconnaître son mérite de remuer le nécessaire débat autour du roman». «Jean Zaganiaris est complice autant de l'auteur que du lecteur. En habillant les textes, ses commentaires agitent un univers qui ne peut progresser dans le silence de la critique et l'indifférence de l'observateur», souligne-t-il. Et d'ajouter : «la noce littéraire a besoin de voix pour mieux résonner, pour aller encore plus loin ; elle a aussi besoin de générosité et d'engagement pour mieux répandre les saveurs somptueuses du banquet littéraire».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.