65è anniversaire de la création des FAR : SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Des eurodéputés lancent une procédure contre les pratiques illégales d'usurpation menées par le polisario et l'Algérie    Cérémonie à la première base aérienne de Salé à l'occasion du 65-ème anniversaire de la création des FAR    Santé connectée: A consommer avec modération !    Rappel : dimanche 16 Mai, retour à l'heure d'été (GMT+1)    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Podcast: Punk, en toute transparence    Melilla : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Romelu Lukaku et Achraf Hakimi mis à l'amende par les carabiniers    Juve – Inter : Le Lion de l'Atlas, Achraf Hakimi veut tout dévorer    Football : Le Borussia Dortmund vainqueur de la Coupe d'Allemagne    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Les pays en développement face aux défis de la reprise post-Covid    Technopark et le Cluster Solaire promeuvent l'entrepreneuriat    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Afghanistan : les Etats-Unis se retirent d'une des plus importantes bases    L'ancien détenu A. A. a bien livré des armes à une organisation djihadiste (Fondateur du mouvement des Moujahdines)    L'administration pénitentiaire pointe la gestion intégrée des soins de santé en milieu carcéral en 2020 (rapport)    Ch'hiwa Maâ Choumicha: Testez les petits sablés aux amandes et à la pâte à tartiner !    Campagne de don sang : L'Académie royale militaire de Meknès se mobilise    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Météo/Maroc: temps peu nuageux au Royaume ce vendredi    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La responsabilité n'incombe pas seulement aux changements climatiques : La région de Tétouan-Tanger submergée
Publié dans Libération le 11 - 02 - 2009

Décidément, le calvaire continue…. Les fortes précipitations enregistrées à l'échelle nationale auront emporté de nombreuses vies humaines. Actuellement, le ministère de l'Intérieur parle de 24 personnes décédées depuis le 31 janvier, suite à ces fortes pluies. De nombreuses terres ont été submergées par les eaux ; plusieurs milliers d'hectares ont été inondés. Alors que les pluies devraient augurer de bonnes récoltes, c'est l'inverse qui se produit. Des populations isolées, des maisons qui s'écroulent, des routes qui se détériorent, des usines qui se retrouvent inondées et des terrains qui s'effondrent… Une véritable hécatombe et la liste des dégâts matériels et de victimes ne cessent de s'allonger.
L'amélioration climatique que connaît le pays aujourd'hui ne cache pas les séquelles des intempéries. La population, entre résignation et colère, se pose tout de même des questions : à quoi est dû ce chamboulement du climat ? Risque-t-on de revivre les mêmes scénarii ? Les inondations sont-elles imputables aux changements climatiques ? L'aménagement territorial prend-il réellement en compte les risques d'inondations ? C'est notamment à ces questions qu'ont tenté de répondre les chercheurs et scientifiques réunis autour d'une table ronde, samedi 7 février courant à Tétouan. Organisée par le club « Santé et Environnement » de l'Association Tétouan-Asmir, cette rencontre avait pour objectif de faire le point sur les inondations que connaît la région Tanger-Tétouan depuis septembre 2008. Il faut dire que la région Nord du Royaume a payé un lourd tribut à la suite des intempéries et des fortes précipitations. Une année dite « exceptionnelle » que la population n'oubliera pas de sitôt….
Entre la nuit du 27 au 28 septembre, à Fnideq, 80 mm de pluies ont été enregistrés en l'espace de 45 minutes, soit une augmentation de 50% de la pluviométrie locale. Le 23 octobre 2008, un jeudi « noir » qui restera longtemps gravé dans les mémoires : 100 mm de pluies en 24 heures. Les pluies ont créé une panique sans précédent au niveau des villes de Tétouan et Tanger mais également dans les villages et douars environnants. Les pluies torrentielles ont occasionné des crues affectant même les classes scolaires en plein centre-ville jugées jusque-là à l'abri de telles catastrophes. Les commerçants auront enregistré, des pertes menant parfois à la fermeture définitive. A Tanger, les dégâts étaient beaucoup plus importants. En l'espace de cinq heures, 176 mm de pluies avaient été enregistrés soit 10 millions de m3 d'eau et ce sont les zones industrielles « Moghogha » et « Majd » qui ont été touchées de plein fouet. Plus de 150 usines ont été sinistrées et les dégâts matériels se sont chiffrés à plus de 700 millions de dirhams investis pendant plusieurs dizaines d'années et qui ont été perdus en l'espace de quelques heures.
Depuis début janvier, c'est le même scénario. Les pluies diluviennes ont occasionné crues et inondations. Les constructions près des principaux cours d'eau sont menacées. La Faculté des sciences, comme le rappelle le Pr. Targuisti, a déjà subi plusieurs dégâts lors des principales crues de l'Oued Martil (en 1990 et en 2000). De nombreux stocks de produits et matériels utilisés dans les laboratoires de recherche ont été sérieusement endommagés et définitivement perdus. Les routes longeant les cours d'eau sont également menacés lors des fortes pluies. De plus, comment comprendre que des constructions soient programmées dans des zones dites inondables : immeubles, gare routière…. Tant à Tanger qu'à Tétouan, l'on parle d'intempéries historiques qui nous ont fait comprendre que le Royaume n'était pas à l'abri de bouleversements climatiques oscillant entre périodes de sécheresse et de pluies diluviennes mettant à nu toutes nos infrastructures fragiles.
Existe-t-il des solutions de lutte contre les inondations ? A en croire les spécialistes, plusieurs actions pourraient être menées dans ce sens, à l'image de ce qui se fait à l'étranger en construisant des routes perméables, en ajoutant des tranchées filtrantes, en privilégiant des infrastructures d'infiltration et des revêtements alvéolés, en usant de stockage temporaire sur les toits, entre autres.
Devant cette problématique internationale préoccupante que sont les inondations, le Maroc devrait se diriger vers des actions de prévention, d'anticipation et d'atténuation, car le problème risque de s'aggraver vu les régimes pluviométriques irréguliers. Si d'aucuns imputent les problèmes d'inondations au phénomène de changements climatiques, d'autres préfèrent pointer du doigt, très justement, la pression d'occupation du sol de plus en plus forte au niveau des zones inondables. Les conséquences catastrophiques des inondations sur la région de Fnideq sont dues, en premier lieu, au fait que des habitations étaient construites aux abords même des chaabas. Ici, l'activité humaine perturbe les infrastructures naturelles de drainage… Le risque d'inondation, comme le rappelle M. Benjebara, ingénieur en chef au sein de l'Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos, se crée suite à la concomitance de deux facteurs : le phénomène naturel et l'occupation du sol. Le rôle humain dans l'aggravation des conséquences des inondations est, d'une certaine manière, à ne pas minimiser. Les facteurs aggravant les risques d'inondations sont majeurs : le mauvais usage des lits des oueds, l'existence des obstacles artificiels et l'urbanisation des lits importants.
Si la région du Nord s'apprête à devenir l'une des zones économiques les plus compétitives au niveau international, elle est également l'une des plus menacées par les inondations. Un montant de plus de 220 millions de dirhams aurait déjà été consacré aux travaux d'aménagement des oueds qui menacent les zones industrielles de Tanger. Espérons que d'autres mesures de ce genre toucheront d'autres points noirs.
Malheureusement, comme le répète si justement M. Benjebara, à la suite des inondations catastrophiques, l'homme prend quelques mesures de protection, opère des travaux de réparation mais dès qu'on traverse une période de sécheresse, on oublie les affres des intempéries. Un cercle vicieux qu'il faudrait briser pour mener un travail de réflexion coordonné entre les différentes instances concernées et prendre des mesures efficientes visant à ne plus laisser se reproduire les scénarios-catastrophes qui ont touché l'ensemble du Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.