Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Le Maroc contribue à l'effort mondial    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    Un danger permanent à Casablanca    Salafin : recul de 13% du PNB en 2020    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Collectivités Territoriales: Avec la nouvelle loi, la représentation féminine dépassera 25%    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Sociétés cotées : les secteurs de l'automobile et des télécoms enregistrent une appréciation relative de leurs revenus    10.000 hectares d'arganier à planter à l'horizon 2022    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    De fortes averses orageuses attendues mardi et mercredi    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    L'agriculture marocaine se remet du choc de la sécheresse    Des bus "made in Morocco" bientôt déployés en Afrique    La CGEM veut promouvoir la R&D, l'entrepreneuriat et la formation    Driouech et El Homrani, Catalans et Marocains    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Prolongement du couvre-feu: les propriétaires des cafés en colère    Maroc: les mesures restrictives seront-elles renforcées pendant Ramadan ?    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    L'Irak reçoit ses premières doses de vaccin anti-Covid    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois de prison dont un an ferme    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    Le premier ambassadeur émirati en Israël est entré en fonction    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Samal Esljamova, la surprise venue du Kazakhstan
Publié dans Libération le 21 - 05 - 2018

Inconnue du grand public, voire du monde du cinéma, Samal Esljamova s'est définitivement fait un nom samedi au Festival de Cannes en décrochant le prix d'interprétation féminine pour sa performance choc dans "Ayka" de Sergueï Dvortsevoï. Pendant tout le film, la caméra du réalisateur installé en Russie ne quitte jamais ou presque Ayka, 25 ans, poussée aux dernières extrémités pour survivre, dans un Moscou noyé sous la neige, dans un portrait aux confins du sordide. Violée, elle abandonne son enfant dès les premières images du film, à l'hôpital. Et nous ne la quittons plus pendant 1h40, jusqu'à la scène finale et ses larmes de soulagement, quand elle décide de ne pas obéir et de rompre le destin qui lui semble promis.
Née en Asie centrale, au Kazakhstan, il y a 33 ans, alors que le pays était encore une République soviétique, elle a étudié au GITIS, la fameuse école d'art dramatique de Moscou, de 2007 à 2011. Alors qu'elle est encore étudiante, à 19 ans, elle tourne dans la première fiction de Sergueï Dvortsevoï, "Tulpan", récompensé par le prix Un Certain regard à Cannes en 2008. Mais avec "Ayka" elle franchit une étape: "Samal Esljamova fait quelque chose d'inouï, a salué le site russe Meduza.
Il n'y a jamais eu un tel degré d'authenticité, de douleur contenue et d'énergie dans le cinéma russe depuis longtemps, peut-être jamais". Via de longs plans séquences, la caméra de Dvortsevoï ne quitte jamais Ayka, dans ce squat où elle est hébergée par un marchand de sommeil, dans ce hangar où elle file aussitôt pour aller plumer et vider des poulets, dans une banlieue sombre de Moscou, ou quand elle soulage ses seins douloureux en les vidant de leur lait.
Chaînon invisible d'un sous-prolétariat réduit à un état de quasi-esclavage, la jeune femme, menacée par les prêteurs qui lui ont avancé de quoi acheter une machine à coudre, quand elle rêvait encore d'avoir son propre atelier, enchaîne les petits boulots mal payés. Quand elle est payée. "En fait, avec le réalisateur, nous avions un but et nous voulions l'atteindre, même si cela devait prendre plusieurs années", a plaidé l'actrice en conférence de presse, après avoir reçu son prix: "Nous avions un but pour chaque scène, et c'est ça qui était important pour nous. J'en oubliais même que la caméra était là". "Le but n'était pas de gagner un prix, mais de faire tout pour que le film soit un succès, et que le film soit ce que nous voulions en faire. C'est pour cela qu'il nous a fallu plusieurs années". "Je voulais raconter l'histoire d'une femme et de son enfant", avait expliqué le réalisateur pendant la conférence de presse officielle du film: "Et elle l'a portée de façon incroyable. 80% du scénario s'est en fait écrit au jour le jour, avec Samal.
En fait, après les 20 premières minutes du tournage, le personnage, Ayka, a commencé à vivre sa vie. Elle était vivante, et ni moi ni le chef opérateur ne pouvions plus la contrôler". "Ce qui était très important c'était de savoir si son organisme allait survivre, si elle allait survivre à cet accouchement", a poursuivi le réalisateur, qui a eu l'idée de ce film en lisant une statistique de 2010, et ces 248 bébés abandonnés par des mères venues du Kirghizstan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.