Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Samal Esljamova, la surprise venue du Kazakhstan
Publié dans Libération le 21 - 05 - 2018

Inconnue du grand public, voire du monde du cinéma, Samal Esljamova s'est définitivement fait un nom samedi au Festival de Cannes en décrochant le prix d'interprétation féminine pour sa performance choc dans "Ayka" de Sergueï Dvortsevoï. Pendant tout le film, la caméra du réalisateur installé en Russie ne quitte jamais ou presque Ayka, 25 ans, poussée aux dernières extrémités pour survivre, dans un Moscou noyé sous la neige, dans un portrait aux confins du sordide. Violée, elle abandonne son enfant dès les premières images du film, à l'hôpital. Et nous ne la quittons plus pendant 1h40, jusqu'à la scène finale et ses larmes de soulagement, quand elle décide de ne pas obéir et de rompre le destin qui lui semble promis.
Née en Asie centrale, au Kazakhstan, il y a 33 ans, alors que le pays était encore une République soviétique, elle a étudié au GITIS, la fameuse école d'art dramatique de Moscou, de 2007 à 2011. Alors qu'elle est encore étudiante, à 19 ans, elle tourne dans la première fiction de Sergueï Dvortsevoï, "Tulpan", récompensé par le prix Un Certain regard à Cannes en 2008. Mais avec "Ayka" elle franchit une étape: "Samal Esljamova fait quelque chose d'inouï, a salué le site russe Meduza.
Il n'y a jamais eu un tel degré d'authenticité, de douleur contenue et d'énergie dans le cinéma russe depuis longtemps, peut-être jamais". Via de longs plans séquences, la caméra de Dvortsevoï ne quitte jamais Ayka, dans ce squat où elle est hébergée par un marchand de sommeil, dans ce hangar où elle file aussitôt pour aller plumer et vider des poulets, dans une banlieue sombre de Moscou, ou quand elle soulage ses seins douloureux en les vidant de leur lait.
Chaînon invisible d'un sous-prolétariat réduit à un état de quasi-esclavage, la jeune femme, menacée par les prêteurs qui lui ont avancé de quoi acheter une machine à coudre, quand elle rêvait encore d'avoir son propre atelier, enchaîne les petits boulots mal payés. Quand elle est payée. "En fait, avec le réalisateur, nous avions un but et nous voulions l'atteindre, même si cela devait prendre plusieurs années", a plaidé l'actrice en conférence de presse, après avoir reçu son prix: "Nous avions un but pour chaque scène, et c'est ça qui était important pour nous. J'en oubliais même que la caméra était là". "Le but n'était pas de gagner un prix, mais de faire tout pour que le film soit un succès, et que le film soit ce que nous voulions en faire. C'est pour cela qu'il nous a fallu plusieurs années". "Je voulais raconter l'histoire d'une femme et de son enfant", avait expliqué le réalisateur pendant la conférence de presse officielle du film: "Et elle l'a portée de façon incroyable. 80% du scénario s'est en fait écrit au jour le jour, avec Samal.
En fait, après les 20 premières minutes du tournage, le personnage, Ayka, a commencé à vivre sa vie. Elle était vivante, et ni moi ni le chef opérateur ne pouvions plus la contrôler". "Ce qui était très important c'était de savoir si son organisme allait survivre, si elle allait survivre à cet accouchement", a poursuivi le réalisateur, qui a eu l'idée de ce film en lisant une statistique de 2010, et ces 248 bébés abandonnés par des mères venues du Kirghizstan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.