Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 11 août à 18h    En soutien aux petites entreprises et au commerce : La BERD accorde un financement de 40 millions d'euros au Maroc    Bientôt une usine de production d'acide phosphorique à Jorf Lasfar    Mia la sainte, Mia « la salope »    Les joueurs du club tangérois en confinement : Le match IRT-RSB reporté à une date ultérieure    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Les Eaux Minérales d'Oulmès se renforce en profils internationaux    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Alerte météo : rafales et chute de grêle dans des régions du Maroc    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Fondation Ali Zaoua organise le 1er Festival HipHop On-line    L'AS FAR et le Difaâ se neutralisent    El Ouafi appelle à un mécanisme participatif de dialogue et de concertation    Ça commence à bouger...    Les parents d'élèves rencontrent le Conseil de concurrence    Damane Relance hôtellerie : les critères d'éligibilité    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Hommage aux acteurs de la lutte contre la Covid-19    Fatalisme et fatalité    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Une malade Covid dénonce    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Maigre salaire et grosse déconvenue    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bac, Ramadan et anxiété de la performance ou la nature appréhensive d'un sésame présumé
Publié dans Libération le 29 - 05 - 2018

Cette année, ils sont 440.000 lycéens de première année et de terminale dont 48% de filles, à plancher sur le baccalauréat à travers le Royaume. Pour la cuvée 2018, 100.534 d'entre eux postuleront pour le fameux sésame et passeront l'examen en tant que candidats libres. Plus de la moitié de ce beau monde, soit quelque 245.000 candidats passeront les épreuves technique et scientifique. Selon les autorités, c'es 10% de plus par rapport à l'année précédente. Les dates des épreuves de l'examen national du Bac ont été fixées par le ministère les 5, 6, 7 et 8 juin 2018, tandis que les sessions de rattrapage sont prévues pour les 10, 11, 12 et 13 juillet 2018.
Pour ce qui est des mesures prises afin de prévenir toute tricherie, les plus importantes sont, sans aucun doute, l'imposition d'un document sur l'honneur dûment signé et légalisé ainsi que l'interdiction d'introduire les smartphones dans l'enceinte des 20.830 salles dédiées aux examens des 1500 centres du Royaume.
Mais au-delà de l'aspect technique tournant autour de cet examen qui fait figure de passeport pour un passage vers d'autres cieux, il faut voir en cette période stressante pour les adolescents, une phase importante dans leur vie, car leur futur en dépend. A l'approche des épreuves du mois de juin, alors que d'aucuns peaufinent les derniers détails en potassant leurs fiches, nombre d'adolescents, qu'ils soient ou non de nature appréhensive, se laissent déborder par l'anxiété et souvent cela n'a rien à voir avec leur niveau scolaire, bon ou mauvais fût-il.
En effet, face à cette épreuve à l'enjeu vital, le candidat, impressionné par le caractère solennel de la chose, peut sombrer dans un état d'anxiété voire de panique dû au regard d'autrui. Aussi il aura, en plus de maîtriser son sujet, le devoir de surmonter la crainte de perdre ses moyens, la peur d'échouer et tout un état d'âme qui s'installe parfois bien avant la date du baccalauréat et qui handicape les plus fragiles. Ils développent donc des symptômes invalidants qui ne doivent aucunement échapper à leurs parents qui se doivent d'être plus auprès de leur enfant et l'accompagner au sens large du mot surtout en cette période cruciale.
Son entourage aura donc un rôle déterminant à jouer de par une préparation mentale autant efficace que la maîtrise des sujets révisés et la préparation de l'examen, afin de combattre des préjugés qui pourraient s'avérer catastrophistes pour la suite de l'aventure.
La réussite à un examen se joue rarement en tout ou rien et une mauvaise prestation n'est pas un arrêt de mort, au regard des sessions de rattrapage surtout quand il a été soigneusement préparé. Aussi, il est tout à fait naturel d'être intimidé par ce type de situation. In fine, il ne faudra en aucun cas se laisser aller à l'anxiété de la performance malgré les enjeux qui ouvrent de nombreux débouchés que l'on aura espéré ou pas. Motivation et implication se conjuguant souvent avec les bons résultats, on ne peut que souhaiter bonne chance à nos futurs bacheliers surtout en cette période ramadanesque où une bonne partie de leurs capacités intellectuelles est malmenée par le fait de jeûner et de manquer de calories.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.