L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bac, Ramadan et anxiété de la performance ou la nature appréhensive d'un sésame présumé
Publié dans Libération le 29 - 05 - 2018

Cette année, ils sont 440.000 lycéens de première année et de terminale dont 48% de filles, à plancher sur le baccalauréat à travers le Royaume. Pour la cuvée 2018, 100.534 d'entre eux postuleront pour le fameux sésame et passeront l'examen en tant que candidats libres. Plus de la moitié de ce beau monde, soit quelque 245.000 candidats passeront les épreuves technique et scientifique. Selon les autorités, c'es 10% de plus par rapport à l'année précédente. Les dates des épreuves de l'examen national du Bac ont été fixées par le ministère les 5, 6, 7 et 8 juin 2018, tandis que les sessions de rattrapage sont prévues pour les 10, 11, 12 et 13 juillet 2018.
Pour ce qui est des mesures prises afin de prévenir toute tricherie, les plus importantes sont, sans aucun doute, l'imposition d'un document sur l'honneur dûment signé et légalisé ainsi que l'interdiction d'introduire les smartphones dans l'enceinte des 20.830 salles dédiées aux examens des 1500 centres du Royaume.
Mais au-delà de l'aspect technique tournant autour de cet examen qui fait figure de passeport pour un passage vers d'autres cieux, il faut voir en cette période stressante pour les adolescents, une phase importante dans leur vie, car leur futur en dépend. A l'approche des épreuves du mois de juin, alors que d'aucuns peaufinent les derniers détails en potassant leurs fiches, nombre d'adolescents, qu'ils soient ou non de nature appréhensive, se laissent déborder par l'anxiété et souvent cela n'a rien à voir avec leur niveau scolaire, bon ou mauvais fût-il.
En effet, face à cette épreuve à l'enjeu vital, le candidat, impressionné par le caractère solennel de la chose, peut sombrer dans un état d'anxiété voire de panique dû au regard d'autrui. Aussi il aura, en plus de maîtriser son sujet, le devoir de surmonter la crainte de perdre ses moyens, la peur d'échouer et tout un état d'âme qui s'installe parfois bien avant la date du baccalauréat et qui handicape les plus fragiles. Ils développent donc des symptômes invalidants qui ne doivent aucunement échapper à leurs parents qui se doivent d'être plus auprès de leur enfant et l'accompagner au sens large du mot surtout en cette période cruciale.
Son entourage aura donc un rôle déterminant à jouer de par une préparation mentale autant efficace que la maîtrise des sujets révisés et la préparation de l'examen, afin de combattre des préjugés qui pourraient s'avérer catastrophistes pour la suite de l'aventure.
La réussite à un examen se joue rarement en tout ou rien et une mauvaise prestation n'est pas un arrêt de mort, au regard des sessions de rattrapage surtout quand il a été soigneusement préparé. Aussi, il est tout à fait naturel d'être intimidé par ce type de situation. In fine, il ne faudra en aucun cas se laisser aller à l'anxiété de la performance malgré les enjeux qui ouvrent de nombreux débouchés que l'on aura espéré ou pas. Motivation et implication se conjuguant souvent avec les bons résultats, on ne peut que souhaiter bonne chance à nos futurs bacheliers surtout en cette période ramadanesque où une bonne partie de leurs capacités intellectuelles est malmenée par le fait de jeûner et de manquer de calories.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.