El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Fonds Mohammed VI pour l'investissement : Benchaâboun promet un déploiement rapide    Le bel hommage des joueurs de Naples à Maradona    Rencontre    L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France-Islam : Halte à l'escalade
Publié dans L'observateur du Maroc le 28 - 10 - 2020


Par Ahmed Charaï

Depuis le discours d'Emmanuel Macron lors des funérailles du professeur décapité, la toile est en ébullition. Certains condamnent, d'autres vont plus loin et réclament le boycott des produits français. Les propos du Président français étaient-ils à ce point islamophobes ?
En vérité, Il y a surtout une maladresse quand il affirme que «l'Islam est en crise», constat par ailleurs partagé par beaucoup de musulmans, qui cependant ne veulent pas que les autres s'en mêlent et surtout pas le chef d'un Etat laïc.
D'ailleurs l'essentiel du discours de la Sorbonne était consacré à la laïcité et à sa défense. Ce principe est essentiel dans l'histoire de la France parce qu'il a permis d'en finir avec les querelles religieuses. C'est dans ce cadre que le droit au blasphème existe.
L'émoi suscité par ce discours est surfait et cache mal des considérations géopolitiques, en particulier pour la Turquie, impliquée dans plusieurs conflits et dont les désaccords avec Paris se multiplient. Ankara se saisit de ce thème de l'islam pour faire pression sur la France et créer une diversion vis-à-vis de l'Union européenne, tentée de durcir le ton sur le conflit turco-grec.
Au-delà de ces considérations, la société française a un gros échec dans ses politiques d'intégration. La ghettoïsation de fait rend difficile une simple intégration et illusoire toute assimilation. Quelques courants régressifs jettent de l'huile sur le feu, les uns en agitant l'Islamophobie, les autres en soutenant l'extrémisme.
Mais l'Etat français ne peut être soupçonné de racisme systémique. L'une des erreurs est de vouloir s'immiscer dans l'organisation du culte musulman. C'est une erreur parce que l'Etat laïc n'est pas outillé pour le faire et que cela crée des tensions gratuites. Ainsi, interdire le financement étranger signifie financer le culte, ce qui est contraire à la constitution.
Tous ces aspects sont franco-français. L'émigration massive de ces dernières décennies et le chômage endémique ont créé des sentiments d'exclusion exacerbés par les discours d'extrême-droite. Malheureusement, cet enjeu sociétal est devenu un enjeu politique, électoral. Il risque même d'être le thème essentiel de la prochaine présidentielle. La tempête actuelle n'est pas très rationnelle. Elle conforte une partie de l'opinion publique musulmane dans le refus de l'altérité considérée comme automatiquement belliqueuse.
Ce n'est pas la voie de la raison. Il faut renforcer les échanges entre les civilisations, les cultures, les religions pour pouvoir construire un monde de paix où la mondialisation ne se limiterait plus à la circulation des biens. Les raidissements ne vont pas dans le bon sens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.