Abderrazak Soumah : «Dounia Filali cherche à réhabiliter Ali Aarrass, terroriste et menteur pathologique»    CDG Invest Growth lève un nouveau fonds de Private Equity    Le Maroc coparraine le lancement à Genève d'un guide sur les droits de l'homme    Le Groupe parlementaire du PPS critique une « décision hâtive »    Cycle de conférences et Forum «Morocco 21»    Le Bangladesh en proie aux violences inter-religiueuses    Amical : La sélection marocaine féminine bat l'Atlético Madrid    Tirage des barrages de la CAF : La Renaissance Sportive de Berkane face à une équipe rwandaise pour passer à la phase des poules    Europol annonce 150 interpellations    Deux Marocains sélectionnés pour la Résidence jeunes talents scientifiques africains    Clôture en grande pompe pour la 5ème édition de « WeCasablanca »    A Khemlia, « PORTRAITS DES SULTANS ET ROIS DU MAROC » exposés «chez les artistes»    «Le masque», une nouvelle pièce signée par Naima Zitan    Rabat : Une foule en quête du pass sanitaire au CHU Ibn Sina    Dakhla / Kite Surf : Championnat mondial Prince Moulay El Hassan    Les Etats-Unis dévoilent le plan de modernisation de l'armée marocaine    L'avenir du gazoduc Maghreb-Europe définitivement scellé    Green Middle East Summit : Ryad met sur la table 39 milliards de SAR    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 26 octobre 2021 à 16H00    Nasser Bourita : « Il est temps que le partenariat UA-UE fasse l'objet d'une mise à jour stratégique »    L'ONG TIBU ORGANISE LE PREMIER CONCOURS MAGHREBIN D'INNOVATION    Un PCR négatif suffit pour assister à l'AGO du Raja    Quatre peintres marocaines à la galerie AMBRE ART CENTER    Maroc-Algérie : le doux effet cathartique du Rap    Fluctuation du dirham. La pression des instances internationales pour accélérer la réforme [Par Charaf Louhmadi]    OCP Africa s'associe à l'USAID pour renforcer la sécurité alimentaire au Nigeria    Offensive de charme de l'Union européenne à destination du Maroc    "Trek des Gazelles" : Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    «Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie» : le régime militaire pour sa jeunesse vers le néant    L'Egypte lève l'état d'urgence en usage depuis 2017    Soudan: Washington suspend 700 millions de dollars d'aide    En France, la perpétuité requise contre un dangereux terroriste algérien    Coup d'état au Soudan: La communauté internationale condamne    Six Soudanais et un Burkinabé interpellés : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine entre Nador et Melillia    Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la pilule de Merck, traitement prometteur dont l'examen a débuté en Europe    Un nouveau narco-drone neutralisé à Sebta    Une campagne nationale de sensibilisation démarre ce lundi    Le nombre de Marocains qui utilisent Maroc Telecom    Intelaka, IS, emplois…les grandes lignes du Projet de loi de Finances    PLF-2022: Principaux chiffres de l'intervention de la ministre de l'Economie et des Finances devant le Parlement    Pass vaccinal : Bientôt des éléments de clarification de la part de la CNDP    Réunion, ce jeudi, du Conseil de Gouvernement: Zoom sur la situation épidémiologique    Festival international du film sur l'art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain    La 1ère édition de «Tanja Fraja», les 30 et 31 octobre    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France-Islam : Halte à l'escalade
Publié dans L'observateur du Maroc le 28 - 10 - 2020


Par Ahmed Charaï

Depuis le discours d'Emmanuel Macron lors des funérailles du professeur décapité, la toile est en ébullition. Certains condamnent, d'autres vont plus loin et réclament le boycott des produits français. Les propos du Président français étaient-ils à ce point islamophobes ?
En vérité, Il y a surtout une maladresse quand il affirme que «l'Islam est en crise», constat par ailleurs partagé par beaucoup de musulmans, qui cependant ne veulent pas que les autres s'en mêlent et surtout pas le chef d'un Etat laïc.
D'ailleurs l'essentiel du discours de la Sorbonne était consacré à la laïcité et à sa défense. Ce principe est essentiel dans l'histoire de la France parce qu'il a permis d'en finir avec les querelles religieuses. C'est dans ce cadre que le droit au blasphème existe.
L'émoi suscité par ce discours est surfait et cache mal des considérations géopolitiques, en particulier pour la Turquie, impliquée dans plusieurs conflits et dont les désaccords avec Paris se multiplient. Ankara se saisit de ce thème de l'islam pour faire pression sur la France et créer une diversion vis-à-vis de l'Union européenne, tentée de durcir le ton sur le conflit turco-grec.
Au-delà de ces considérations, la société française a un gros échec dans ses politiques d'intégration. La ghettoïsation de fait rend difficile une simple intégration et illusoire toute assimilation. Quelques courants régressifs jettent de l'huile sur le feu, les uns en agitant l'Islamophobie, les autres en soutenant l'extrémisme.
Mais l'Etat français ne peut être soupçonné de racisme systémique. L'une des erreurs est de vouloir s'immiscer dans l'organisation du culte musulman. C'est une erreur parce que l'Etat laïc n'est pas outillé pour le faire et que cela crée des tensions gratuites. Ainsi, interdire le financement étranger signifie financer le culte, ce qui est contraire à la constitution.
Tous ces aspects sont franco-français. L'émigration massive de ces dernières décennies et le chômage endémique ont créé des sentiments d'exclusion exacerbés par les discours d'extrême-droite. Malheureusement, cet enjeu sociétal est devenu un enjeu politique, électoral. Il risque même d'être le thème essentiel de la prochaine présidentielle. La tempête actuelle n'est pas très rationnelle. Elle conforte une partie de l'opinion publique musulmane dans le refus de l'altérité considérée comme automatiquement belliqueuse.
Ce n'est pas la voie de la raison. Il faut renforcer les échanges entre les civilisations, les cultures, les religions pour pouvoir construire un monde de paix où la mondialisation ne se limiterait plus à la circulation des biens. Les raidissements ne vont pas dans le bon sens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.