Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Afrique. Les tendances migratoires en débat
Publié dans L'observateur du Maroc le 18 - 12 - 2020


CREDIT DR
L'EGE Alumni a organisé le jeudi 17 décembre, à l'occasion de la Journée internationale des migrants un webinaire sous le thème : « Réflexions sur les tendances migratoires africaines dans un monde en mutation ».
Ce webinaire a été l'occasion pour Amal El Ouassif, spécialiste en relations internationales au Policy Center for the New South de rappeler les principales réalisations du Royaume en matière de politiques publiques relatives aux questions migratoires avant de souligner le rôle majeur de sa diplomatie Africaine et Internationale en mettant l'accent sur les opportunités qu'il convient de tirer du potentiel des migrants qui peuvent contribuer significativement au développement de leur pays, et dans ce contexte, au développement du continent.
Invité d'honneur, François Reybet-Degat, Représentant du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés au Maroc a estimé que « l'ambition du Maroc au niveau national et international est très progressiste».
Le Représentant du HCR au Maroc a également affirmé que le Maroc était précurseur et a été un acteur majeur sur la scène internationale, déclarant sur le sujet « Le Maroc a été très impliqué dans la conduite de la Déclaration de New-York et dans la mise place du Pacte Global pour les Migrations ainsi que du Pacte Global pour les Réfugiés (2018) et enfin, pour la tenue pour la première fois dans l'histoire du HCR, d'un Forum Global pour les Réfugiés (fin 2019). »
Pour Reybet-Degat : « le positionnement progressiste du Maroc s'exprime dans l'espace africain, dans le temps, et c'est une trajectoire à un niveau national qui nous offre des repères très porteurs pour la problématique des réfugiés dans un monde qui en manque cruellement ».
De son côté, le Dr. Sara Benjelloun s'est exprimée au sujet de la Stratégie nationale d'immigration et d'asile (SNIA) mise en place par le Maroc en 2013 indiquant que celle-ci « a permis aux immigrés régularisés le droit d'exercer une activité professionnelle sans que le principe de préférence nationale ne leur soit opposé, de scolariser leurs enfants, de se faire soigner ou de créer des associations ou coopératives dans les mêmes conditions que les marocains. »
Toutefois, au niveau Africain, Dr. Sara Benjelloun considère que «le Maroc a su mettre à profit sa nouvelle politique migratoire pour mener un certain nombre d'offensives diplomatiques dont l'objectif a été de se faire reconnaître en tant que leader africain sur les questions migratoires ». Rappelons à ce sujet que le Maroc inaugure aujourd'hui, Vendredi 18 Décembre 2020, l'Observatoire Africain de la Migration.
Intervenant également lors de ce webinaire, le professeur Leonard Wantchekon, Fondateur et directeur de l'Institut de Recherche Empirique en Economie Politique et Professeur à Princeton University, a quant à lui déclaré dans ce sens « Si les migrants peuvent aider financièrement leurs familles restées en Afrique, ils peuvent également apporter des investissements en savoirs et en compétences ».
Le professeur considère que les retours des migrants peuvent apporter une réelle valeur ajoutée au développement socio-économique de leurs pays mais qu'il est important pour les pays africains de faciliter les investissements des membres de leurs diasporas.
En terme de recommandations, le professeur indique qu'il serait préférable de mettre en place des instruments d'épargne commercialisés exclusivement auprès de la diaspora comme des « diaspora bonds » à savoir, la réduction des formalités administratives ; investir dans les transports et les infrastructures pour améliorer la mobilité de la main-d'œuvre ; créer des échanges éducatifs qui encouragent les étudiants universitaires africains à étudier dans d'autres universités à travers l'Afrique et améliorer la facilité de faire des affaires et l'échange de travailleurs à travers les frontières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.