La Commission de l'UA appelée à jouer un rôle dans le renforcement de l' efficacité du Processus intergouvernemental    La Kafala, objet d' une circulaire du procureur général    Nasser Bourita s'entretient avec Olivér Várhelyi    CNSS : Lancement de l'opération d'immatriculation des personnes assujetties à la CPU    600 infractions à la réglementation sur les produits alimentaires constatées durant Châabane    L'activité portuaire poursuit sa tendance baissière à fin mars    L'Agence Bayt Mal Al-Qods abrite une exposition sur la ville sainte    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    L'Egypte réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Le Kremlin juge " positif" que Biden, comme Poutine, souhaite renforcer le dialogue    La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet    L'efficacité des vaccins chinois remise en question    Un sculpteur et les héritiers d'Hergé s ' affrontent sur "l' originalité" de Tintin    Qui est Frank Grillo, le nouveau monsieur muscles de Hollywood ?    "Raya " , "Godzilla vs Kong " : les sorties directes sur petit écran se multiplient    Real Madrid: clap de fin pour Sergio Ramos    Nucléaire : l'Iran a commencé à produire de l'uranium à 60 %    Maroc/Covid-19 : 7 décès et 587 nouvelles contaminations en 24h    Intempéries: Khouribga sous l'eau (PHOTOS)    Coupe de la CAF : Le Raja en Tanzanie sans ses cadres    Il n'y a pas que la Covid-19, Aubameyang hospitalisé à cause de la malaria    Jeux Olympiques de Tokyo / Football : Tirage des groupes le 21 avril    Ramadan 2021 : 2M s'accapare 45% de l'audience télévisuelle en prime time    Quant Ali Aarass fournissait des armes à feu au mouvement des moudjahidines du Maroc    Al Hoceima : un jeune homme rompt son jeûne en public    Tanger: un centre affilié au ministère des Habous vandalisé    Coronavirus : 40 arrestations lors d'une manifestation pour réclamer la tenue des prières surérogatoires, tarâwîh    Le roi Mohammed VI écrit à la reine du Danemark    Maroc : Africa Business School lance à nouveau le mastère spécialisé en action publique    Botola Pro : Le WAC tenu en échec par le MCO    Barça: l'offre de Laporta à Messi    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    La BVC débute en hausse    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    Versement des bourses d'études aux stagiaires de l'OFPPT à partir du 15 avril    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 13 nouveaux pays    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    Covid-19 : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec treize nouveaux pays    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    Un an après le début de la pandémie du Covid-19 au Maroc,Festival du rire de Casablanca : Malgré la pandémie, le rire réunit les Bidaouis !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La paix arabo-israélienne s'étend désormais sur la région d'Est en Ouest
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 12 - 2020


Par Ahmed Charaï et Boaz Bismuth*

L'histoire s'écrit à nouveau alors que le premier vol direct depuis Tel Aviv atterrit mardi à Rabat, la capitale du Maroc. Ce vol est le premier signe visible de la nouvelle relation entre le Maroc et Israël, ouvrant une nouvelle ère de reconnaissance diplomatique.

Le Maroc est désormais le quatrième pays arabe à conclure de nouveaux accords diplomatiques avec Israël en autant de mois. Les Emirats arabes unis ont courageusement ouvert la voie, malgré les menaces de l'Iran et de ses mandataires, en signant un accord de paix avec Israël en septembre 2020, ce qui en fait le premier pays arabe à le faire depuis la Jordanie en 1994. Les Emirats ont été aussitôt suivis par le Bahreïn, le Soudan, et maintenant le Maroc.
La paix entre le Maroc et Israël puise ses racines dans des siècles d'Histoire. Le défunt Roi du Maroc, Hassan II, a travaillé sans relâche pour promouvoir le rapprochement entre Israël et ses voisins arabes. Il a facilité toutes les grandes initiatives de paix, de Camp David dans les années 1970 aux accords d'Oslo dans les années 1990. Dans les coulisses, le Roi Hassan II a joué un rôle moteur pour faire de l'Egypte la première nation arabe à signer un traité de paix avec l'Etat juif. Le Roi Mohammed VI maintient le même engagement à faire progresser le rapprochement israélo-arabe.
Le Roi Mohammed VI a clairement indiqué, à la fois dans des déclarations publiques et lors de conversations avec Mahmoud Abbas, que l'accord de normalisation avec Israël ne signifie pas l'abandon des Palestiniens. Par contre cela signifie que les Palestiniens sont invités à reprendre les négociations, laissant derrière eux le bagage de leurs conditions préalables passées. Les dirigeants israéliens devraient également voir ces percées remarquables comme une opportunité d'apporter de nouvelles idées, s'inspirant du plan américain «Peace to Prosperity» de 2020.
L'accord entre Israël et le Maroc est historique, tout comme les liens familiaux entre les deux pays. Un million d'Israéliens sont soit du Maroc, soit ont eu un parent ou un grand-parent né dans ce pays. Les droits légaux des juifs et des autres minorités religieuses sont garantis dans la constitution marocaine de 2011. Les écoles juives existent toujours dans les grandes villes du Maroc, et les Juifs y étudient librement.
Il y a, bien sûr, une frange de la société marocaine qui rejette cet accord avec Israël, principalement des mouvements islamistes et adeptes de diverses idéologies de gauche. Cependant, des millions de jeunes Marocains en ont assez des idéologies extrémistes et xénophobes et veulent les opportunités et les avantages que seuls la paix et le partenariat peuvent apporter. Ils considèrent Israël comme un partenaire solide pour créer des emplois, accroître les capacités et susciter l'espoir pour leur avenir.
La nouvelle vague d'accords de paix réaligne le monde arabe. Il y a quelques décennies, « de l'océan [Atlantique] au Golfe » était le slogan des nationalistes panarabes pro-soviétiques. Maintenant, ironiquement, le même concept pourrait être utilisé pour décrire le partenariat de forces – de Rabat et Casablanca sur la côte atlantique à Abu Dhabi et Manama sur le Golfe, et avec le Caire, Khartoum, Jérusalem et Amman – qui subissent le radicalisme totalitaire, cette fois dans un costume islamiste, comme une menace commune. Le Maroc, sur le flanc occidental de cette alliance, a une contribution stratégique cruciale à apporter: sa voix respectée de l'islam modéré peut faire une différence dans la lutte idéologique avec les radicaux islamistes en Europe, en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient.
Le nouvel accord maroco-israélien est doublement significatif pour les Marocains car il s'est également accompagné de la reconnaissance par la Maison Blanche de la souveraineté marocaine sur ses provinces sahariennes. Cette étape importante reflète la conscience américaine que Rabat a engagé cent milliards de dollars d'investissements pour sa population sahraouie – tandis que la milice séparatiste du Polisario, soutenue par l'Algérie et ses camps enclavés restent un centre de misère, de souffrance et de terrorisme.
Grâce aux progrès accomplis, les mois à venir offrent aux pays arabes l'occasion d'aider à remodeler le discours et l'ordre du jour internationaux sur le rapprochement israélo-palestinien.
La nouvelle administration Biden peut aider en adoptant une nouvelle approche du rétablissement de la paix qui tire les leçons de la nouvelle vague de résultats diplomatiques. Le moment est venu de tirer parti de la promesse des nouveaux accords – pour tous leurs signataires, les Palestiniens et la région au sens large. Si la vague de rétablissement de la paix se traduit par des avantages tangibles pour la jeunesse arabe, le soutien panarabe à la paix avec Israël ne fera que croître.
Abraham Lincoln avait déclaré: «La meilleure façon de prédire votre avenir est de le créer». Il incombe ainsi aux Américains, aux Arabes, aux Israéliens et à toutes les parties prenantes d'une région sûre et prospère d'appliquer ce principe pour la paix.

(*) Boaz Bismuth est directeur du premier quotidien israélien «Israel Hayom» (Israël aujourd'hui)

LIRE AUSSI
. Entretien exclusif – Jared Kushner : « Le Roi Mohammed VI m'a prodigué d'excellents conseils » en faveur de la paix
. Meir Ben-Shabbat : «Nos pères ont vécu au Maroc dans la sécurité, la sérénité et la prospérité»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.