Le Maroc quitte la compétition la tête haute : Il a difficilement été défait par le Portugal    Elle fait l'actu : Farida Loudaya, ambassadeur du Maroc en Colombie et en Equateur    Le Maroc quitte le Mondial 2018    Iberostar rouvre à Agadir    Le français GFI regroupe ses principales filiales marocaines    Jeune enfance… grande misère    Agents d'autorité: SM le roi veut une rationalisation des ressources humaines    Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal    L'ONU lance le Rapport des Objectifs de Développement Durable 2018    Daroua : Arrestation de 3 pilleurs de câbles électriques en cuivre    Casablanca : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs dont une fille    «Les musiques et les sons aux intersections méditerranéennes» à Essaouira    Célèbre série britannique : «Baghdad Central» en tournage au Maroc    La lutte continue…!    Maroc-Portugal : les compos probables    Afailal: 190 sites menacés d'inondations ont été traités    Audiovisuel : Le CSCA adopte une nouvelle décision relative à la garantie de l'expression pluraliste    El Othmani: « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »    Franc succès de «Mawazine, Le Before »    Ivan Duque, nouveau président de Colombie...    Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»    Les chevaliers des temps modernes    Les Lions pour rééditer l'exploit de 1986    Travailleuses en Espagne : Des actes de mauvais traitement « très isolés » selon Yatim    Le cas ZIANE    Les Etats-Unis claquent la porte du Conseil des droits de l'homme de l'ONU    Malgré la tempête, Trump persiste et signe sur les séparations d'enfants migrants    Kénitra : Un policier contraint de faire usage de son arme de service pour arrêter six criminels    Un navire des garde-côtes italiens accoste avec plus de 500 migrants en Sicile    Armes chimiques : Une réunion de haut niveau à Marrakech    El Othmani : Les accords de libre-échange ont grandement profité aux exportations marocaines    Aïd Al-Adha : Les vétérinaires veulent « collaborer efficacement » avec l'ONSSA    Un élève auteur d'une agression contre un surveillant d'examens à Salé    Si la Selecção est un serpent...coupons-lui la tête    Polémique    Mondial 2018: La Russie s'impose face à l'Egypte (3-1)    48ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Edito : We Casa ?    (Vidéo)Auto-emploi: Zoubida donne l'exemple    Facebook partenaire de Maroc Cultures pour Mawazine    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Souss-Massa : Une délégation du Conseil régional prospecte à San Pedro    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La barbarie et les droits de l'homme
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 02 - 2018


Ahmed Charaï
Les chaînes américaines ont diffusé une image saisissante, fruit d'un télescopage de deux événements liés à la même tragédie. Celle de la fusillade perpétrée dans un collège dans l'Etat de Floride, qui a fait dix-sept victimes innocentes. D'un côté, on voyait les obsèques des victimes, des jeunes, beaux et belles, selon leurs photos, souvent souriants, des vies volées, des familles dévastées à jamais, des parents qui n'arrivent même pas à se tenir debout, ni à parler, sans être suffoqués par l'émotion. De l'autre côté, on voyait le meurtrier propre sur sa personne, bien rasé, face à ses juges pour la première comparution, sans le moindre hématome, parce que l'Etat de droit n'a pas laissé place au moindre désir de vengeance, et que c'est bien qu'il en soit ainsi. Cela pose de nouveau la question de la peine de mort. Les abolitionnistes s'appuient sur un argument : la société ne peut pas être barbare, ne peut pas ôter la vie d'un délinquant, quelque soient son ou ses crimes. Subsidiairement, ils utilisent la possibilité d'erreur Judiciaire. Il y a des situations où ce raisonnement ne peut que heurter la sensibilité humaine. Salah Abdesslam est responsable de la mort de 130 personnes, au nom d'une idéologie. Il vivra aussi longtemps que la nature le lui permettra. Il nargue les familles des victimes, l'Etat, la Justice, la société, en refusant de parler. C'est un supplice de plus, pour celui qui a perdu son enfant, juste parce qu'il était dans un concert de musique. Aux USA, un serial killer, condamné à la perpétuité pour 70 meurtres, vient d'en avouer dix-sept autres. L'Etat qui l'a jugé ne pratiquant pas la peine de mort, il restera emprisonné à vie. Des femmes lui proposent le mariage, des livres, des documentaires lui sont consacrés, il a l'impression d'avoir une « reconnaissance », d'être une star, alors qu'il a trucidé, pris la vie, gratuitement. Au Maroc, nous adorons le mimétisme. Il faut abolir la peine de mort, nous dit-on, pour les mêmes motifs soulevés plus haut. Or nous avons, nous aussi, nos barbares. D'abord les terroristes, qui professent des théories glaçantes sur l'assassinat de masse et qui n'ont aucun respect pour la vie humaine, y compris celle des enfants. Et puis, il y a les pédophiles, ces monstres qui violent et tuent des enfants, comme le cas de celui de Taroudant, qui en a assassiné une vingtaine. En quoi la vie de ces barbares aurait-elle plus d'importance que celle d'un enfant ? Pourquoi est-ce que le contribuable devrait-il assurer la pitance, les soins à ces monstres ? L'abolition de la peine de mort pour les barbares est un non-sens, un conformisme. Il y a peut-être des distinctions à faire, et c'est aux juges d'en décider, mais il faut appliquer la peine de mort dans ces cas. La Justice n'est pas la vengeance, peut-être, mais que fait-on du droit des victimes à la réparation ? Si quelqu'un prend la vie de votre enfant, après l'avoir violé, seriez-vous satisfait de le voir libre dans trente ans ? C'est ce qui arrive avec les réductions de peine. Seule la peine capitale est à la mesure de ces horreurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.