Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Mahmoud Abbas reçu par Emmanuel Macron    Kénitra : Un Incendie dans une usine    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Boycott : La baisse du prix du lait de Centrale Danone insuffisante ?    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Décès de l'ancien Premier ministre Mohamed Karim Lamrani    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Le MP lance les candidatures pour le secrétariat général    18 milliards DH en appui aux catégories vulnérables    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    La société générale lance un hub technologique à Casablanca    Sommet intercoréen: Un nouveau pas vers la paix…    Décès du président vietnamien    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Attijariwafa bank : Un RNPG en hausse de 6,35% au premier semestre    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Personnes en situation de handicap mental. La société civile toujours mobilisée    Partenariat : Hyundai porte les couleurs du Wydad    SAR le Prince Moulay Rachid au funérailles de Mohammed Karim Lamrani    Le Conseil de gouvernement adopte un projet de loi réglementant la pratique de la médecine légale    Edito : Le modèle INDH    El Khalfi : Le hrig en baisse chez les Marocains    Ouverture des travaux du 1er Forum de la justice de Laâyoune    Paris SG : La "MCN" pas encore au niveau européen    Boateng avait parlé avec Tuchel de son possible rôle à Paris    S.M le Roi lance la troisième phase de l'INDH    Entretiens maroco-britanniques sur les relations post-Brexit    Christine Blasey Ford, l'universitaire qui pourrait faire tomber le juge de Trump    Les dirigeants européens pour un nouveau référendum sur le Brexit    L'Agence urbaine d'Essaouira tient son conseil d'administration    Managem signe de bonnes performances au premier semestre    C'est le Nord qui les intéresse, mais c'est vers le Sud qu'ils sont repoussés    Calculs rénaux et montagnes russes, singes imitant l'homme au menu des anti-Nobel 2018    Le ministre sierra-léonais des AE loue le sérieux et la crédibilité du Plan d'autonomie au Sahara    Le gouvernement étrangle les médias algériens    City surpris, le Real assure Ronaldo voit rouge    Abdessamad El Azrak et Victoria El Asbat enchantent le public casablancais    Nouvelle édition du Festival Taragalte à M'hamid El Ghizlane    James Gray présidera le jury du 17ème Festival international du film de Marrakech    James Gray présidera la 17ème édition du FIFM    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    Bahreïn: un Marocain lauréat du Prix Cheikh Aissa Al Khalifa de bénévolat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La barbarie et les droits de l'homme
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 02 - 2018


Ahmed Charaï
Les chaînes américaines ont diffusé une image saisissante, fruit d'un télescopage de deux événements liés à la même tragédie. Celle de la fusillade perpétrée dans un collège dans l'Etat de Floride, qui a fait dix-sept victimes innocentes. D'un côté, on voyait les obsèques des victimes, des jeunes, beaux et belles, selon leurs photos, souvent souriants, des vies volées, des familles dévastées à jamais, des parents qui n'arrivent même pas à se tenir debout, ni à parler, sans être suffoqués par l'émotion. De l'autre côté, on voyait le meurtrier propre sur sa personne, bien rasé, face à ses juges pour la première comparution, sans le moindre hématome, parce que l'Etat de droit n'a pas laissé place au moindre désir de vengeance, et que c'est bien qu'il en soit ainsi. Cela pose de nouveau la question de la peine de mort. Les abolitionnistes s'appuient sur un argument : la société ne peut pas être barbare, ne peut pas ôter la vie d'un délinquant, quelque soient son ou ses crimes. Subsidiairement, ils utilisent la possibilité d'erreur Judiciaire. Il y a des situations où ce raisonnement ne peut que heurter la sensibilité humaine. Salah Abdesslam est responsable de la mort de 130 personnes, au nom d'une idéologie. Il vivra aussi longtemps que la nature le lui permettra. Il nargue les familles des victimes, l'Etat, la Justice, la société, en refusant de parler. C'est un supplice de plus, pour celui qui a perdu son enfant, juste parce qu'il était dans un concert de musique. Aux USA, un serial killer, condamné à la perpétuité pour 70 meurtres, vient d'en avouer dix-sept autres. L'Etat qui l'a jugé ne pratiquant pas la peine de mort, il restera emprisonné à vie. Des femmes lui proposent le mariage, des livres, des documentaires lui sont consacrés, il a l'impression d'avoir une « reconnaissance », d'être une star, alors qu'il a trucidé, pris la vie, gratuitement. Au Maroc, nous adorons le mimétisme. Il faut abolir la peine de mort, nous dit-on, pour les mêmes motifs soulevés plus haut. Or nous avons, nous aussi, nos barbares. D'abord les terroristes, qui professent des théories glaçantes sur l'assassinat de masse et qui n'ont aucun respect pour la vie humaine, y compris celle des enfants. Et puis, il y a les pédophiles, ces monstres qui violent et tuent des enfants, comme le cas de celui de Taroudant, qui en a assassiné une vingtaine. En quoi la vie de ces barbares aurait-elle plus d'importance que celle d'un enfant ? Pourquoi est-ce que le contribuable devrait-il assurer la pitance, les soins à ces monstres ? L'abolition de la peine de mort pour les barbares est un non-sens, un conformisme. Il y a peut-être des distinctions à faire, et c'est aux juges d'en décider, mais il faut appliquer la peine de mort dans ces cas. La Justice n'est pas la vengeance, peut-être, mais que fait-on du droit des victimes à la réparation ? Si quelqu'un prend la vie de votre enfant, après l'avoir violé, seriez-vous satisfait de le voir libre dans trente ans ? C'est ce qui arrive avec les réductions de peine. Seule la peine capitale est à la mesure de ces horreurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.