Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Contribution du PPS aux assises fiscales    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Trafic de drogue : Arrestation à Tanger d'un Portugais faisant l'objet d'un avis de recherche international    Casablanca : Un inspecteur de police use de son arme pour arrêter un individu qui tentait d'agresser les membres de sa famille    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Kim Jong Un en Russie en quête de l'appui stratégique de Poutine    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Le Barça quasiment champion d'Espagne    CAN 2019 (-23 ans) : Le Maroc qualifié suite à la disqualification de la RD Congo par la CAF    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    L'AFD totalise plus de 400 millions d'euros d'investissements au Maroc    BMCE BOA, première banque au Maroc à soutenir les "Responsible Banking Principles" de UNEP-FI    Branle-bas de combat au ministère de l'Intérieur à l'approche du Ramadan    BAM : Seulement 17% des femmes adultes marocaines ont accès à un compte bancaire…    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Divers    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    Enseignement en français: «Arrêtons de faire diversion, l'avenir du pays est en jeu!»    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    Hervé Renard passe au confessionnal    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 01 - 2019

Lauréat de Casa-Moda Academy et Meilleur jeune créateur de mode en Afrique en 2018, le jeune styliste meknassi, âgé de 22 ans, au look anarchiste séduit par ses modèles fantaisistes et ses coupes audacieuses. Son style anticonformiste inspiré des années 90, vacille entre formel et informel, avec une touche à la fois décalée et contemporaine.

Lors de la 11e édition du FIMA 2018 (Festival International de la Mode en Afrique) à Dakhla, vous avez remporté le 1er prix jeunes créateurs, grâce notamment à votre collection au style un peu décalé. Qu'est ce qui vous a inspiré ?
C'est typiquement inspiré des années 90. Il s'agit d'une sorte de confrontation, d'une rencontre improbable ou plutôt d'un paradoxe entre deux environnements : un milieu carré et formel, où l'on respecte les codes vestimentaires, celui du bureau et de l'entreprise et puis, un côté complètement juxtaposé qui est la rue et la cool jeunesse des années 90. C'est donc la juxtaposition entre le côté carré et formel et le côté complètement libre dépourvu des carcans sociaux. C'est en fait la collection de fin d'études qui résume bien mon propre univers.

Qu'est ce qui vous a donné envie de faire ce métier ?

La mode est un outil d'expression qui combine plusieurs domaines qui me parlent. J'ai déjà suivi des études d'Arts Appliqués au Lycée, donc, le monde de la mode ne m'était pas étranger parce que je touchais déjà au Design et aux produits de communication.

Vous avez toujours su que c'est ce que vous vouliez faire de votre vie ?

Je crois que j'ai toujours eu cette fibre artistique qui anime chaque artiste. Depuis tout petit, j'aimais peindre avec mon père qui m'a en quelque sorte initié au dessin. Je voulais être un artiste mais je ne savais pas si j'allais m'orienter vers la peinture, la sculpture, l'architecture d'intérieur ou vers une autre discipline mais à partir de 10 ans, je commençais à habiller les poupées avec mes propres créations, et c'est venu tout naturellement par la suite.


Quels sont les tissus que vous affectionnez particulièrement ?
Côté technique, j'aime beaucoup déconstruire et reconstruire un tissu et souvent, ma base est le propre tissu d'un vêtement quelconque. Par exemple, si je veux travailler une veste tailleur déstructurée, je vais me baser sur le vrai tissu tailleur ; de même pour une chemise, je choisirais du popeline classique, du tartan, du drap au mètre, de la gabardine, …ce sont des tissus différents plus ou moins classiques.

Qu'est ce qui vous plait dans les années 90 ?

Pour moi, les années 90 portent en elles l'ADN anticonformiste par excellence, ce côté déconstruction, reconstruction, un peu décalé. J'aime faire des choses audacieuses, sortir du lot, aller plus loin et repousser les limites, créer quelque de nouveau, propre à moi, sinon, quel est l'intérêt de la Mode ? J'aime beaucoup l'expérimentation et faire de nouveaux essais. Je me base énormément sur l'aléatoire et l'expérimentation, je travaille souvent avec d'anciennes pièces que je trouve dans des fripes, et que je retravaille par la suite à ma guise, que je découpe et recolle différemment.

Quels sont les designers dont vous admirez le travail ?

L'américain Virgile abloh, ou encore Demna Gvasalia qui est le directeur artistique de Balenciaga. Ce sont des jeunes créateurs qui ont rendu la mode plus street et jeune. J'aime aussi le travail du belge Raf Simons, ou encore celui des japonais Rei Kawakubo et Yohji Yamamoto, de véritables précurseurs de l'antifashion des années 90.

Qu'est ce qui vous attire dans la Mode de la rue ?

C'est surtout ce côté Free style qui m'intéresse. J'aime beaucoup m'inspirer des phénomènes de la société, je m'intéresse à comment les gens s'habillent dans leur vie quotidienne, je suis quelqu'un de très visuel et je me mets souvent à la place du citoyen lambda qui doit chaque matin résoudre le casse tête de quoi mettre et comment agencer ses habits ?

Votre look, c'est réfléchi ?
C'est plutôt spontané !

Quelle image souhaitez-vous passer de vous ?
L'image de moi-même, un jeune marocain assez rebel, joyeux et cool.

Qu'est ce qui vous révolte ?
C'est d'être limité et assez carré par rapport à plusieurs choses. Ça m'énerve cette manie qu'ont les gens de suivre par habitude les règles de la société, j'aime bien remettre les choses en question mais de manière ludique.

Qu'aimez-vous à part la Mode ?

J'adore l'art contemporain et surtout les installations artistiques, ça m'inspire énormément. J'aime aussi la sous culture et la culture underground.

Avez-vous conscience qu'avec le prix que vous avez emporté, plusieurs opportunités vont s'offrir à vous ?

Oui et non, en tout cas, c'est quelque chose dont je suis particulièrement fier. C'est la 1ère fois que ce défilé est organisé au Maroc et je suis le 2e gagnant marocain du FIMA après Hamza Guelmouss au Niger et je suis content de participer à la prochaine édition du festival pour présenter ma 2e collection.

Quelles sont vos ambitions ?
J'ai envie d'apprendre tout ce a trait à la Mode, que ce soit sur le plan technique ou Marketing, …pour que je puisse développer ma propre marque made in Morocco adressée à une clientèle internationale âgée de 20 à 35 ans. Je suis très conscient qu'il faut prendre en considération le côté commerce et vente ; il y aura donc des pièces un peu folles, super chargées, et d'un autre côté, il y aura des tenues portables mais toujours dans le même esprit de mes créations.

Des projets ?
Je développe une collaboration avec un concept store à Paris qui aide les jeunes créateurs à financer leurs produits en termes de tissus et production. J'ai proposé une pièce robe tailleur- disco année 90 en phase avec la thématique de cette année.

Si vous devez vous définir en quelques mots ?

Joie de vivre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.