Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Bousfoul : « La filière dattes a créé une dynamique organisationnelle des agriculteurs »
Publié dans L'observateur du Maroc le 29 - 03 - 2019

Le palmier dattier joue un rôle socio-économique majeur dans la région Draa Tafilalet. Mohamed Bousfoul, directeur régional de l'Agriculture dans la région fait le point sur l'importance, les avancements et les ambitions de cette filière.
Entretien réalisé par Mounia Kadiri Kettani
L'Observateur du Maroc : Quelles sont les potentialités de la région de Drâa-Tafilalet aujourd'hui dans la production des dattes ?
Naturellement, les potentialités dont dispose la région font d'elle un biotope plus attrayant pour tout opérateur économique. Globalement il y a trois niveaux de potentialités. D'abord, la région offre un écosystème spécifique au palmier dattier, rose à parfum, safran et autres. S'y ajoute une infrastructure de valorisation importante des productions oasiennes, une infrastructure de base importante, un marché régional et national potentiel, une main d'œuvre qualifiée et une expérience appréciable d'investissements réussis sur les terrains collectifs. Ensuite, le domaine agricole offre une diversité agro écologique, un potentiel important en terres agricoles et en eau et des possibilités de développement de la culture biologique. Le tout sans oublier d'autres avantages tels que l'assistance technique adaptée et dispensée par des institutions performantes et les aides financières accordées par l'Etat dans le cadre du fonds du développement agricole.
Quel bilan faites-vous des actions phœnicicoles engagées dans la région Drâa Tafilalet ?
Evidemment, le bilan d'un tel projet touche trois aspects, à savoir : social, économique et environnemental. Socialement il permet l'absorption du chômage, la réduction de l'exode rural et l'amélioration du savoir-faire de population autochtone. Economiquement, il engendre la création de la richesse, la production, l'introduction d'une logistique innovante, des infrastructures de valorisation, la restructuration des circuits e commercialisation de la datte, etc. Sur le plan environnemental, nul ne doute que la plantation a son importance dans la réduction d'érosions et la désertification en général. Aujourd'hui, on assiste à un engouement d'investisseurs sur les terrains collectifs de la région, notamment sur Meski-Boudnib. Sur cet axe, la superficie globale disposant de contact de location est de l'ordre 27.000 Ha. Le montant global d'investissement, sur ces terrains, jusqu'à fin 2018 est de 794.17 MDHS (le privé : 512.90 MDHS et aide de l'Etat : 381.27 MDHS). La superficie plantée en dattier est de l'ordre de 3 000 Ha. Cette des terrains équipés en goutte à goutte est de 5.200 Ha et le nombre de journées de travail créé est 7.500 NJT.
Quel est le rôle de cette filière dans le développement économique et sociale de la région ?
Il est évident que la filière en question joue un rôle important dans le développement économique et social dans la région. En effet, cette culture ancestrale occupe une superficie de 43.515 ha avec un effectif de 4.803.600 pieds et une production moyenne annuelle de l'ordre de 94.200 Tonnes. Socialement, elle permet la création de 2.830.000 NJT par an. En termes d'investissements, la région a drainé 4.250 MDHS grâce à cette filière.
Par ailleurs, cette filière a créé une dynamique organisationnelle des agriculteurs ; Coopératives, GIE, Associations professionnelles et Fédération Interprofessionnelle (FIMADATTE).
Pour la catégorie agriculture solidaire, un hectare de dattier permet une production de 3 tonnes (toutes variétés confondues). Une partie est destinée à l'autoconsommation et l'autre (variété noble) est commercialisée au niveau du marché régional et national.
De même, un hectare de dattier contribue à hauteur de 48% du revenu de l'agriculteur. En ce qui concerne la catégorie des exploitations modernes, la production d'un hectare peut atteindre 10T. Sachant que le mix variétal pratiqué est 70% Majhoul et 30% d'autres variétés résistantes au bayoud, en période de croisière, un hectare de dattier peut générer environ 380.000 DH comme marge bénéficiaire.
L'un des objectifs tracés est d'aller vers l'export. Comment y arriver ?
Effectivement, la stratégie Plan Maroc Vert a pris en considération le volet valorisation et commercialisation des dattes par l'installation de 34 unités de capacité de stockage frigorifique de 5000 tonnes et de conditionnement de plus de 20 000 T. Le but est de constituer une force de frappe sur les marchés nationaux et internationaux. Sans omettre le fait que les investisseurs commencent à installer leurs propres unités de valorisation au fur et à mesure que leurs exploitations arrivent au plein régime de production. Ces investisseurs visent, bien sûr, les marchés internationaux.
A lire sur le même sujet : Draa Tafilalet : Les dattes font évoluer l'économie et les mentalités


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.