Lancement de la 2e Conférence internationale sur la Justice sous les encouragements du roi    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Nabil Benabdallah: «Il faut redonner un sens à l'action politique»    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Un solde de plus de 71,5 MMDH    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Agadir célèbre la tolérance en musique    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'identité plurielle assumée
Publié dans L'observateur du Maroc le 18 - 04 - 2019


Par Ahmed Charaï
Sans vouloir s'immiscer dans les affaires intérieures de l'Algérie, il est temps de relever que nombre d'observateurs s'étaient trompés sur
le peuple algérien. Depuis le 22 février, les manifestations donnent l'image d'un peuple très mature et surtout uni dans sa diversité. Ceux qui pensaient que l'identité algérienne était altérée par 130 ans de colonisation française, que les élites avaient fui le pays, après tant de déconvenues depuis l'indépendance, que le séparatisme kabyle était irréductible, sont obligés de revoir leur jugement; de même que ceux qui disaient que les islamistes étaient la seule alternative à l'armée sont démentis par les faits. L'identité plurielle algérienne s'exprime dans la rue, par la fraternité visible à l'œil nu. Enormément de Kabyles ont le drapeau Amazigh à la main et sont drapés dans le drapeau algérien. La revendication d'un particularisme culturel n'est pas antinomique avec le patriotisme. Bien au contraire, la diversité culturelle enrichit les nations et les renforce quand elle est reconnue et bien vécue. Elle s'inscrit naturellement dans un projet national aussi vaste que l'aspiration algérienne à la démocratie, portée par tout un peuple qui a vu sa révolution confisquée en 1962 par l'armée des frontières de feu Boumediene.
Au Maroc, nous avons cru que la formulation nette de la dimension plurielle dans la constitution allait régler le problème. Ce n'est pas le cas avec certaines catégories de Rifains au Maroc, mais surtout à l'étranger. Les images du drapeau national souillé par des Marocains sont insoutenables.
Nous savons tous qu'une partie des gauchistes des années 70, après l'échec politique du projet marxiste léniniste, s'est repliée sur la question identitaire rifaine. Ils se pensent comme les descendants du héros de la bataille d'Anoual,qui, lui, n'a jamais été séparatiste.
Pour étayer leurs thèses, ils ont utilisé la guerre du Rif de 1958 et ses violences, puis l'absence de projet de développement dans cette région. Le Hirak d'Al Hoceima, au départ porteur de revendications légitimes, a été instrumentalisé par ces groupuscules. Ce qui frappe c'est la haine véhiculée, non pas contre un pouvoir politique, mais contre le Maroc et in fine les Marocains.
L'identité plurielle ne se décrète pas, elle se manifeste dans le vivre ensemble, dans le cadre d'un projet national visant le développement, la démocratie et la modernité. Toute contestation s'inscrivant dans ce cadre est démocratiquement recevable. Mais dès lors qu'elle porte en elle la haine de la patrie, elle ne peut qu'être violemment rejetée par les citoyens.
Des intérêts financiers, au Maroc et à l'Etranger, financent ces factieux, pour des buts divers. Certains mafieux, par exemple, ont poussé la revendication du retrait de l'armée d'Al Hoceima dans le seul but de reprendre les différents trafics.
La leçon algérienne est admirable de clarté. Les particularismes ne peuvent réaliser leurs aspirations à la reconnaissance que dans le cadre du projet national. L'identité plurielle ce n'est pas une addition d'affluents renfermés sur eux-mêmes, mais une interaction entre eux, pour donner une identité globale, riche de ces interférences. Toute autre perception est une atteinte, un danger pour la cohésion nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.