Météo: les prévisions du mercredi 18 mai    Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    Sadiki : Déficit de 2 milliards de m3 des Les retenues des barrages à usage agricole    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    IRCAM/Chambre des conseillers : Une alliance pour consolider l'institutionnalisation de l'amazigh    En visite en Turquie, Abdelmadjid Tebboune a lourdement péché contre la bienséance    A Buffalo, Biden dénonce « le poison » du suprémacisme blanc    Le roi félicite le nouveau président somalien    Après 2 ans d'absence, le festival Jazzablanca fait peau neuve à Anfa Park    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Annulation de la condition du test PCR pour l'entrée au territoire marocain    Aït Taleb: « L'hôpital de Tarfaya sera opérationnel en octobre prochain »    Casablanca : Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Le Maroc annule l'exigence du test PCR pour entrer sur le territoire    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des années fastes à la prohibition, l'indécis combat des autorités
Publié dans L'opinion le 18 - 02 - 2020

L'histoire du kif au Maroc remonte selon plusieurs historiens au septième siècle. Ramenées d'Asie et du Moyen-Orient par les conquérants arabes, les premières graines de cannabis furent plantées dans le sol marocain. Cultivée à l'origine pour la fabrication de tissus et de médicaments, cette plante prendra d'abord racine dans diverses régions marocaines, dont notamment le Haouz et le Gharb.
La culture et la consommation du kif, au Maroc, ne datent pas d'hier.
Elles ne sont pas l'apanage non plus du seul Maroc. Un peu partout dans le monde, cette plante hallucinogène, tantôt considérée comme un médicament, tantôt prise comme stimulant, a toujours fasciné les scientifiques, les politiques, le monde des affaires sans oublier le consommateur final. Au Maroc, l'histoire du kif remonte selon plusieurs historiens au septième siècle.
Ramenées d'Asie et du Moyen-Orient dans les besaces des conquérants arabes, les premières graines de cannabis furent plantées dans le sol marocain durant le septième siècle. Cultivée à l'origine pour la fabrication de tissus et de médicaments, cette plante prendra d'abord racine dans diverses régions marocaines, notamment le Haouz et le Gharb, avant de se propager dans d'autres régions, principalement le Nord et le Rif.
Le kif à la conquête du Rif
Assez limitée au début, la culture du cannabis et son usage ne cesseront d'évoluer au fil des siècles pour se propager, à partir du Moyen-Age, dans les très inaccessibles contreforts du Rif. Vers la fin du dix-neuvième siècle, «90% des besoins de la France en cannabis pharmaceutique provenaient du Rif marocain», peut-on ainsi lire dans une recherche publiée par le biologiste allemand Stefan Haag en 1996. Au passage, ce dernier précise que le Rif «est l'une des premières régions au Monde où le cannabis a été planté uniquement pour ses vertus psychotropes ». Jusqu'au dix-neuvième siècle, l'usage du kif en tant que drogue restera cependant limité à certaines confréries soufies dont les adeptes utilisaient régulièrement cette plante et ses dérivés lors de leurs rituels mystiques. Il ne faudra pas longtemps pour que l'usage du kif déborde ce cadre strictement ésotérique. Dès le début du vingtième siècle, de larges franges de la population marocaine, masculine en majorité, succombent à la tentation de la fumette.
D'ailleurs, comme l'expliquait Karim Anegay, écrivain et ancien directeur national du projet «Développement et introduction de cultures alternatives dans le Rif» : «Le kif n'était pas encore perçu comme une drogue et son usage était considéré comme une simple pratique sociétale destinée à la détente. Une sorte de péché mignon en somme». Ni positive, ni négative, cette perception du kif perdurera jusqu'aux années 70, voire 80. C'est ainsi qu'il n'était pas rare de voir des personnes tout à fait respectables en train de fumer le Sebsi (pipe à kif) sur les terrasses des cafés de Tanger, Rabat, Casablanca ou Marrakech.

Entre prohibition et tentation de légalisation
Parfois, le kif s'insinuait dans des lieux aussi inattendus que les bureaux d'arrondissements, les écoles, voire même les commissariats et les tribunaux ! A cela une raison toute simple : en plus d'être profondément ancré dans la culture marocaine, au même titre que le rituel du thé par exemple, l'usage du kif n'avaient rien d'illégal. Il ne pouvait en être autrement, puisque le monopole du commerce du kif était détenu par l'Etat marocain, à l'époque sous protectorat français et espagnol...entre temps, la donne a radicalement changé. Les pressions des organismes internationaux de lutte contre les stupéfiants dont principalement l'ONUDC (Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime), conjuguées à celle de l'Union Européenne, ainsi qu'aux risques induits par la mainmise de réseaux mafieux internationaux sur la culture et le commerce du kif et de ses dérivés, incitent les autorités marocaines à adopter une sévère stratégie de lutte contre ce phénomène. Stratégie dont les effets restent limités, n'empêchant pas le trafic de cannabis de continuer à prospérer.
Car pour réussir cette bataille, soulignent certains spécialistes, ce ne sera qu'avec des mesures mûrement réfléchies et bien programmées, que des résultats positifs pourront être obtenus dans des projets à caractère expérimental. Car, malgré toutes les politiques et initiatives menées par les autorités marocaines durant les deux dernières décennies pour résoudre cette équation ardue qu'est la culture du kif, le problème demeure toujours d'actualité. Tandis que pour une catégorie de chercheurs, il faut explorer d'autres voies, plus réalistes et plus osées, comme la légalisation pure et simple de la culture du cannabis et l'orientation de sa production nationale vers des usages thérapeutiques, voire même à un usage récréatif sous contrôle étatique, comme c'est le cas depuis un certain temps déjà au Canada et aux Etats-Unis. D'où le débat actuel.
Hajar LEBABI
Lire ou écouter la suite

D'UNE REGIE À UNE AUTRE.wav (5.83 Mo)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.