Rencontre    L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Contribution sociale. La vision du patronat.    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Prix de la littérature arabe : Deux auteurs marocains entrent en lice
Publié dans L'opinion le 28 - 10 - 2020

"La langue maudite" de l'écrivain marocain Madi Belem et "N'appelle pas, il n'y a personne" de son concitoyen Youssef Fadel sont en lice pour le Prix de la littérature arabe 2020, qui sera annoncé le mardi 3 novembre à Paris.
Créé en 2013 par l'Institut du Monde Arabe (IMA) et la Fondation Jean-Luc Lagardère, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe.
Chaque année, un comité de sélection se penche sur les ouvrages publiés récemment par des maisons d'édition françaises et arabes. Le prix, doté de 10.000 euros, promeut l'oeuvre (roman ou recueil de nouvelles) d'un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d'un ouvrage écrit ou traduit en français.
« La sélection de cette 8e édition met à l'honneur la grande diversité de la littérature arabe, à travers les romans d'écrivains marocains, syrien, libanais, palestinien et soudanais », souligne l'IMA.
Outre les romans des deux auteurs marocains, cinq autres romans sont retenus dans la sélection officielle de cette année. Il s'agit de « Mauvaises herbes de Dima Abdallah (Liban), « Les Jango » d'Abdelaziz Baraka Sakin (Soudan), traduit de l'arabe par Xavier Luffin, « L'invité des Médicis » de Carole Dagher (Liban), « Une baignoire dans le désert » de Jadd Hilal (Palestine), et « Le dernier Syrien » d'Omar Youssef Souleimane (Syrie).
Ces romans ont été sélectionnés par un jury composé d'éminentes personnalités du monde des médias, des arts et de la culture ainsi que de spécialistes du monde arabe. Parmi les membres du jury il y a lieu de citer le peintre et écrivain marocain, Mahi Binebine, lauréat du prix du Roman arabe en 2010.
Depuis sa création, le Prix de la littérature arabe a été remis à Jabbour Douaihy (Liban) en 2013, à Mohamed al-Fakharany (Egypte) en 2014, à Mohammed Hasan Alwan (Arabie-saoudite) en 2015, à Inaam Kachachi (Irak) en 2016, à Sinan Antoon (Irak) en 2017, à Omar Robert Hamilton (Egypte) en 2018 et à Mohammed Abdelnabi (Egypte) en 2019 pour son roman La Chambre de l'araignée (Actes Sud / Sindbad).
Avec la « La langue maudite », paru en mars 2020 aux éditions Plon, Madi Belem, signe son premier roman. Fils de feu Driss Belemlih, universitaire, spécialiste de la poésie préislamique, romancier et éditeur qui lui a donné le goût de l'art, du cinéma et de l'écriture, Madi Belem est né à Rabat en 1990. Après avoir suivi les cours Florent, Madi Belem tourne dans un premier film, Le Convoi, de Frédéric Schoendoerffer et dans la série Baron Noir, sur Canal +.
En 2018, il obtient le premier prix d'interprétation masculine au festival du cinéma d'Agadir. Romancier, dramaturge et metteur en scène, Yousef Fadel est né en 1949 à Casablanca. Son roman « N'appelle pas, il n'y a personne de Youssef », paru en septembre 2019 aux éditions Actes-Sud, raconte la rencontre passionnelle entre Othmane, un ouvrier qui travaille sur le chantier de la gigantesque et luxueuse mosquée Hassan II, et Farah, une chanteuse novice et pauvre, mais avide de célébrité.
Audacieux et subtil, le roman est un regard d'une sévère acuité porté sur la société marocaine. Il constitue le troisième volet de la trilogie de l'auteur, après Un joli chat blanc marche derrière moi (2014) et Un oiseau bleu et rare vole avec moi (2017). Le Prix sera annoncé au siège de l'Institut du monde arabe à Paris, à l'occasion d'une cérémonie qui se déroulera le 3 novembre prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.