cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Energie : une chercheuse marocaine remporte le prix ENI Award 2020 en Italie    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    ALD Automotive Maroc fait son bilan et dévoile ses ambitions futures    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    IMME : les professionnels sont optimistes    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La France livre au Maroc un Algérien lié à un attentat dans lequel deux touristes sont morts    Armes chimiques dans la guerre du Rif : un parti catalan appelle Madrid à dédommager le Maroc    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Y A-T-IL UNE OPPOSITION DANS L'HEMICYCLE ?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Afghanistan: Des explosions dans une mosquée chiite de Kandahar font au moins 32 morts et 53 blessés    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 15 Octobre 2021    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Hitachi ABB Power Grids devient Hitachi Energy    L'eurodéputé danois Søren Gade souligne la nécessité de préserver les bonnes relations entre l'UE et le Maroc    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    L'ancien président américain Bill Clinton hospitalisé pour une septicémie    Prévisions météorologiques de ce vendredi    Joe Biden annonce de nouveaux dons de vaccins pour l'Afrique    Edito : Feu vert    Maroc: le pass sanitaire bientôt obligatoire dans les lieux publics ?    Football / IRT : En attendant l'élection d'un nouveau président, une commission provisoire pour combler le vide    Football : Hors jeu automatisé au Mondial Qatar 2022    L'Agence marocaine antidopage tient son 3ème Conseil d'administration    Pseudo-révélations sur un projet d'attaques en Algérie : pour Anouar Malek, «les services de Tebboune ont sombré dans le ridicule»    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    Elim. Mondial 2022: les Lions de l'Atlas montent en puissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Palestine : faut-il se faire des illusions ?
Publié dans L'opinion le 12 - 11 - 2020

Si les quatre années de Trump ont été un désastre pour la Palestine, le retour d'un libéral au bureau ovale ne fera aucun mal à Israël.
Dès dimanche dernier, le président palestinien Mahmoud Abbas a félicité Joe Biden pour sa victoire à la présidence américaine et l'a appelé à «renforcer» les lies avec les Palestiniens «afin de garantir la liberté, l'indépendance, la justice et la dignité du peuple palestinien». «Le président Abbas a hâte de travailler avec le président élu Joe Biden et son administration pour renforcer les relations afin de garantir la liberté, l'indépendance, la justice et la dignité du peuple palestinien», selon un communiqué diffusé par ses services à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne.
Dès les premiers moments de la proclamation de la victoire du démocrate Biden, d'aucuns ont estimé qu'Israël avait perdu un ami solide avec la défaite de Trump. Mais pourrait-on dire qu'avec Joe Biden les Israéliens se trouvent face à un adversaire ? Que non, au contraire !
Certes, sous le mandat de Donald Trump, l'administration américaine a adopté une politique du « tout pour Israël » et rien pour les Palestiniens. Sous Trump, les Etats-Unis ont considéré El Qods occupée comme «capitale» d'Israël et jugé que les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée n'étaient «pas contraires» au droit international.
L'administration Trump a aussi coupé l'aide aux Palestiniens, fermé le bureau de la représentation palestinienne aux Etats-Unis et coupé les vivres pour l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).
Sous Donald Trump, on a eu droit au « Deal du siècle » concocté par son gendre Jared Kushner qui fait fi de la solution à deux Etats, qui balaie d'un coup de gomme les frontière de 67 et qui autorise l'annexion de pans entiers de la Cisjordanie dont la vallée du Jourdain, par Israël, et a déplacé l'ambassade US à Al Qods et réduit le projet d'un Etat palestinien à un patchwork éparpillé ça et là et sans capitale Al Qods.
Nourrir l'espoir qu'avec l'avènement de Biden, l'administration US remédierait à tant d'injustice relève du mirage.
Biden attaché à l'Etat hebreux
Certes Biden n'est pas Trump, mais «Biden appartient au groupe qui soutient le plus Israël au sein du Parti démocrate, et il a dit une fois qu'il était sioniste». Comme le souligne un éditorial du journal israélien «Yediot Aharonot».
D'ailleurs, durant sa campagne électorale, Joe Biden n'a eu de cesse de rappeler son attachement à l'Etat hébreux.
Un prospectus résumant ses promesses en cas de son élection à la magistrature suprême américaine rappelle que « Le viceprésident Joe Biden a toujours fait preuve de solidarité avec Israël, luttant contre l'antisémitisme... Et en tant que président, Joe Biden continuera de veiller à ce que l'Etat juif, le peuple juif et les valeurs juives bénéficient du soutien indéfectible des Etats-Unis ».
Et de rappeler « le soutien indéfectible de Joe Biden à Israël et son engagement à protéger la sécurité d'Israël et à renforcer le partenariat de nos deux nations est profondément personnel et s'étend sur toute sa carrière ».
En courtisant l'électorat juif américain
Dans son élan de courtiser l'électorat juif américain, Biden énumère depuis son premier voyage en Israël en 1973, peu de temps avant la guerre du Yom Kippour, son engagement inébranlable envers la sécurité d'Israël, ses luttes au Sénat pour une aide cruciale à Israël et son opposition aux ventes d'armes aux ennemis de l'Etat hébreux.
Et c'est lui en tant que vice-président qui a contribué à façonner le protocole d'accord sans précédent de 38 milliards de dollars sur dix ans pour l'aide à la défense à Israël, signé en 2016, le plus grand programme d'aide militaire de ce type dans l'histoire des Etats-Unis.
Et c'est lui aussi qui promet de poursuivre l'œuvre de Trump et d'exhorter les Etats arabes à prendre des mesures plus audacieuses vers la normalisation avec Israël.
En résumé, « un changement de président américain ne change pas la réalité de l'occupation israélienne. Cela n'empêche pas les oliviers d'être incendiés, les maisons démolies, les terres confisquées, les familles déplacées, les villages rasés ou les colonies de plus en plus nombreuses d'année en année en nombre qui sont depuis longtemps irréversibles. Cela n'empêche pas la patrie des Palestiniens de disparaître sous leurs yeux », a souligné David Hearst dans une Opinion édité sur Middle East Eye.
Ali BENADADA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.