Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Lancement des préparatifs de la session extraordinaire    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Le Maroc contribue à l'effort mondial    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    Un danger permanent à Casablanca    Salafin : recul de 13% du PNB en 2020    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    10.000 hectares d'arganier à planter à l'horizon 2022    L'agriculture marocaine se remet du choc de la sécheresse    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    De fortes averses orageuses attendues mardi et mercredi    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Des bus "made in Morocco" bientôt déployés en Afrique    La CGEM veut promouvoir la R&D, l'entrepreneuriat et la formation    Driouech et El Homrani, Catalans et Marocains    Sociétés cotées : les secteurs de l'automobile et des télécoms enregistrent une appréciation relative de leurs revenus    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Prolongement du couvre-feu: les propriétaires des cafés en colère    Maroc: les mesures restrictives seront-elles renforcées pendant Ramadan ?    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    L'Irak reçoit ses premières doses de vaccin anti-Covid    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois de prison dont un an ferme    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    Le premier ambassadeur émirati en Israël est entré en fonction    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Opinion : Pas si « Rabat-joie » que ça...
Publié dans L'opinion le 23 - 11 - 2020

La capitale a depuis toujours traîné une réputation de ville proprette, prude et sans joie. Une sorte de ville-dortoir sans panache, un ensemble d'administrations vers lequel on va sans envie, voire obligé. Est-ce vraiment le cas ? A en croire les habitants de la grande métropole, si longtemps sa rivale, on serait presque tenté de l'appeler « Rabat-joie ». Ces derniers temps, cette idée à la peau dure semble s'estomper. Les fêtards de Casablanca commencent à lui trouver un certain charme... des cohortes de véhicules aux plaques « étrangères » à la ville animent ses soirées qui, jusqu'ici, étaient jugées ennuyeuses. Est-ce l'effet du reconfinement de la ville blanche qui a provoqué ce changement d'attitude ? Possible. En tout cas, si cette situation a permis une chose, c'est bien de faire découvrir aux casablancais une petite vérité qui a l'air de leur échapper. Les r'batis sont bel et bien de bons vivants, peut-être moins fanfarons que leurs «voisins du Sud», et la ville possède une offre de divertissement qu'il faut dénicher. Il suffit d'être un tant soit peu curieux et moins enclin à croire les idées reçues. Derrière son image en «costard cravate» se cache une âme de fête, et un goût pour les bonnes choses de la vie sans pour autant vouloir le crier sur tous les toits. Et ça, les «Casaouis» commencent à s'en rendre compte de plus en plus. Finalement, si cette crise Covid a permis une chose, c'est bien de dépasser un jugement basé sur des impressions. D'ailleurs, la «ville lumière» gagnerait à être moins discrète, plus extravertie et décontractée. C'est juste histoire de dépasser les clichés et d'améliorer l'attractivité d'une cité souvent confinée dans une posture qui n'est pas sienne. Casablancais, Rabat vous dit Marhba !
Mustapha BOURAKKADI

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.