Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Législation : Un bilan maigre se profile    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    Le rock maghrébin en concert à Meknès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pire défi de l'Etat-nation
Publié dans L'opinion le 03 - 12 - 2020

La cohésion communautaire et l'unité nationale sont désormais considérées comme des enjeux stratégiques majeurs pour tous les pays. Il y a quelques années, un tel défi était réservé à des pays non développés.
Mais ces derniers temps, il y a eu de fortes divisions même dans les pays les plus avancés, qui pourraient être encore plus dangereuses à moyen et long terme que celles que connaissent par exemple de nombreux pays de la région arabe et du Moyen-Orient.
Les fossés parmi les peuples ne sont ni un fait passager ni un épisode historique dans le paysage politique. Elles se sont cependant accentuées et propagées dans beaucoup de pays suite à ce qui est connu dans les médias sous le nom de « printemps arabe, ».
Les organismes terroristes, extrémistes et les Etats qui les soutiennent, ainsi que celles qui détiennent des projets hégémoniques expansionnistes, ont amplifié la fragmentation sectaire, religieuse et ethnique.
Des pays, par conséquent, ont glissé dans des conflits sectaires et ethniques. Pour d'autres, le risque de faire une guerre à caractère religieux a failli devenir réalité. En Occident, des divisions communautaires de nature religieuse et raciale sont également apparues ces dernières années.
Dans certains pays européens, en particulier, le mouvement d'extrême droite a continué à alimenter les conflits. Alors qu'aux Etats-Unis, des hommes politiques ont mis en garde contre l'exacerbation des divisions depuis la dernière élection présidentielle, attirant l'attention sur l'impact de ces divisions sur la réputation des Etats-Unis et leur statut international en tant que modèle de valeurs démocratiques.
Parlant aux médias pour promouvoir ses mémoires personnelles, l'ancien président Barack Obama a admis que les Etats-Unis étaient devenus une nation « très divisée. » En effet, ces divisions ont pris racine depuis l'élection du président Obama lui-même en 2008. Puis elles ont refait surface plus intensément après l'élection du président Donald Trump en 2016.
Certes, ces clivages ne sont pas tant en rapport avec les slogans politiques et les valeurs des dirigeants et des présidents qu'avec les disparités socio-économiques entre classes, ou entre zones rurales et urbaines. En d'autres termes, il s'agit de la répartition des richesses et du partage des gains du développement entre les classes sociales.
Certains, dont l'ancien président Obama, pensent que les médias sociaux ont largement favorisé la fragmentation en répandant des théories du complot et la désinformation qui, à son tour, conduit à des fausses interprétations. Ils accusent également leurs rivaux politiques de promouvoir ces théories, d'alimenter les scissions dans le monde virtuel et de les ancrer dans l'opinion publique.
Il y a des clivages historiques persistants, y compris entre races et croyances religieuses. Les idées de coexistence, d'acceptation d'autrui et de rejet de la haine et de l'intolérance restent à approfondir, à stabiliser et à diffuser de génération en génération, moyennant un effort institutionnel soutenu.
Bien que la principale inquiétude des hommes politiques et des observateurs au sujet des divisions généralisées soit surtout liée au déroulement du processus démocratique, les implications des divisions l'emportent sur cet aspect (pourtant important).
Les résultats de l'élection présidentielle américaine, qui ont reflété une convergence notable des résultats du vote populaire direct, confirment cette profondeur de la fracture sociétale. Le monde entier a également suivi la violence et le chaos dont certaines villes américaines ont souffert à la suite du meurtre de George Floyd par un officier de police.
À cela s'ajoute qu'un élément central de la supériorité américaine sous l'ordre mondial actuel est lié aux valeurs politiques, économiques et culturelles du modèle américain. Pour beaucoup dans le monde, le modèle américain semble se défaire à cause de ses crises successives. Une intervention rapide est par conséquent exigée pour réparer l'image de marque des Etats-Unis aux yeux du monde.
Il existe également un réel danger de coexistence entre les composantes de la société américaine. C'est une question fragile, non pas parce qu'elle n'est pas bien intégrée dans la mentalité américaine. C'est parce qu'elle porte sur une question sociétale sensible à toute pratique négative. Les tensions sociales ne sont pas une plaie pour des pays et pas pour d'autres. Ils sont aujourd'hui un mal mondial.
Un remède pertinent pour y répondre est de disposer d'outils juridiques plus stricts pour toutes les formes de haine, d'intolérance, de rejet de l'autre et de toute discrimination fondée sur la religion, la couleur de peau, la race ou le genre.
Plus important encore, il faut s'efforcer d'éradiquer les mouvements extrémistes qui alimentent les discordances et attisent la haine en tant qu'environnement favorable à leur éclosion. Sinon, on risque de sacrifier les fondements de l'Etat-nation partout dans le monde. Ce serait une grande perte d'un des acquis du processus de paix et de sécurité mondiale.
Salem AlKetbi,
Politologue émirati et ancien candidat au Conseil national fédéral


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.