Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Activité monétique: 245,5 millions d'opérations pour 200,6 MMDH au S1-2022    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    Météo Maroc: persistance du temps ce samedi 13 août    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Tennis : Le Maroc passe au Groupe ll de Coupe Davis... One, two, three en Algérie !    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Amérique : Biden se prépare aux élections présidentielles de 2024    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La revue de presse du vendredi 12 août    USA: la quarantaine n'est plus obligatoire après une exposition au Covid    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Brexit : Londres et Bruxelles loin d'un accord
Publié dans L'opinion le 14 - 12 - 2020

Londres et Bruxelles jouent les prolongations à deux semaines du deadline. L'espoir, d'un deal est là, mais les différends ne sont pas pour autant dissipés.
La Grande-Bretagne et l'Union Européenne ont encore des points de vue très éloignés sur certains aspects essentiels de leurs négociations sur leurs futures relations et il faut donc se préparer à un Brexit sans accord le 31 décembre, a déclaré dimanche Boris Johnson.
«Je crains que nous ne soyons encore très éloignés sur certaines choses essentielles, mais tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir, nous allons continuer à discuter pour voir ce que nous pouvons faire. Le Royaume-Uni ne va assurément pas quitter les négociations», a dit le Premier ministre britannique à la presse.
«Je dois répéter que la chose la plus probable maintenant est bien sûr que nous devons nous préparer à des conditions de l'OMC, à des conditions similaires à celle de l'Australie», a-t-il ajouté, en référence aux relations commerciales entre l'UE et l'Australie régies par les règles de l'Organisation mondiale du Commerce.
Boris Johnson a répété qu'un accord était possible si l'UE faisait évoluer sa position et il a réitéré son offre de discuter avec certains chefs d'Etat ou de gouvernement des Vingt-Sept.
Très éloignés sur les questions essentielles
«Nous sommes toujours ravis de discuter et de faire des progrès là où c'est possible. Je pense (...) qu'un accord est à portée de main si nos partenaires le souhaitent mais nous demeurons très éloignés sur ces questions essentielles», a-t-il dit. «J'ai réitéré mon offre, qui est que s'il est nécessaire de parler à d'autres capitales alors je serais très heureux de le faire».
Le négociateur européen Michel Barnier devait informer, hier lundi, les ambassadeurs de l'Union de l'état des discussions sur les futures relations commerciales avec le Royaume-Uni, a annoncé dimanche Sebastian Fischer, porteparole de la présidence allemande de l'UE.
La Grande-Bretagne et l'Union européenne se sont encore donné dimanche un délai supplémentaire pour tenter de parvenir à un accord in extremis sur leurs futures relations, à moins de trois semaines de leur divorce effectif.
La Grande-Bretagne et l'Union européenne ont convenu de poursuivre les négociations commerciales, bien que les deux aient minimisé les chances de succès.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont abandonné un délai auto-imposé et ont promis de « faire un effort supplémentaire » pour conclure un accord commercial post-Brexit qui éviterait le chaos du Nouvel An et les coûts du commerce transfrontalier.
« Là où il y a de la vie, il y a de l'espoir », a déclaré Johnson, n'offrant guère d'autre justification pour poursuivre les pourparlers qui ont eu du mal à progresser pendant la majeure partie de l'année et doivent être terminés avant le 1er janvier, lorsque la période de transition pour la Grande-Bretagne, qui a quitté l'UE en janvier dernier, prend fin.
Avec des centaines de milliers d'emplois et des dizaines de milliards de commerce en jeu, von der Leyen a déclaré après sa conversation téléphonique avec Johnson que « nous pensons tous deux qu'il est indispensable à ce stade-ci de faire un effort supplémentaire ». Tout cela, a-t-elle ajouté, « malgré l'épuisement après presque un an de négociations et malgré le fait que les délais aient été maintes fois manqués ».
Pas de progrès tangibles
Les négociateurs du RoyaumeUni et de l'UE étaient toujours en discussion au siège de l'UE dimanche, à moins de trois semaines avant que le Royaume-Uni quitte l'étreinte économique du bloc des 27 nations.
Mais leurs dirigeants n'ont pas réussi à présenter des progrès visibles sur aucune des questions en suspens concernant les règles de concurrence loyale, les mécanismes de résolution des conflits futurs et les droits de pêche.
Johnson a déclaré que le résultat « le plus probable » était que les deux parties ne parviendraient pas à un accord et retourneraient aux conditions de l'Organisation mondiale du commerce, avec les tarifs et les barrières que cela entraînerait.
On ne sait toujours pas dans quelle mesure l'écart entre les deux parties réside dans les tactiques de négociation et dans quelle mesure il reflète des différences fondamentales qui rendent un accord improbable.
Encadré
Barnier espère toujours
Le négociateur en chef de l'Union Européenne, Michel Barnier, a déclaré, lundi, qu'il était toujours fermement convaincu qu'un accord commercial sur le Brexit était possible, et a réduit à deux les différends en suspens à régler avant la nouvelle année.
Barnier a déclaré que les négociations de neuf mois avaient consisté à trouver des accords sur les règles de concurrence loyale et les droits de pêche, ne mentionnant plus la question des mécanismes juridiques pour résoudre les futurs différends qui ont également longtemps entravé les négociations.
« Deux conditions ne sont pas encore remplies », a-t-il déclaré en entrant dans une réunion pour informer les 27 pays de l'UE des progrès des pourparlers. Il devrait poursuivre les négociations avec son homologue britannique David Frost plus tard lundi. « C'est encore possible », a-t-il ajouté.
Les deux parties sont au bord d'un départ sans accord avec le Brexit, mais se sont engagées à une dernière impulsion avant le 1er janvier, date à laquelle une période de transition après le départ du Royaume-Uni du bloc le 31 janvier doit prendre fin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.