Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    Botola Pro D2 : L'Union Touarga accompagne le MAT en première division    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Youssef En-Nesyri assure la qualification de Séville pour la Ligue des champions (VIDEO)    Avant le derby, le Raja ne se rassure pas face à Oued Zem (VIDEO)    Maroc : L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% du trafic aérien    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Coupe de la CAF : La Renaissance Berkane qualifiée pour la finale    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Terrorisme : 6 morts dont 3 enfants dans un attentat-suicide au Pakistan    Al Hoceima / Communes : Remise de 18 bus scolaires et 7 ambulances    Sidi Kacem / CRM : La création d'un centre de formation requise    Maroc : la demande de sécurité et de l'ordre social en des mains sûres, grâce à la DGSN    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    «La voix de la Palestine», enterrée à Jérusalem    SM le Roi félicite le Président du Paraguay à l'occasion de la fête nationale de son pays    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Policy Center for the new south: La plus grande flambée des prix en 50 ans    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Marathon de Marrakech : L'Ethiopien Dida et la Marocaine Gardadi remportent la 32ème édition    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    Coupe de la CAF : La RSB veut rééditer son exploit de 2020    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    DGSN: 66 ans de sacrifices infinis au service du citoyen et de la patrie    Commémoration : Allal El Fassi, le leader à la pensée plurielle    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Paris: Rencontre sur les perspectives des écosystèmes économiques au Maroc    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    25.000 festivaliers et 5.000 écoliers à la 20ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Effort de dernière minute pour éviter un échec
Publié dans Albayane le 06 - 12 - 2020

Les négociateurs britanniques et européens entament dimanche une bataille de deux jours, peut-être la dernière, pour conclure enfin un accord commercial post-Brexit et éviter un «no deal» en fin d'année aux lourdes conséquences économiques.
Le négociateur européen Michel Barnier et son homologue britannique David Frost se retrouvent à Bruxelles pour reprendre le fil des discussions là où ils les avaient interrompues vendredi, incapables alors d'atteindre un compromis après une semaine à Londres.
«Nous verrons si nous pouvons avancer», a dit M. Barnier, dans un tweet qui traduit une certaine prudence sur la reprise des pourparlers.
Ce «nouvel effort» a été décidé samedi soir au plus haut niveau par le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.
Les deux responsables feront un nouveau point lundi dans la soirée, sous la pression toujours plus forte du calendrier, puisqu'un éventuel accord commercial devra encore être ratifié par les parlements britannique et européen avant d'entrer en vigueur le 1er janvier.
L'Allemagne, qui occupe actuellement la présidence de l'UE, a salué la poursuite des discussions, rappelant qu'elle n'accepterait pas un accord «à n'importe quel prix».
Un engagement destiné à rassurer les Européens, au moment où des tensions sont apparues cette semaine entre les Vingt-Sept, certains craignant que l'UE, poussée par Berlin, n'accorde des concessions trop importantes pour éviter un «no deal».
«Le pari britannique d'une division de l'Union a échoué», a cependant affirmé le secrétaire d'Etat français aux Affaire européennes, Clément Beaune, dans une interview au Journal du Dimanche.
La chancelière allemande, Angela Merkel, «souhaite un accord mais défend aussi notre niveau d'exigence et connaît suffisamment bien le marché européen pour deviner comment l'économie allemande pâtirait d'un mauvais accord», a-t-il expliqué.
Il a aussi répété qu'en cas d'accord «non conforme» aux intérêts de la France, en particulier pour ses pêcheurs, Paris pourrait y mettre son «veto».
L'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, un sujet hypersensible pour certains Etats membres, fait partie de trois points qui bloquent les discussions depuis mars, avec la façon de régler les différends et les garanties en matière de concurrence exigées par les Européens en échange d'un accès britannique sans quota ni tarif à leur grand marché.
Alors que les Européens disaient vouloir aboutir ce week-end, cette nouvelle séquence de 48 heures ne sera peut-être pas la dernière, tant la saga du Brexit a été riche en rebondissements.
Quel que le soit le résultat lundi soir, la future relation avec Londres devrait de toute façon être l'un des sujets chauds du sommet européen jeudi et vendredi à Bruxelles.
Depuis le départ officiel du Royaume-Uni, le 31 janvier dernier, Londres continue d'appliquer les règles européennes. Ce n'est qu'à la fin de cette période de transition, le 31 décembre, qu'interviendront sa sortie du marché unique et de l'union douanière.
Faute d'accord, les échanges entre Londres et l'UE se feront dès le 1er janvier selon les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane ou de quotas, faisant courir le risque d'un nouveau choc économique en plus de celui lié à la pandémie de coronavirus.
Ajoutant encore à la tension des négociations et à la méfiance des Européens envers Londres, un texte très controversé fait son retour lundi devant les députés britanniques: le projet de loi sur le marché intérieur.
Malgré la fureur de Bruxelles, le gouvernement Johnson va réintroduire ses dispositions jugées problématiques par l'UE – expurgées par la chambre haute du Parlement – qui lui réservent la possibilité de passer outre certaines dispositions du traité de divorce conclu il y a tout juste un an. Londres assure qu'il s'agit d'un «filet de sécurité», qui n'aurait plus lieu d'être en cas d'accord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.