L'élevage avicole algérien affecté par la fragilité économique et les faiblesses technologiques    Contrôles pendant Ramadan: l'ONSSA se mobilise    Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    Football / Ligue du Gharb : L'équipe «Al Achbal » remporte le tournoi des U12    Covid-19: Le Cameroun reçoit un don de 200.000 doses du vaccin Sinopharm    Mohamed Benchaâboun : « Il est nécessaire d'encourager la production de vaccins dans les pays en développement »    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    JSK-RSB (0-0) : Les Berkanais se compliquent la tâche    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bank Al-Maghrib maintient le taux directeur à 1,5%
Publié dans L'opinion le 15 - 12 - 2020

A l'issue de sa quatrième et dernière réunion trimestrielle de l'année 2020, tenue mardi, le Conseil de Bank Al-Maghrib a décidé de maintenir inchangé le taux directeur à 1,5%.
Dans un communiqué, Bank Al Maghrib a indiqué que "Le Conseil a estimé que l'orientation de la politique monétaire reste largement accommodante assurant un financement adéquat de l'économie et a jugé en particulier que le niveau actuel du taux directeur demeure approprié, le maintenant ainsi inchangé à 1,5%". Lors de cette session, le conseil a analysé l'évolution de la conjoncture aussi bien internationale que nationale et les projections macroéconomiques à moyen terme de la Banque actualisées sur la base des dernières données disponibles, des développements récents liés à l'évolution de la pandémie et à la réponse des autorités, ainsi que des orientations de la loi de finances de 2021.
4,7 % de reprise de croissance en 2021
La Banque centrale prévoit ainsi que l'économie marocaine devrait se contracter de 6,6% pour l'ensemble de cette année, avant de rebondir de 4,7% en 2021 et de 3,5% en 2022. "Pour l'ensemble de l'année 2020, l'économie nationale accuserait une contraction de 6,6%, avec un repli de 5,3% de la valeur ajoutée agricole et de 6,6% de celle non agricole", précise BAM, notant qu'après une forte baisse de l'activité au deuxième trimestre, la reprise post-déconfinement reste lente et partielle en lien notamment avec les restrictions locales et sectorielles instaurées pour endiguer la recrudescence des contaminations ainsi que les incertitudes entourant l'évolution de la pandémie aux niveaux national et international. Le Conseil fait savoir en outre que les perspectives d'évolution durant 2021 et 2022 restent entourées d'un degré élevé d'incertitudes, mais les développements récents dont essentiellement l'initiative de la vaccination anti-Covid-19 à grande échelle au niveau national et dans plusieurs pays partenaires, ainsi que la mise en place d'un fonds stratégique dédié à l'investissement suggèrent que la balance des risques serait orientée à la hausse.
Au niveau national, le Conseil fait ressortir que les données du Haut-Commissariat au Plan relatives aux deux derniers trimestres illustrent l'ampleur du double choc subi par l'économie nationale à cause de la pandémie et des conditions climatiques défavorables ayant marqué la précédente campagne agricole.
En effet, le PIB s'est contracté au deuxième trimestre de 14,9% en glissement annuel, reflétant des baisses de la valeur ajoutée de 15,5% pour les activités non agricoles et de 6,9% pour le secteur agricole, relève-t-il. Sur le marché du travail, une perte nette de 581 mille emplois a été enregistrée au troisième trimestre par rapport au même trimestre de 2019. Tenant compte d'une sortie nette de 214 mille demandeurs d'emploi, le taux d'activité a reculé de 44,9% à 43,5% et le taux de chômage s'est aggravé de 9,4% à 12,7%.
Maitrise de l'inflation
Quant à l'inflation, elle devrait terminer cette année avec une moyenne de 0,7% et rester quasi stable en 2021 avant d'atteindre 1,3% en 2022, révèle BAM, soulignant que cette évolution est en lien notamment avec l'amélioration prévue de la demande intérieure. Le Conseil a également noté qu'après s'être affaiblie au deuxième trimestre, l'inflation a connu une nette accélération à partir du mois d'août, tirée principalement par l'augmentation des prix des produits alimentaires à prix volatils. Pour ce qui est des comptes extérieurs, les données à fin octobre montrent un repli quasi généralisé des échanges de biens.
Les exportations ressortent en recul de 10,1%, tirées notamment par des baisses des ventes du secteur automobile et du textile, et les importations de 16,6%, en lien particulièrement avec la contraction des achats de biens d'équipement, des produits finis de consommation ainsi que de la facture énergétique. Pour les principales autres opérations courantes, les recettes de voyage ont accusé une chute de 60,3% alors que les transferts des MRE affichent une résilience notable avec une augmentation de 1,7%. Tenant compte de ces évolutions, le déficit du compte courant ressortirait quasi stable à 4,2% du PIB en 2020. Sur l'horizon des prévisions, la reprise des exportations observée récemment devrait se consolider, portée notamment par les ventes du secteur automobile suite à la montée en production annoncée par l'usine PSA.
En parallèle, le rythme des importations s'accélérerait, avec une progression des achats de biens d'équipement et un alourdissement de la facture énergétique suite à la hausse prévue des cours internationaux du pétrole, note la même source. Les recettes de voyage, quant à elles, connaitraient une reprise graduelle tout en restant à un niveau inférieur à celui de 78,8 milliards de dirhams (MMDH) observé en 2019. Elles passeraient ainsi de 29 milliards de dirhams en 2020 à 49,9 MMDH en 2021 puis à 72 MMDH en 2022. Pour les transferts des MRE, après une quasi-stabilité à 65,8 MMDH en 2020, ils se raffermiraient à 70 MMDH puis à 71,4 MMDH. Dans ces conditions, le déficit du compte courant s'allégerait à 3,3% du PIB en 2021 et s'établirait à 3,9% en 2022. Pour ce qui est des opérations financières, après une régression à l'équivalent de 2,3% du PIB cette année, les entrées d'IDE devraient reprendre leur dynamique pour atteindre un volume correspondant à 3,1% du PIB annuellement.
Au total, et tenant compte notamment des émissions réalisées par le Trésor sur le marché international cette année et de celles prévues en 2021 et en 2022, les avoirs officiels de réserve se situeraient à 321,9 milliards à fin 2020 et évolueraient autour de ce niveau au cours des deux prochaines années, assurant ainsi une couverture d'un peu plus de 7 mois d'importations de biens et services.
Concernant les conditions monétaires, elles restent marquées par la poursuite du recul des taux débiteurs consécutivement aux réductions du taux directeur opérées en mars et en juin derniers. Le taux débiteur moyen global a enregistré ainsi une baisse trimestrielle de 28 points de base à 4,30% au troisième trimestre, une évolution qui a profité aussi bien aux ménages qu'aux entreprises notamment les TPME. Pour ce qui est du crédit bancaire, en dépit de la forte contraction de l'activité économique, il maintiendrait un rythme soutenu, favorisé par les mesures budgétaire et monétaire, avec une progression de sa composante destinée au secteur non financier de 4,3% cette année et en 2021 et de 4,5% en 2022. S'agissant du taux de change effectif réel, il ressortirait en appréciation de 0,4% cette année. En 2021, sous l'effet d'une baisse de 0,9% de la valeur du dirham en termes nominaux et d'un niveau d'inflation domestique inférieur à celui des pays partenaires et concurrents commerciaux, il se déprécierait de 1,2%, et devrait se stabiliser en 2022.

Sur le volet des finances publiques, l'exécution budgétaire au titre des onze premiers mois s'est soldée par un déficit hors privatisation de 59,2 MMDH, en creusement de 14,2 MMDH par rapport à la même période de 2019 et ce, compte tenu du solde positif de 8,3 MMDH du Fonds spécial de gestion de la pandémie de la Covid-19. A moyen terme, tenant compte notamment des données de la loi de finances de 2021 et sous l'hypothèse de la poursuite de la mobilisation des financements spécifiques, la consolidation budgétaire devrait reprendre graduellement et le déficit hors privatisation reculerait à 6,5% du PIB en 2021 et à 6,4% en 2022. En revanche, la dette directe du Trésor devrait connaitre une hausse de 11 points de PIB à 76% au terme de cette année et atteindre 79,3% du PIB à fin 2022.
(Avec MAP)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.