Bruxelles: Ryad Mezzour expose les ambitions du Royaume    L'Espagne dénonce la violation par l'Algérie de l'accord d'association et de voisinage    Les évènements regrettables de Nador sont indissociables des causes profondes de la migration    Dislog Group signe un nouveau contrat avec Mars Wrigley    Le torchon brûle de nouveau entre Ankara et Athènes    Nasa: l'eau aurait coulé sur Mars durant 1,3 milliard d'années !    Au-delà du concept obsolète de l'espace    Un héritage ancestral de grande richesse    Peut-on inventer une histoire vraie ?    La Clinique Européenne de Casablanca ouvre ses portes    Jeune Afrique : « Algérie-Tunisie, l'autre frontière fermée du Maghreb »    Fouilles journalistiques, du magazine mural au mur de Facebook », nouvel ouvrage du journaliste écrivain Jamal El Mouhafid    CAF Awards 2022: forte présence du Maroc dans la liste des nominés    Adoption d'un projet de décret relatif à la création de la zone d'accélération industrielle de Ain Johra    Bourse de Casablanca: Clôture en baisse    José Manuel Albares : Les causes « du drame de la migration irrégulière », c'est la faim    L'Exécutif cherche à réformer le cadre légal des résidences immobilières de promotion touristique    OTAN : Les Etats-Unis redéployent leurs forces en Europe    Israël: Fin de la coalition gouvernementale, Yair Lapid devient PM intérimaire    Lancement d'un appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation du Théâtre Cervantes de Tanger    Ceuta : La justice conclut que le rapatriement des mineurs marocains a violé leurs droits    OTAN : Le Sommet de Madrid a pris des « décisions transformatrices »    Medias Africains : ''Sport News Africa'' place le Wydad sur le toit de l'Afrique    CAF Awards : Les Lions de l'Atlas nominés dans la catégorie "Joueur de l'année"    Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Les Arts et cultures attachés à l'Islam au cœur d'une grande exposition à Paris    Attentats du 13 novembre en France : Salah Abdeslam condamné à la perpétuité incompressible    Migration irrégulière : Des eurodéputés appellent l'UE à appuyer le Maroc    Températures prévues pour le vendredi 1er juillet 2022    Aid Al-Adha: les paniers de repas autorisés, sous conditions, dans les prisons    CWTS Leiden 2022 : L'UM5 de Rabat, seule université marocaine à figurer dans le classement    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Une vision de demain ancrée dans le passé    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Quel rôle des Cours régionales des Comptes ?    Hooliganisme à Oujda : La préfecture de police dément tout décès parmi les supporters    Interview avec Hassan Fekkak : « Nous ne déplorons aucun cas d'intoxication aux JM d'Oran »    CAF : Le Maroc fait partie des 10 nominés au titre de la meilleure équipe nationale africaine de l'année    Trois nageurs marocains traversent le Détroit de Gibraltar à la nage en relais    Festival «Jazzablanca» : C'est parti pour la 15ème édition    Festival de cinéma «Les Téranga» de Dakar: Le Maroc invité d'honneur    37 millions DH pour un hub des métiers de l'automobile à Casablanca    JM Oran 2022 : Pour suivre le match Espagne – Maroc    Pourquoi la Turquie attire plus de touristes que le Maroc ? (VIDEO)    Le Maroc accumule 14 ans de retard en matière de droits des femmes    Kia Maroc. Retour remarqué du nouveau Carens    IPPIEM : hausse de 1% au cours du mois de mai (HCP)    Forsa : la SMIT dément les fausses informations concernant 2 appels d'offres    Casablanca: trois morts dans l'effondrement du fronton d'un café    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Soudan : Après la révolution, l'espoir
Publié dans L'opinion le 18 - 12 - 2020

Au deuxième anniversaire de la révolution, l'espoir demeure mais les désillusions restent nombreuses.
Il y a deux ans, le triplement du prix du pain fit office de détonateur d'une révolte qui entraîna la chute de l'autocrate Omar el-Béchir. De nombreuses désillusions ont suivi pour les Soudanais, mais elles n'ont pas entamé les espoirs d'une issue heureuse.
Mieux encore, à quatre jours de la date anniversaire, ils ont été débarrassés d'un poids qui entravait depuis 27 ans leurs mouvements et les plongeait dans l'abîme, avec le retrait officiel de Khartoum de la liste noire américaine des pays soutenant le terrorisme.
Cette annonce est venue contrebalancer les difficultés de la transition politique, marquée par les relations dégradées entre militaires et civils, au pouvoir depuis l'été 2019. Des tensions qui inquiètent les experts car elles pourraient être fatales à la démocratie balbutiante et fragile.
«Deux ans après le début de la révolution, nous sommes bien sûr déçus», affirme Randa Ahmad, une des âmes de la révolte ayant abouti au lâchage par l'armée d'Omar el-Béchir, au pouvoir depuis trois décennies.
«Nous étions descendus dans la rue car nous voulions une réforme de l'économie qui nous étranglait et le jugement des criminels du régime. Ce n'est toujours pas le cas et j'en souffre», assure cette femme de 28 ans.
«Malgré tout, je crois au succès de notre révolution. Nous surmonterons toutes les difficultés et nous aurons un gouvernement civil élu démocratiquement», clame Randa Ahmad.
Depuis son indépendance en 1956, le Soudan a connu 54 ans de dictature militaire et est dirigé aujourd'hui par un pouvoir hybride fruit d'un mariage forcé entre militaires et civils, jusqu'aux élections prévues fin 2022.
Crise de confiance
A ce jour, la crise socio-économique reste mordante, accentuée par le Covid-19, une inflation galopante et une dette effroyable équivalente à 201% d PIB.
Mais ce qui préoccupe le plus M. Khadra, c'est l'exécutif transitoire --»Il n'existe pas une réelle confiance (entre militaires et civils) ce qui freine l'application de l'accord».
Un euphémisme. Le Premier ministre Abdallah Hamdok a renouvelé lundi ses critiques acerbes envers l'armée et les services de sécurité, jugeant «inacceptable» leur poids dans l'économie.
Cinq jours plus tôt, le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, qui préside aussi le Conseil de souveraineté, s'en était pris à l'exécutif, composé majoritairement de civils, louant le rôle de l'armée.
«Un an après sa création, j'estime que le Conseil de transition (qui regroupe le Conseil de souveraineté et le gouvernement, NDLR) a échoué à répondre aux aspirations du peuple», a-t-il dit.
Pour Rebecca Hamilton, professeur associé à la faculté de droit à Washington, «une rupture entre civils et militaires constitue un risque constant et pour l'atténuer il faut que les partenaires internationaux apportent une large soutien aux civils».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.