Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: Les entraînements des Lions de l'Atlas sans Hakimi, Bounou et Fajr    Vahid Halilhodzic commente le tirage au sort des barrages, Qatar 2022    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Attijariwafa bank et l'AMCI accompagnent les étudiants et lauréats internationaux de la Coopération du Royaume du Maroc    Casablanca: La mise en oeuvre de la stratégie nationale de la jeunesse en débat    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce samedi 22 janvier    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Soudan : Après la révolution, l'espoir
Publié dans L'opinion le 18 - 12 - 2020

Au deuxième anniversaire de la révolution, l'espoir demeure mais les désillusions restent nombreuses.
Il y a deux ans, le triplement du prix du pain fit office de détonateur d'une révolte qui entraîna la chute de l'autocrate Omar el-Béchir. De nombreuses désillusions ont suivi pour les Soudanais, mais elles n'ont pas entamé les espoirs d'une issue heureuse.
Mieux encore, à quatre jours de la date anniversaire, ils ont été débarrassés d'un poids qui entravait depuis 27 ans leurs mouvements et les plongeait dans l'abîme, avec le retrait officiel de Khartoum de la liste noire américaine des pays soutenant le terrorisme.
Cette annonce est venue contrebalancer les difficultés de la transition politique, marquée par les relations dégradées entre militaires et civils, au pouvoir depuis l'été 2019. Des tensions qui inquiètent les experts car elles pourraient être fatales à la démocratie balbutiante et fragile.
«Deux ans après le début de la révolution, nous sommes bien sûr déçus», affirme Randa Ahmad, une des âmes de la révolte ayant abouti au lâchage par l'armée d'Omar el-Béchir, au pouvoir depuis trois décennies.
«Nous étions descendus dans la rue car nous voulions une réforme de l'économie qui nous étranglait et le jugement des criminels du régime. Ce n'est toujours pas le cas et j'en souffre», assure cette femme de 28 ans.
«Malgré tout, je crois au succès de notre révolution. Nous surmonterons toutes les difficultés et nous aurons un gouvernement civil élu démocratiquement», clame Randa Ahmad.
Depuis son indépendance en 1956, le Soudan a connu 54 ans de dictature militaire et est dirigé aujourd'hui par un pouvoir hybride fruit d'un mariage forcé entre militaires et civils, jusqu'aux élections prévues fin 2022.
Crise de confiance
A ce jour, la crise socio-économique reste mordante, accentuée par le Covid-19, une inflation galopante et une dette effroyable équivalente à 201% d PIB.
Mais ce qui préoccupe le plus M. Khadra, c'est l'exécutif transitoire --»Il n'existe pas une réelle confiance (entre militaires et civils) ce qui freine l'application de l'accord».
Un euphémisme. Le Premier ministre Abdallah Hamdok a renouvelé lundi ses critiques acerbes envers l'armée et les services de sécurité, jugeant «inacceptable» leur poids dans l'économie.
Cinq jours plus tôt, le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, qui préside aussi le Conseil de souveraineté, s'en était pris à l'exécutif, composé majoritairement de civils, louant le rôle de l'armée.
«Un an après sa création, j'estime que le Conseil de transition (qui regroupe le Conseil de souveraineté et le gouvernement, NDLR) a échoué à répondre aux aspirations du peuple», a-t-il dit.
Pour Rebecca Hamilton, professeur associé à la faculté de droit à Washington, «une rupture entre civils et militaires constitue un risque constant et pour l'atténuer il faut que les partenaires internationaux apportent une large soutien aux civils».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.