Compteur coronavirus : 102 cas testés positifs et 3 961 3941 personnes vaccinées    Lois électorales : Les contours incertains d'un second round qui s'annonce houleux à la Chambre des Conseillers    ANRT : Les Marocains accros aux télécommunications en pleine pandémie    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Comment réhabiliter le statut de la femme    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    «Je veux être ton égale en droit»    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Le Maroc élu à la vice-présidence    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Les femmes fortement impactées par la pandémie    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"
Publié dans L'opinion le 16 - 01 - 2021

Le recours accru du Maroc aux financements d'origine externe, afin de faire face aux répercussions de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), est "nécessaire, maitrisé et soutenable", souligne le Centre marocain de Conjoncture (CMC).
Devant la gravité des chocs extrêmes de nature exogène, engendrés par le Covid-19, et la menace qu'ils ont fait peser sur les équilibres macroéconomiques, le Maroc a sensiblement accru son endettement externe pour d'une part préserver sa solvabilité à l'international et d'autre part maintenir la crédibilité de sa politique économique une fois le retour à la normale acté", indique le CMC dans sa dernière lettre mensuelle, affirmant qu'à l'examen des chiffres, ce recours accru à ces financements d'origine externe est "nécessaire, maitrisé et soutenable".
En effet, cette pandémie, qui sévit depuis un an, a créé une conjoncture atypique marquée par l'arrêt, partiel ou total, de l'activité des pans entiers des secteurs productifs, et occasionné une profonde récession économique dans tous les pays de la planète, ajoute le CMC.
Ce numéro spécial, portant sur "le contexte pandémique : Quelles réformes pour la résilience ?", jette également la lumière sur le Fonds Mohammed VI pour l'investissement, en tant que "l'un des principaux leviers appelés à jouer un rôle déterminant dans le programme de relance économique pour les années à venir".
Le succès de ce Fonds comme instrument au service du développement économique et social dépendra largement du capital-confiance qu'il pourra inspirer auprès de ses partenaires et plus particulièrement les investisseurs, relève le Centre, notant que son système de gouvernance, son efficacité et sa transparence s'avèrent d'une importance capitale pour l'accomplissement de sa mission dans les meilleures conditions.
Par ailleurs, le CMC s'attarde sur la restructuration du secteur public considérée aujourd'hui une priorité pour tous les Etats. Cette orientation stratégique mène à l'instauration progressive d'un Etat partenaire, à l'accélération de la décentralisation des services publics, à l'alignement sur les standards internationaux, et à la mise en place d'une administration bien outillée pour répondre aux besoins des citoyens sans cesse changeants sous l'effet de la globalisation des économies, l'émergence de nouveaux comportements des usagers, la crise des finances publiques, et le développement rapide des moyens de communication.
Les responsables marocains ont aussi fait ce choix, affirme le CMC, faisant observer qu'ils "déploient tous leurs efforts pour remplacer les structures publiques très centralisées et hautement hiérarchisées par d'autres plus organisées, plus souples, plus rationnelles et répondant plus concrètement aux besoins des citoyens.
"Ce projet semble cependant rencontrer des difficultés d'application en raison de l'existence de nombreux facteurs entravant. De ce fait les réformes déclarées et élaborées restent en décalage par rapport aux attentes", souligne le Centre.
Ce nouveau numéro de "Maroc Conjoncture" traite plusieurs axes, notamment "L'investissement dans le Monde pour l'après-pandémie : entre reflux et transformations de la production internationale", "Industries pharmaceutiques : dynamisme et fièvre spéculative", "Fonds Mohammed VI : un levier stratégique du programme de relance", " Elargissement du système de protection sociale : un projet de politique publique intégrée" et "Restructuration du secteur public : décalage avec les attentes".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.