Défaite et repli du «Polisario» maquillés en redéploiement tactique ?    A propos de sa demande de décharge de ses fonctions ministérielles : Ramid fait volte-face    La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    Algérie : le Hirak de retour pour dénoncer le pouvoir militaire et réclamer plus de démocratie    Covid-19 : plus de 3 400 000 personnes vaccinées    Allemagne : la commission vaccinale envisage de recommander le vaccin AstraZeneca pour les plus âgés    La HACA et la SNRT lancent à Dakhla des visites aux sites régionaux de production et de diffusion de radio et de télévision    Covid19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 février 2021 à 18H00    Talib viré du TAS    L'ONU annonce de nouveaux dispositifs d'identification pour lutter contre la pêche illégale    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Des manifestations monstres contre les caciques : Les Algériens disent «degage» au régime    Luca Attanasio, ambassadeur italien, tué en RDC    Le secrétaire général du Polisario reçu par le président Algérien    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Groupe Al Omrane: Mise en chantier en 2020 de 46 projets d'une consistance de près de 17.000 unités    Le Maroc, un modèle en matière de vaccination    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Marché de capitaux: 4,83 MMDH de levées en janvier 2022    Alerte – Veille – Relance post-covid19 – Investissements étrangers et compétition internationale – Ce que préparent les concurrents du Maroc    Les entrepreneurs marocains invités à investir au Burundi    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien...Ryad dénonce !    La Chambre des représentants libyenne tend à former un gouvernement provisoire restreint composé des compétences de toutes les régions du pays    Marrakech : 29 interpellations pour violation de l'état d'urgence sanitaire et aménagement d'une villa pour les jeux de hasard    ONCF: un chiffre d'affaires consolidé de 3,1 MMDH en 2020    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Une nouvelle Ecole Américaine à Benguerir    Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le personnel des FAR reçoit la 2è dose du vaccin anti-Covid-19    Percevoir le cannabis tout autrement    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion ce vendredi du Conseil de gouvernement    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kerouac, Ginsberg, Burroughs... Le rêve tangérois des voyageurs américains dans l'âme
Publié dans L'opinion le 17 - 01 - 2021

Tanger est un rêve de voyageur. Sindbad des 1001 nuits n'y a pas fait escale et commerce mais des voyageurs illustrent y ont pris pied et parfois racine. La Beat Generation est passée par Tanger et Paul Bowles y a vécu humainement et littérairement.
Une ville, des écrivains, des cinéastes... Tanger, ville internationale ou plus simplement cosmopolite a vécu une sorte d'âge d'or culturel et plus spécifiquement littéraire avec les apôtres de la Beat Generation William Burroughs, Allen Ginsberg et Jack Kerouac à qui l'on doit l'expression à l'origine de la révolution culturelle des années 60, avait ébranlé les Etats-Unis d'abord, la jeunesse du monde ensuite. On the road de Kerouac reste l'expression d'un double voyage intérieur et réel pour célébrer la liberté des grands espaces que seule la route terrestre, maritime et aérienne, avec le développement des moyens de transport, permettent d'explorer. « Le Festin nu » de Burroughs est ainsi une sorte de manifeste de la transgression, métaphorique, certes, mais également littéraire, culturelle et sociale. Vivre dans la marge, en assumer la marginalité avec une certaine exubérance, l'assumer en fait comme un mode de vie, a fait de son auteur une sorte de précurseur littéraire et de libérateur des mœurs dans une société américaine puritaine et fermée sur elle-même. « Howl » de Ginsberg et « Le Festin nu » firent même face à des procès en obscénité et Howl, un long poème en prose, fut même frappé d'interdiction et retiré de la vente !
Tanger qui sied aux aventuriers ou de façon plus prosaïque aux voyageurs (Ibn Batouta, Léon l'Africain, Ulysse dit-on) à donner à la Beat Generation le lieu idéal de ses retrouvailles et de sa perdition par rapport aux normes sociales et culturelles de l'époque : la liberté de s'évader et le rêve psychédélique. C'est à l'ombre de ce trio d'enfer que seraient nés le mouvement des étudiants en France, connu sous le nom de Mai 68, l'opposition à la guerre du Vietnam sur les campus américains et le mouvement Hippie qui prendra son envol de Berkeley et atteindra une sorte d'apothéose avec le Festival de Woodstock (où Canned Heat chantait « On the road again »), chamarré de sons psychédéliques et fleuri, naturellement et vestimentairement. C'était, bien entendu, l'époque des cheveux longs (sans idées courtes !), des pantalons « patte d'éléphant » et des chemises à fleurs... bref, la génération beatnik dans toute sa splendeur vagabonde sur les routes, avec des points de rendez-vous à travers le globe dont Tanger fut une sorte de lieu de passage –ou de fixation- obligé.

Paul Bowles, le plus marocain des américains
La Beat Generation s'inscrit dans une logique de groupe de rupture littéraire comme a pu l'être des mouvements littéraires en France, par exemple, avec le Surréalisme qui vint comme point de démarcation et de rupture par rapport à ce qui avait court dans la création poétique, picturale et littéraire, d'une façon générale. La révolution littéraire est rarement - sinon jamais –individuelle. Elle est de groupe. Un auteur, comme une hirondelle, en somme, qui ne fait pas le printemps, ne fait jamais à lui tout seul une révolution... Que serait en effet le Nouveau Roman s'il avait été porté uniquement par Robbe-Grillet, sans l'appoint fondamental d'enrichissement et décisif de Michel Butor et Claude Simon pour n'en citer que ceux-là ?
Comment parler des américains de Tanger sans évoquer le nom de Paul Bowles, celui qui non seulement à précéder les Kerouac, Burroughs et Ginsberg, contribué à faire naitre le roman picaresque marocain. Outre qu'il reste un auteur majeur de cette époque, un témoin et acteur incontournable de la vie littéraire tangéroise de cette époque, Paul Bowles a fait surgir d'improbables écrivains comme Mohamed Choukri, Mohamed Mrabet, avec des histoires simples et fortes car souvent construites sur un matériau qui n'est autre que le vécu. « Le Pain nu » tire sa force littéraire de son autobiographie romancée... aussi réelle que la réalité du vécu de Mohamed Choukri.
La particularité de Paul Bowles est d'avoir vécu le Maroc de Tanger avec des marocains, au contraire des fondateurs de la Beat Generation qui se fréquentaient dans le cercle fermé des expatriés nord-américains, l'œil rivé sur les amarres des bateaux en partance, hantés par le départ vers d'autres cieux, d'autres destinations.

Abdallah Bensmain


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.