Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Interview avec Ali Sedrati : "Pour une souveraineté de l'industrie pharmaceutique marocaine"
Publié dans L'opinion le 01 - 03 - 2021

De plus en plus urgent, surtout après la crise du Covid-19, le développement du secteur de l'industrie pharmaceutique est une nécessité pour garantir une indépendance nationale en la matière. Ali Sedrati, président de la FMIIP, nous en parle.
Récemment affiliée à la CGEM, la Fédération Marocaine de l'Industrie et de l'Innovation Pharmaceutiques (FMIIP) plaide pour un développement de la production des médicaments au Maroc. Une revendication qui trouve écho dans la classe politique et notamment au Parti de l'Istiqlal. Ali Sedrati, président de la FMIIP, nous en parle, tout en se prononçant sur la relation des industriels marocains avec le ministère de la Santé et le projet de numérisation que ce dernier mène pour la gestion du secteur, une démarche qui a fait couler beaucoup d'encre.
- Votre fédération a entamé un cycle de rencontres avec les partis politiques, dont la dernière a été avec le Parti de l'Istiqlal, quel en est l'enjeu ?
- Nous nous sommes réunis avec le Secrétaire Général du Parti de l'Istiqlal, M. Nizar Baraka, accompagné d'une délégation du Bureau politique, et nous avons discuté de la situation du secteur de l'industrie pharmaceutique nationale. Notre réunion avec l'Istiqlal s'inscrit dans le cadre d'une série de rencontres avec les représentants des partis politiques, afin de mettre le point sur la situation de notre secteur, les défis qu'il rencontre et les perspectives de son développement pour faciliter l'accès des citoyens aux médicaments. Jusquelà, nous nous sommes entretenus avec deux partis, à savoir l'Istiqlal et l'USFP, dans l'attente d'achever le programme d'entrevues avec l'ensemble de la classe politique. Je tiens à préciser qu'il s'agit seulement d'une rencontre à caractère professionnel, nous avons discuté des aspects techniques et juridiques relatifs à l'amélioration de l'industrie pharmaceutique dans notre pays et la promotion du médicament « Made in Morocco ». Nos rencontres avec M. Baraka et avec les représentants de l'USFP se sont bien déroulées, dans un climat de confiance et de compréhension.
- Des informations ont évoqué votre agacement quant à un projet de numérisation du secteur de l'industrie pharmaceutique, mené par le ministère de la Santé, en collaboration avec une association étrangère, pouvez-vous nous en parler davantage ?
- Il s'agit de la mise en place d'une plateforme électronique par le ministère de la Santé et plus précisément par la Direction des Médicaments et de la Pharmacie. Cette plateforme est destinée à la gestion du secteur de l'industrie pharmaceutique, et notamment le traitement des demandes d'enregistrement et d'importation des médicaments. Pour notre part, nous avons demandé à ce que nous soyons consultés et associés dans la mise en œuvre de ce projet de numérisation, puisque nous en sommes les principaux concernés. C'est une revendication d'autant plus légitime que notre fédération représente plus de 80% des sociétés du secteur. Nous voulons donc apporter nos contributions et nos doléances.
- Après ce point de désaccord, vous demeurez en bons termes avec le ministère de la Santé ?
- Nous sommes conscients de la nécessité de travailler la main dans la main avec le ministère de la Santé, en tant qu'associés, en ce qui touche, de près ou de loin, l'industrie pharmaceutique. Le ministère reste le département de tutelle, et dispose de notre soutien dans sa politique de santé, et surtout dans sa nouvelle stratégie d'approvisionnement du marché national en médicaments, qu'ils soient génériques ou d'innovation. A ce titre, nous ne voulons que contribuer à ce chantier. Le plus important pour nous, est d'affermir la production des médicaments sur le sol marocain dans l'espoir d'assurer une souveraineté nationale dans les années à venir. Nous militions également pour la multiplication des investissements dans ce secteur, aussi bien par les firmes multinationales que par les firmes nationales.
- Quel est le but derrière votre affiliation à la Confédération Générale des Entreprises du Maroc ?
- D'abord, je précise que la Fédération Marocaine de l'Industrie et de l'Innovation Pharmaceutiques (FMIIP) a remplacé l'ancienne « Association Marocaine de l'Industrie Pharmaceutique » (AMIP), créée en 1985, et est désormais affiliée à la CGEM. C'est une étape importante qui va permettre aux industriels du secteur pharmaceutique de développer leurs activités, améliorer leur productivité pour satisfaire les besoins du marché national, et pourquoi pas développer l'offre exportable marocaine, en la matière. Le Parti de l'Istiqlal nous a exprimé sa pleine disposition à soutenir l'industrie pharmaceutique marocaine, dans le but d'affermir la souveraineté nationale dans ce secteur si important, d'autant que notre pays est entré dans la phase de généralisation de l'Assurance Maladie Obligatoire (AMO), qui sera achevée en 2022.
Recueillis par Anass MACHLOUKH
Portrait
Ali Sedrati : la voix de l'industrie pharmaceutique nationale
Pharmacien de formation, et diplômé en 1976, Ali Sedrati fut chargé de mission au Service Central de la Pharmacie au ministère de la Santé entre 1976 et 1990. Il est directeur général du laboratoire « Pharmaceutical Institute » depuis août 1990, sachant qu'il avait fait office de partenaire et président de Glaxo Smith Kline Maroc, filiale de la multinationale britannique, pendant dix-huit ans, entre 1996 et 2014.
En 2018, il fut nommé à la tête de l'ex-Association Marocaine de l'Industrie Pharmaceutique (AMIP) suite à son élection par l'Assemblée générale ordinaire, succédant ainsi à Ayman Cheikh Lahlou. L'AMIP s'est transformée en une fédération plus large en 2020.
Actuellement, Ali Sedrati est président de la Fédération Marocaine de l'Industrie et de l'Innovation Pharmaceutiques (FMIIP), représentant des industriels de la Pharmacie à la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM). La FMIIP a été admise à la CGEM en janvier dernier, et y dispose d'un siège au Conseil d'administration en tant que Fédération sectorielle statutaire externe. Cette corporation représente plus de trente sociétés pharmaceutiques, à savoir les sociétés nationales et les opérateurs marocains ayant des collaborations ou des partenariats avec des firmes étrangères ou multinationales. Soit la majorité des industriels nationaux.

A. M.
Repères
Industrie pharmaceutique : La FMIIP réitère son engagement envers la CGEM
Face à des informations relayées par un média électronique de sa potentielle indépendance vis-à-vis de la CGEM, la Fédération Marocaine de l'Industrie et de l'Innovation Pharmaceutiques (FMIIP) a réitéré, dans une mise au point, son adhésion au statut du Patronat. Il s'agit d'une réaction aux multiples rumeurs ayant porté sur le cycle de rencontres qu'organise la Fédération avec les partis politiques du pays afin de partager sa stratégie de développement de la fabrication locale, ajoute la même source.
Covid-19 : Une épreuve sans précédent pour les industriels
La pandémie du Covid-19 a été et continue d'être une épreuve pleine de défis pour les laboratoires et les sociétés pharmaceutiques marocains. Depuis le début de la crise sanitaire, ces derniers ont été confrontés à une hausse subite de la demande sur les médicaments inscrits dans le protocole de traitement du Coronavirus, au point de provoquer des pénuries. Ce fut le cas de la vitamine C et du zinc qui ont disparu à maintes reprises des officines. Le ministère de la Santé avait envisagé une hausse de production par l'accroissement des unités productrices. Pour sa part, la FMIIP avait expliqué ces pénuries par la forte demande et la rareté des matières premières sur le marché international, surtout en Chine et en Inde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.