Kénitra : deux arrestations pour trafic illicite de substances psychotropes    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 octobre 2021 à 16H00    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Maroc : une nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19 est probable    Aquaculture : Agadir Haliopôle Cluster accompagne les start-up innovantes    Mobilité propre : De nouvelles dispositions applicables en 2022 et en 2023    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Agadir : Démantèlement d'une bande de trois malfrats, dont une jeune femme    Casablanca : Pour kidnapping, séquestration et viol, un duo écope de 10 ans de prison chacun    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Le pass vaccinal obligatoire dès jeudi dans les espaces publics et pour se déplacer    Ali Bensaad : «Le discrédit du régime algérien, qui se désagrège, est tel qu'il rejaillit sur l'image de tout le pays. Il est l'homme malade du Maghreb»    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Le gouvernement adopte le projet de budget de l'Etat pour 2022    Sahara : Irina Tsukerman dénonce un lobbying douteux contre le Maroc et soutient la légitimité et la crédibilité de la voix de Tamek    Irak: Le responsable d'un attentat meurtrier en 2016 arrêté    Le premier ministre polonais fustige un «chantage» de l'UE, qui souhaite protéger ses «valeurs»    Un responsable marocain sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) : «Nous ne le laisserons pas rouiller»    Aïd Al Mawlid Annabaoui - Le Prophète Sidna Mohammed « As-Sadiq Al-Amin » : Un illustre modèle    Un trafic international de cocaïne démantelé en Belgique, 27 arrestations    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Femmes sur le marché du travail : Les chiffres inquiétants du HCP    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    La CGEM décline son software    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les autorités de Figuig se réunissent avec les exploitants des terres agricoles
Publié dans L'opinion le 16 - 03 - 2021

Le gouverneur de Figuig s'est réuni, ce mardi 16 mars, avec un certain nombre d'agriculteurs exploitant les terres agricoles de Al Arja.
Cette réunion s'est tenue en présence du représentant des terres de «Oueld Souleiman» et un groupe de parlementaires. Elle intervient après que des militaires algériens aient ordonné aux agriculteurs marocains de ne plus exploiter ces terres, sous le motif qu'elles relèvent du territoire du voisin de l'Est.
Au début de son intervention, le gouverneur de la région de Figuig a indiqué que cette réunion est consacrée à l'étude des solutions possibles pour atténuer les répercussions de cette décision temporaire des autorités algériennes, sur les exploitants de ces terres agricoles. Soulignant que l'autorité régionale, en coordination et concertation continues avec les organes représentatifs du ayants droit et les exploitants de terres agricoles concernés par la décision des autorités algériennes, étudient la situation afin d'élaborer de solutions qui tiennent compte de toutes les possibilités potentielles.
Cette rencontre s'inscrit dans le cadre d'une série de rencontres organisées par les autorités régionales et locales de la région de Figuig avec les exploitants des terres.
Les habitants se soulèvent
Sommés à quitter leurs terres et champs de palmiers dattiers, les habitants de Figuig, dans le sud-est du Maroc, ont choisi de faire entendre leur voix en protestant, samedi 13 mars devant la délégation de police à Figuig, contre les pressions de cadres étatiques et militaires algériens. Ces derniers ont ordonné aux exploitants marocains de quitter définitivement la zone d'El Arja, sous le motif qu'elles relèvent du territoire de l'Algérie, au plus tard le 18 mars.
«Nos grands-parents travaillaient déjà ces champs dans les années 1930 et la propriété du ksar à El Arja est bien documentée», témoigne l'un des habitants d'El Arja, victime de cette décision brusque des autorités algériennes. Selon lui, malgré la fermeture des frontières terrestres entre le Maroc et l'Algérie au milieu des années 1990, qui a rendu l'accès à cette zone difficile, les armées des deux pays «ne posaient pas de lourdes contraintes aux propriétaires desdites terres, d'autant plus qu'il s'agit de tribus qui ont des liens de sang, abstraction faite de la nationalité qui a été donnée plus tard aux uns et aux autres».
Selon ces petits agriculteurs, qui ont devant eux quatre jours pour céder des biens où ils ont investi tout leur argent, et ce, depuis des décennies, cette "manœuvre militaire" n'est pas une première. Des actes similaires ont été menés aux alentours de Oued Zouzfana, rapportent des médias locaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.