Listes électorales: le ministère public appelle à la lutte contre les infractions commises lors des inscriptions    Les partis politiques appelés à mettre fin à la charité électorale    Suède : le gouvernement Löfven emporté par une motion de censure    Yassir Maroc signe un accord de coopération avec Huawei    Saint-Gobain Développement Maroc devient Saint-Gobain Maroc    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Championnats panarabes d'athlétisme : suprématie marocaine avec 31 médailles    Selon le président du Barça, le projet de la Super Ligue est « toujours vivant »    Ousmane Dembélé forfait pour le reste de l'Euro    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Intelligence Artificielle: Al Akhawayn et l'Université Mohammed VI Polytechnique lancent un nouveau Master    Enseignement : Open Sky International arrive au Maroc    Eaux de baignade : 29 plages interdites cet été    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quotient électoral : le PJD tente la carte de la Cour constitutionnelle
Publié dans L'opinion le 24 - 03 - 2021

Après avoir voté contre la réforme électorale aux deux Chambres du Parlement, le groupe parlementaire du PJD continue sa quête inlassable pour révoquer le nouveau quotient électoral, en saisissant officiellement la Cour constitutionnelle.
Les députés du parti qui dirige la majorité sont bien déterminés à aller jusqu'au bout dans leur quête d'annuler la réforme du quotient électoral. Le groupe présidé par Mostapha Brahimi a saisi la cour constitutionnelle, en y soumettant un mémorandum revendiquant la révocation pure et simple du nouveau mode de répartition des sièges, qui sera calculé, désormais sur la base des inscrits dans les listes électorales, au lieu des bulletins valides. Une réforme voulue par l'ensemble des partis politiques, que le PJD est le seul à décrier sous prétexte qu'elle est « antidémocratique ». Un argument rejeté par l'ensemble des formations politiques qui ont plaidé pour le changement du mode précédent, jugé préjudiciable au pluralisme politique, car il génère une incompatibilité entre les voix récoltées et le nombre des sièges obtenus.
Dans son mémorandum, le groupe du PJD a avancé l'argument d'inconstitutionnalité pour demander l'annulation du quotient, expliquant qu'il va aboutir à une « balkanisation de la scène politique », ajoutant que ce nouveau mode de calcul « nuit à la concurrence politique loyale et constitue une régression démocratique ». Les députés pjdistes ont construit également leur argumentaire sur une « supposée contradiction » entre le maintien du quotient tel qu'il est pour le scrutin des collectivités territoriales et son changement pour celui de la Chambre des représentants. À cet égard, les partis politiques, que ce soit de la majorité ou de l'opposition, ont voulu remédier au problème de l'hétérogénéité des alliances gouvernementales, qui se sont montrés ses dernières années d'une fragilité telle que les divergences internes ont miné l'action des deux gouvernements précédents. Pour sa part, le Parti de l'Istiqal avait revendiqué la réforme du quotient électoral, le conseiller istiqlalien Fouad Kadiri avait estimé qu'il est inadmissible qu'une formation politique gagne 32 % des sièges parlementaires, avec seulement 10% des voix des personnes inscrites dans les listes électorales, expliquant qu'il est important de donner plus d'accès à la représentation nationale aux petits partis.
En effet, la réforme a également mis fin au seuil électoral, ce seuil éliminatoire qui interdisait à tout parti ayant moins de 3% des voix à concourir pour un siège au Parlement. Selon Fouad El Kadiri, le nouveau quotient électoral n'aura aucun effet sur le classement des partis politiques lors du prochain scrutin législatif.
Rappelons que les lois organiques et les règlements de la Chambre des Représentants et de la Chambre des Conseillers doivent être soumis à la Cour Constitutionnelle qui se prononce sur leur conformité à la Constitution. Le Pjd ambitionne de révoquer l'article 84 de la loi relative à la Chambre des représentants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.