Les démêlés judiciaires de Brahim Ghali se poursuivent en Espagne, Santiago Pedraz Gómez enfonce le clou    Paix et stabilité au Proche-Orient : Blinken salue le « rôle clé » joué par le Maroc    Les ménages marocains vivent avec près de 3 sources de revenu (HCP)    Algérie : le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie et le mouvement Rachad classés «organisations terroristes» par le régime    Aménagement de 250 centres pour accueillir les mineurs migrants en Espagne    Bab Sebta: les autorités espagnoles utilisent des grenades lacrymogènes pour disperser les migrants (VIDEO)    Crise de Sebta: le Maroc rappelle son ambassadrice en Espagne    Déficit budgétaire de 21,4 MMDH à fin avril    Collectivités territoriales: le Maroc obtient un prêt du Japon    Hausse de 3,3% des primes émises à fin mars    FinanceCom devient O Capital Group    Réunion du Conseil de gouvernement: ce qui est prévu    Solidarité totale avec le peuple palestinien pour la défense de ses droits légitimes    Bayt Mal Al-Qods, un engagement indéfectible au service de la résilience de la ville sainte    France : Karim Benzema dans la sélection de Deschamps pour l'Euro    Le Real Madrid a trouvé un successeur pour Zidane    Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar se classe 3ème    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce mardi 18 mai (Maroc/Covid-19)    Alerte météo: il va faire très chaud dans ces régions du Maroc    Direction des prisons: bonne nouvelle pour les familles des détenus    Création de 342 salles d'enseignement préscolaire au titre de 2020-2021    MAScIR conçoit un dispositif pour le dépistage en temps réel et sans réactifs    Le Festival du Cinéma Méditerranéen de Tétouan en format digital    Lancement du concours d'art vidéo «Eye on the Street»    L'œuvre de Michel Ocelot à l'honneur    Clientélisme, surenchère idéologique et démagogie : la recette d'El Habib Choubani pour les législatives de 2021    Deux migrants blessés à la frontière entre le Maroc et Sebta hospitalisés à Tétouan    Le sang des Palestiniens continue de couler    Le département d'Etat américain publie la déclaration tripartite Maroc-Etats-Unis-Israël sur son site    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    Younès Belhanda rejoint le championnat saoudien    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    La France efface la dette du Soudan    Dessalement : le marocain Hyrenco propose une technologie à faible coût    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Assurance : Les crèches sommées de jouer la transparence    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Rabat: Le Café des Oudayas rouvre ses portes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre: Fedwa Misk et nos mères
Publié dans L'opinion le 11 - 04 - 2021

Et voici qu'une journaliste, ancienne chroniqueuse radio, foudroyante de curiosité, écrit une pièce de théâtre pour le théâtre. Troublant, non ? Filiforme avec un cœur grand comme ça, l'étonnante ex jeune femme à la formation médicale devenue dame râleuse, souscrit dans le registre de la dénonciation au futur «radieux». Prête ou pas, cette société hybride et débridée à consommer le constat ? «Nos mères» (Editions La Croisées des Chemins) dit-elle, histoire de nous noyer dans la critique folle, celle d'un mâle qui ne respire pas le même air, qui se referme telle une huitre dès qu'on lui rappelle l'acidité de ses actes face à sa moitié. Concédons être un brin hors-propos. Des femmes qui se racontent c'est excellent, une autre qui vient en surplus pour tout expliquer en prélude, cela est indiqué pour faire désordre. Au détriment des récits des cinq femmes ayant vécu la maternité, un emballage titubant se dresse en mise en bouche : «Tous les personnages de Fedwa Misk montrent la nécessité, pour réussir sa vie de femme, de se défaire d'un lien trop passionnel avec la mère (...) Etre mère un jour à son tour est un moment crucial dans la vie d'une femme. Le désir même de maternité demeure un choix». Que vive le verbiage ! Lorsqu'on n'a pas grand-chose à développer, on décline et on passe son chemin. S'accrocher pour espérer encore exister, cela relève du suicide.
Entre lecteur et liseur
Misk fait ici les frais d'une attitude à la limite de l'acharnement béat. Quand on écrit, on s'adresse au lecteur, pas à ceux qui se croient liseurs et se permettent par un quelconque pouvoir d'édition d'interpréter légèrement, quitte à aller à vau-l'eau. Bref, une pièce de théâtre se joue. Les ouvreuses le savent. Celles-ci n'existent plus, tout comme les belles loges qu'elles ouvraient (d'où leur intitulé) qui sont devenues des espaces incongrus dédiés plus aux photos et aux autographes qu'à des moments d'échanges avec acteurs et metteurs en scène. On peut également déplorer l'absence de plus en plus criante des couturières, des avant-premières et des premières. Mais là, on s'éloigne du texte et de son éventuel beau devenir. Mais un bon sujet tient son rôle. Et que Fedwa Misk s'éloigne de la psychothérapie pour mieux déléguer aux faiseurs qu'aux phraseurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.