Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Botola D1/ Mise à jour : Tout faux pas se paiera cash !    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Real Madrid: Ancelotti veut récupérer Hakimi    Coupe de la CAF : Le programme des demi-finales    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Banques: La position de change au plus bas annuel    Ventes de voitures neuves : Mai, mois d'une reprise confirmée    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    L'ONMT se mobilise pour réactiver les routes aériennes    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Terrible incendie dans un entrepôt de textile à Bouskoura    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    Coupe du monde 2022 : les Lions de l'Atlas fin prêts    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre livre et lecture: La réalité numérique transforme le livre en mythe
Publié dans L'opinion le 05 - 05 - 2021

Le livre est en train de mourir. Malgré la résistance de la lecture, celle-ci est en train de migrer du support physique à la liseuse, tablette et autre smartphone. Le livre a régné durant 500 ans, combien de temps va durer son agonie ?
La mort est une renaissance semble dire la journée mondiale du livre et du droit d'auteur qui prend la date du 23 avril comme « symbolique » de cette résurrection. Pour fêter le livre et la lecture, l'Unesco a ainsi pris pour repère la date de la disparition des immortels de la littérature mondiale que sont Shakespeare, Cervantès et Garcilaso de la Vega. Ce dernier moins connu dans l'espace francophone est considéré comme étant le premier grand écrivain péruvien, né de père espagnol et de mère péruvienne.
La Fête du livre, lancée à Barcelone en 1930, était consacrée uniquement à Miguel de Cervantès. C'est la conférence générale de l'Unesco, qui s'est tenue à Paris en 1995, qui a décidé de l'élargir à William Shakespeare, Inca Garcilaso de la Vega. La Journée mondiale du livre est célébrée dans plus de cent pays. Tbilissi, la capitale géorgienne en est l'étoile polaire vers laquelle les regards se tournent, car « Capitale mondiale du livre pour l'année 2021 ».
La célébration de cette année qui intervient dans un contexte marqué par la pandémie du Covid-19 et le confinement de la terre entière se pose comme un moment d'évasion pour lutter contre l'enfermement. Entre quatre murs et en manque de voyages, obnubilés par des écrans de télétravail et de distraction, l'humanité veut ainsi voir en le livre un moyen pour lutter contre l'isolement et stimuler l'imagination, résume les analystes de l'Unesco. L'affirmation est là, mais quel crédit lui accorder face à des moyens de communication qui, justement, mettent en contact virtuel les personnes qui peuvent ainsi se parler, se regarder...le contact physique en moins.L'image « Les livres ont été des fenêtres sur le monde durant la pandémie de Covid-19 », est explicite en soi : de la fenêtre ce que l'œil voit, la main ne le touche pas ! C'est une métaphore qui a son poids de sens. L'Unesco en fêtant le livre ne désavoue pas les réseaux sociaux sur lesquels elle s'appuie pour diffuser et faire entendre son message en créant à cet effet le hashtag #WorldBookDay qui invite les lecteurs du monde entier, étudiants, enseignants, bibliothécaires et professionnels de l'industrie du livre à partager « leur amour pour la lecture ».
Du livre à l'ebook
L'adaptation de la lecture à la technologie n'a pas fait disparaître le livre et moins encore la lecture. Selon l'Unesco, le nombre de livres lus aurait même doublé, dans certains pays, durant le confinement qui correspond à un pic de la pandémie, poussant les éditeurs à moins produire, les librairies à fermer durant de longues périodes. La lecture varie selon les pays et l'Inde en serait le champion incontesté avec plus de 10 heures par semaine, talonnée par la Thaïlande, la Chine, les Philippes, qui montrent ainsi que la lecture a élu domicile en Asie. Dans le monde arabe, l'Egypte est dans le panier asiatique par le nombre d'heures de lecture, précédant dans le classement les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Espagne et la France.En termes d'ouvrages édités annuellement, la Chine et les Etats-Unis occupent le haut toit de la pyramide avec quelque 400 000 livres édités annuellement, contre 107 000 titres pour la France.
Néanmoins et malgré l'optimisme de bon aloi qui entoure le livre dans son aspect physique et matériel, la lecture semble migrer vers la liseuse, comme le montrent les enquêtes sur le support de lecture que privilégient de plus en plus les lecteurs, révolution technologique oblige. Le livre est bien devenu ebook, il semble ainsi tout à fait naturel que la lecture évolue à son tour et fasse de plus en souvent l'économie du passage par la librairie ! Le livre bien entendu est une histoire de cinq siècles, depuis l'invention de l'imprimerie et bien avant même avec les manuscrits. Le moins que l'on puisse dire est que le marché du livre numérique progresse, avec les outils de lecture que sont les liseuses, tablettes et autres smartphones devenus économiquement à la portée des enfants et des étudiants. Cet aspect économique réglé, la pandémie pourrait constituer cet accélérateur qui lui faisait défaut pour se généraliser et s'imposer dans un futur que l'on ne peut qualifier que d'immédiat. La réalité numérique est en train de s'imposer au détriment de la mythologie qui s'est créée autour du livre et de la lecture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.