Emmanuel Macron aurait-il été espionné à son insu par le renseignement extérieur français ?    Affaire Pegasus : Mélenchon doute des accusations portées contre le Maroc    Pegasus : le Maroc riposte, Christian Cambon bat en brèche des imputations diffamatoires    Affaire Pegasus: Le Maroc accuse    Affaire Pegasus : l'interview de Nasser Bourita avec Jeune Afrique    Position extérieure globale: une situation nette débitrice de 731,6 MMDH en 2020    Transparency Maroc critique l'adoption hâtive de la réforme fiscale et la juge "incomplète"    Fête du Trône: Plus de 80 pays au séminaire de l'ANU-Maroc    Maroc/Reste du monde: 685 milliards de DH de transactions commerciales en 2020    Balance des paiements: allégement du déficit du compte des transactions courantes de 62,3% en 2020    La démission du DTN ? S'agit-il vraiment d'un départ volontaire ?    Botola Pro D1 / 29ème journée / Acte1 : Une journée cruciale pour les relégables !    JO / Foot féminin : Les Pays-Bas sans pitié envers la Zambie (10 à 3)    La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sous haute surveillance sanitaire à Tokyo    L'AC Milan insiste toujours pour enrôler Hakim Ziyech    Tokyo 2020: suivez en direct la cérémonie d'ouverture (VIDEO)    Exclusif : Johnson & Johnson attendu samedi, deux millions de doses de Sinopharm reçues ce vendredi    Le ministère de la santé se désolidarise d'une brochure sur la Covid-19    Covid-19 : De nouvelles mesures restrictives sur fond d'inquiétudes    Covid-19 : le variant Delta à l'assaut du Maroc, 1 910 nouvelles infections recensées    Le Maroc reçoit de nouvelles doses du vaccin Sinopharm    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    Message du roi Mohammed VI au président Al-Sissi    Real Madrid: Karim Benzema positif au coronavirus    La Bourse de Casablanca démarre en légère hausse    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Qui sont nos 48 représentants aux JO ?    Canicules, vagues de chaleur : 4 fausses bonnes idées    Recrudescence des cas Covid et importance de la vaccination... le point avec Pr. Chakib Abdelfattah    France: une nouvelle loi antiterroriste adoptée    Automobile: fin des moteurs à combustion d'ici 2030, c'est l'engagement des constructeurs mondiaux    Agadir-Ida Outanane: des unités médicales mobiles au profit de la population rurale    Me Olivier Baratelli : «le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus»    Stylisme et cinéma au programme de la nouvelle édition du Journal des Arts (vidéo)    Liban : les ménages dépensent cinq fois le salaire minimum pour se nourrir (étude)    Affaire Pegasus. Bourita: « Le Maroc aussi a choisi de faire confiance à la justice en interne et à l'international »    Nouvelle manifestation contre le passeport sanitaire le 24 juillet en France    Inondations: Angela Merkel appelle à "accélérer" la lutte contre le changement climatique    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    L'AG de l'ONU adopte une résolution marocaine proclamant une journée internationale contre le discours de haine    Hajj 1442 : Les pèlerins effectuent la lapidation des « jamarat » pour le 2è jour de Tachriq    Le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Adha et procède au rituel du sacrifice    "Nektachfou Bladna"-Replay: La bonne humeur est garantie !    VIDEO// Abderrahmane Tazi parle de son film sur Fatema Mernissi sur Info Soir de 2M    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Interview avec Hassna Chaouki : « La laïcité est là pour protéger le droit des femmes à porter leur voile »
Publié dans L'opinion le 01 - 06 - 2021

A travers sa marque AZHANFEZ, nom composé d'Adhan et de Fès, Hassna Chaouki lance un appel aux femmes voilées à porter des tenues qui correspondent à leurs convictions, en s'imprégnant de la magie de Fès.
- Depuis le 16 mai vous avez lancé votre marque de prêt-à-porter, AZHANFEZ. Un rêve de petite fille ?
- Je n'avais rien à voir avec le monde du stylisme, si ce n'est par passion et par rêve d'enfant. Je travaillais plutôt dans le domaine bancaire à Paris, en occupant un poste très confortable, sur le plan financier. Je savais que je voulais entreprendre à mon compte, mais la vie se faisant, j'avais un peu mis cette idée de côté. Puis un jour, j'ai commencé à porter le foulard. J'avais alors besoin de tenues de bureau plutôt longues et amples et qui soient élégantes, classes, modernes pour pouvoir m'habiller avec le style qui me correspondait, mais je n'en trouvais pas vraiment. En même temps, mon choix personnel n'a pas vraiment plu à mon employeur, qui n'a pas hésité à me pousser vers la sortie. Alors, ces deux évènements déclencheurs se cumulant, j'ai eu l'idée de me lancer dans l'entreprise de cette marque de prêt-à-porter féminin : AZHANFEZ, et pour la mener à bien, c'est au Maroc que j'ai décidé de la créer.
- Des marques de vêtements pour les femmes voilées, il y en a à revendre. Qu'est-ce qui caractérise la vôtre ?
- AZHANFEZ se positionne sur le marché de la "modestfashion" puisqu'elle propose des gammes de vêtements longs et amples aux coupes modernes qu'elle n'hésite pas à emprunter aux designs traditionnels. Elle propose aussi bien un tailleur qu'une Abaya, aussi bien une combinaison qu'une djellaba. C'est une marque de prêt-à-porter féminin engagée et 100% made in Morocco. Engagée par ce qu'elle se veut plurielle en véhiculant des valeurs telles que le respect de la femme : elle l'habille en la considérant comme une personne et non comme un objet. AZHANFEZ veut représenter la femme moderne attachée à ses valeurs, pour garder sa liberté de mouvement dans un vêtement qui l'embellit et non qui l'avilit. Elle est 100% made in Morocco car tout est confectionné au Maroc pour revaloriser les savoir-faire locaux par le biais de l'artisanat. C'est ainsi qu'AZHANFEZ a pris comme capitale de sa marque la ville de Fès.
- Où puisez-vous votre inspiration ?
- Je communique toujours avec mes clientes et mes followers sur les réseaux sociaux, elles me confient leurs problématiques pour s'habiller, ce qui permet à AZHANFEZ de proposer les produits adéquats. D'un point de vue artistique, les défilés des grands couturiers et des grandes marques m'inspirent beaucoup dans la recherche de la qualité et dans l'audace. La médina de Fès m'inspire énormément dans la "Moroccantouch" avec son histoire millénaire, ses matières, ses couleurs et ses lumières. D'un point de vue entrepreneurial, je puise ma force en observant ce que réalisent les femmes d'aujourd'hui, et ce n'est pas forcément chez les CEO de grandes entreprises, mais lorsque je vois une femme élevant seule ses 5 enfants et qui se lève aux aurores pour exercer plusieurs petits boulots afin de subvenir à leurs besoins.
- Pour se lancer dans le domaine du prêt-à-porter, quels conseils donnez- vous aux jeunes qui manquent d'expérience ?
- Je donnerais 3 conseils pour débuter. D'abord, il faut savoir qu'on peut tout à fait se lancer dans le prêt-à-porter sans en avoir l'expérience, car la meilleure expérience est celle du terrain. En revanche, il faut savoir être précis dans ce qu'on veut et savoir être chef d'orchestre en choisissant les bons partenaires de métier pour gérer de manière efficace son projet. Deuxièmement, il faut bien définir son marché, son produit, sa cible, l'empreinte de sa marque et l'univers de ce qu'on compte créer, car des centaines de marques naissent tous les jours. Il faut savoir faire face à une concurrence omniprésente. Troisièmement, il faut être prêt à investir du temps dans un travail acharné jusqu'à obtenir le résultat souhaité, c'est-à-dire ne jamais cesser de surveiller et de contrôler sa confection, dans les moindres détails. Si ce n'est pas conforme, il ne faut pas avoir peur de perdre le produit et de le recommencer. Un conseil bonus : démarrer avec une bonne trésorerie pour ne pas être bloqué en cours de route car le marché de la mode est un des marchés qui demandent le plus d'investissement financier.
- Habiller les femmes voilées qui vivent dans des pays laïques, une lourde responsabilité ?
- Certes, AZHANFEZ est une marque engagée de par les valeurs qu'elle porte, mais n'oublions pas qu'il s'agit dans un premier temps d'un business, d'un marché. Il y a une forte demande de la part des femmes voilées pour s'habiller de tenues qui correspondent à leurs convictions. Avec AZHANFEZ, je fais tout mon possible pour répondre à ce besoin en leur proposant une offre : des tenues longues, amples aux coupes modernes et au style raffiné. Dans les pays dits laïques, justement, ça ne devrait poser aucun problème, bien au contraire, car la laïcité est là pour protéger le droit de ces femmes à porter leur voile et à se vêtir comme elles l'entendent. Elles sont seules responsables d'elles-mêmes et libres de leurs choix. Aucune marque ne serait légitime pour prétendre porter cette responsabilité.
Repères
« AZHANFEZ » s'adresse à la femme qui veut exister par sa personne et non par ses formes
Niveau mode, AZHANFEZ s'adresse aux femmes qui recherchent un style dit mastour, long et ample, raffiné, élégant, avec cette Moroccan touch qui offre l'originalité qu'elles recherchent dans leurs tenues. « C'est une marque pour les femmes qui sont sensibles à la slow fashion, qui veulent s'habiller avec une éthique et des finitions travaillées qui durent dans le temps », nous explique Hassna Chaouki, fondatrice de la marque de vêtements AZHANFEZ, qui a pour cible les femmes désireuses de se retrouver et qui veulent se réapproprier leur corps et le vêtement dans un monde où elles sont sans cesse sexualisées et dénudées. Niveau valeurs, la marque 100% marocaine s'adresse à « la femme qui veut exister par sa personne et non par ses formes. C'est pour la femme avec un grand F, forte et libre, libre de s'habiller comme elle l'entend et non pas selon des standards imposés », croît fort Hassna Chaouki.
Marché du textile : Chute d'au moins 30% à l'export en 2020
A l'export, à cause de la pandémie du nouveau Coronavirus, les cinq premiers mois de l'année 2020 se sont soldés par la baisse des exportations marocaines d'habillement vers l'Union Européenne (principal client du Maroc) de 42% par rapport à la même période de 2019 (Eurostat). Selon les statistiques de l'Office des changes marocain, les exportations Textile et Cuir (tous marchés confondus) des sept premiers mois de 2020 ont enregistré une baisse de 29,5% soit 15,8 MMDH contre plus de 22,5 MMDH en 2019. Le segment des vêtements confectionnés réalise la baisse la plus importante, soit -34,7% (-5 MMDH).
Portrait
Femme de conviction
C'est l'histoire d'une femme qui montre comment une déception peut être un moteur formidable pour réaliser un rêve et comment on peut redémarrer sa vie à 40 ans avec courage et détermination en tant qu'entrepreneure, femme et citoyenne du monde.
Après une carrière de 12 années dans la banque et un rejet culturel liée à sa condition de musulmane, la marocofrançaise Hassna Chaouki se lance dans l'entrepreneuriat au royaume, à Fès, la ville originaire de ses parents, pour y vivre et y créer sa marque de vêtements : AZHANFEZ. Dès son arrivée au Maroc, Hassna travaille d'arrache- pied sur son projet, dans un pays qu'elle ne connaît pas encore très bien.
Au fil du temps, elle a su créer son réseau et toquer aux bonnes portes des artisans pour diriger son entreprise. "j'avais réussi à sortir pas moins d'une quarantaine de modèles imprégnées de la Moroccantouch, ce qui est exceptionnel pour une première collection", se félicite Hassna Chaouki.
Elle a à cœur une éthique pour le respect de tous ceux qui participent à la production des produits de la marque. C'est l'une des raisons du souhait de la créatrice d'établir son atelier de confection au Maroc afin de s'assurer que cette valeur soit bien respectée.
Elle a pour objectif de faire de AZHANFEZ une référence internationale du Made in Morocco, de montrer au monde les talents marocains et créer de l'emploi. Plus ambitieux, Hassna Chaouki prône l'emploi féminin et d'avantage chez les femmes isolées élevant seules leurs enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.