Affaire Pegasus: le Maroc porte plainte en Allemagne    Nouvelle vague du Covid-19 : Après le durcissement, la menace d'un reconfinement ressurgit    Accidents de la circulation : 20 morts et 1.786 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    ADII: Sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme    Edito : XXIème    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    VIDEO// Maroc-Algérie : Que doit-on retenir du discours du Trône ? le décryptage de Zakaria Abou Dahab    Marché automobile : Les ventes en hausse de 14,5% par rapport aux 7 premiers mois de 2019    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Entretien exclusif. Les confidences de Saad Eddine El Otmani    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    Chakib Benmoussa redonne espoir!    Affaire Pegasus : Le Maroc dépose une demande d'injonction à l'encontre de la société "Süddeutsche Zeitung GmbH"    L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Evolution du coronavirus au Maroc. 8 760 nouveaux cas, 642 683 au total, mardi 3 août 2021 à 16 heures    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



SEM Pekka Hyvönen, Ambassadeur de la Finlande au Maroc : « Nous comptons faire du Maroc le pont entre la Finlande et les autres pays africains »
Publié dans L'opinion le 18 - 06 - 2021

En marge de la présentation de la « Stratégie Afrique de la Finlande : vers un partenariat politique et économique plus solide » (lire l'article ci-contre), SEM Pekka Hyvönen, Ambassadeur de la Finlande au Maroc, a bien voulu accorder un entretien exclusif à « L'Opinion » dans lequel le diplomate finlandais fait le cadrage. Explications.
Quels sont les enjeux majeurs de la coopération entre la Finlande et l'Afrique, en général,
et le Maroc, en particulier ?

Nous sommes ici pour introduire la nouvelle politique stratégique de la Finlande en Afrique. C'est une stra­tégie qui souligne les relations po­litiques, humaines et de commerce. Il s'agit d'une approche partenariale avec le continent à travers ses 54 Etats. Certes, ils sont tous différents. Et le Maroc jouit d'une notoriété reconnue à l'échelle mondiale, c'est un pays très avancé avec un atout indéniable, lié à sa position géographique vis-à-vis de l'Europe. Pratiquement, je suis ici, depuis deux ans, et je note que c'est une société très moderne qu'il faut introduire auprès des Finlandais et aux sociétés finlan­daises. Je crois aussi qu'il y a beaucoup d'opportunités pour que les socié­tés des deux pays puissent travailler ensemble. En la matière, et après le Covid-19, les chaînes de valeur vont être repensées. Ce qui veut dire que la production dans les pays d'Asie doit être transférée dans les pays les plus proches de l'Europe. Et tous les pays d'Afrique, et notamment ceux du Nord d'Afrique comme le Maroc, ont un atout majeur, parce qu'ils sont plus proches des Etats européens.

Dans cette configuration, quel pourrait être le rôle du Maroc dans l'intermédiation entre la Finlande et le reste du continent ?

C'est une question très importante et c'est en cela que nous pouvons aussi si­gnaler que c'est le Maroc qui peut faire le pont entre les autres pays africains et la Finlande. Il sera profitable à tout le monde d'autant plus que beaucoup d'entreprises marocaines sont implan­tées dans des pays africains. C'est une expérience que nous voulons suivre aussi pour la mettre à profit. En effet, c'est beaucoup plus facile d'aller dans les pays subsahariens avec l'expertise et l'expérience marocaine.

Avec le Covid-19, comment voyez-vous le futur de cette coopération entre la Finlande et l'Afrique ?

En Finlande, nous disons que chaque personne ne se porte bien que si tout le monde va mieux. C'est pour cela d'ailleurs que le G7 a décidé de donner un milliard de doses aux pays qui n'en disposent pas suffisamment. C'est une res­ponsabilité partagée de vaccina­tion entre les pays qui en ont et ceux qui n'en disposent pas. A mon avis, c'est un bon début pour la coo­pération post Covid-19 et que tout le monde soit vacciné pour que l'on continue à travailler ensemble en présentielle et dans beaucoup de domaines. Car l'essentiel est de développer cette coopération mul­tilatérale. La Finlande y souscrit parfaitement. L'Afrique est un par­tenaire de choix et d'avenir dont le Maroc ne peut faire abstraction. Et nous comptons beaucoup sur le Maroc pour y parvenir.
Peut-on parler de renouveau dans la coopération entre la Finlande l'Afrique ?

Effectivement, c'est le cas de le dire. En effet, dans la nouvelle stratégie Afrique de la Finlande, le conti­nent africain représente un grand marché économique et connais­sant une croissance rapide. La pandémie de Covid-19 a ralenti le développement favorable du conti­nent, et se remettre des impacts de la pandémie prendra du temps. La pandémie ne change cependant pas l'image d'ensemble : les pos­sibilités d'augmenter les relations commerciales entre la Finlande et de nombreux pays d'Afrique sont considérables. Par conséquent, nous pensons que les relations peuvent être resserrées de manière profitable aussi bien pour les ac­teurs finlandais qu'africains dans le cadre partenariat win-win.

Quel appel avez-vous aujourd'hui à l'adresse des opérateurs marocains et africains vis-à-vis du savoir-faire finlandais ?

Nous avons des secteurs niches dans les­quels nous excellons. Cela concerne tout ce qui est de la transition verte (décarbo­nisation, mobilité durable), des solutions différentes comme l'économie numérique, digitalisation. Nous avons également du sa­voir-faire dans beaucoup d'autres domaines qui peuvent servir les sociétés marocains. Notre travail, je veux parler de l'Ambassade de la Finlande à Rabat et de l'Ambassade du Maroc à Helsinki, c'est de trouver les liens ici pour accroître cette nouvelle approche finlandaise. Et nous invitons les opérateurs des deux pays à s'y investir car il y a des po­tentialités et des opportunités à saisir.

Qu'en est-il justement des échanges économiques entre la Finlande et le Maroc ?

Il y a des avancées mais très insignifiantes au regard des potentialités des deux pays. Avant Covid-19, la Finlande a exporté vers le Maroc près de 142 millions d'euros et nous avons importé seulement 22 millions d'euros de produits. Alors, il y a un potentiel énorme à exploiter. Le défi est maintenant de doubler le commerce et d'équilibrer la ba­lance en important plus du Maroc. Cela ne doit pas être uniquement que des produits traditionnels comme le textile ou de l'agroa­limentaire. Déjà nous importons des voitures fabriquées au Maroc. Donc à la longue, ce sera des technologies dans d'autres secteurs.
Propos recueillis Wolondouka SIDIBE
Marché africain : La Finlande dévoile sa stratégie

Entouré de son staff technique, ses conseillers, l'Ambassadeur de la Finlande au Maroc, Pekka Hyvönen, a présenté, vendredi 11 juin, devant un parterre de journalistes, la « Stratégie Afrique de la Finlande : vers un partenariat politique et éco­nomique plus solide ». L'ambition affichée est de trouver de nouveaux débouchés pour les entre­prises finlandaises dans le cadre d'un partenariat gagnant-gagnant avec le continent africain.

Il faut se positionner maintenant peut-on lire dans un rapport. Car, comme le souligne Pekka Haavisto, ministre des Affaires étrangères finlandais dans le préambule de ce document, « la crise liée au Coro­navirus affecte aussi profondément les économies de nombreux pays africains. Lorsque l'économie mon­diale reprendra son souffle,
les économies des pays de l'Afrique reprendront la voie de la croissance ». Son pays entend accompagner l'Afrique dans cette nou­velle donne à travers des accords de partenariat profi­tables à tous. Et la Finlande compte faire du Maroc le pont de sa stratégie pour conquérir le marché africain (lire ci-contre l'entretien avec SEM Pekka Hyvönen, Ambassadeur de la Finlande au Maroc). La stratégie Afrique précise les objectifs et les domaines priori­taires du rapport en ce qui concerne l'Afrique.
Au Maroc déjà, une quarantaine d'entreprises finlan­daises opèrent actuellement dans des domaines aus­si diversifiés que prometteurs : Economie verte, té­lécommunications, transport, éducation, ports..., selon Jari Kaihari, Directeur de Business Finland - Casablanca, un organisme dédié à la promotion des exportations et des investissements extérieurs.
Ainsi dans sa nouvelle stratégie Afrique, la Finlande prône le développement du commerce et des inves­tissements dans le continent, ainsi que la promotion d'une croissance économique verte et créatrice d'em­plois. Parmi les objectifs de cette stratégie : doubler le commerce entre la Finlande et les pays africains entre 2020 et 2030.
Un partenariat économique dynamique
Elle vise également à accroître nettement les investis­sements des entreprises finlandaises en Afrique et les investissements des entreprises africaines en Finlande pendant cette période. Dans cette optique, le commerce et les investissements ainsi que la croissance économique verte, créatrice d'emplois, reste la trame de cette nouvelle approche de la Finlande.
Dans cette optique, la promotion d'un changement structurel durable de la croissance éco­nomique et de l'économie, ainsi que l'augmentation du commerce et des investissements sont conformes aux intérêts de la Finlande et de l'Afrique. Il s'agit désormais de passer à la vitesse supérieure dans le partenariat Finlande-Afrique pour booster les échanges entre les deux parties. D'où, il est souhaitable que la stratégie donne des impulsions aux acteurs publics, privés et de la société civile à la coopération Afrique. Une image actuelle, polyvalente et réaliste des pays de l'Afrique d'aujourd'hui et des possibilités de coopération est primordiale pour éveiller l'intérêt des différents acteurs.
W. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.