Conseil des ministres: Examen des Orientations générales du Projet de Loi de Finances 2022 ainsi que des nominations aux fonctions supérieures    Conseil des ministres: Les Orientations générales du projet de loi de finances pour l'année 2022    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Mohamed Benchaâboun nommé ambassadeur du Maroc en France    Ligue des champions : Le Raja au vert, le Wydad au rouge    Pétrole et gaz : Une compagnie israélienne s'apprête à explorer au large de Dakhla    Egalité de genre : La participation des femmes à la vie politique progresse, les inégalités persistent    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    L'Opinion : Le défi malien    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Eqdom: AGR reste à l'achat avec un cours objectif relevé    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Un responsable UE salue «l'engagement fort» de la société civile marocaine    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Energies propres : Que représente la décarbonation pour les exportateurs marocains ?
Publié dans L'opinion le 23 - 09 - 2021

L'enjeu de la décarbonation et la compétitivité des exportateurs marocains était au cœur d'une session de sensibilisation en ligne, organisée par l'ASMEX mardi 21 septembre.
Tenue sous le thème de la décarbonation industrielle et les énergies propres, cette rencontre, animée par Philippe Miquel, Président d'Engie Services Maroc et président de la Commission Energies propres de l'Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX), avait pour objectif de répondre à trois questions essentielles que se posent les exportateurs marocains : que représente la décarbonation pour un industriel ? Pourquoi doit-il décarboner son industrie et comment y arriver ?
D'emblée, M. Miquel a souligné l'importance de la décarbonation pour toutes les entreprises exportatrices vers l'Europe. Un marché, selon lui, qui représente, à lui seul, plus de 60% des échanges commerciaux entre le Maroc et les pays étrangers.
« Certes plusieurs points sont encore à éclaircir quant à la mise en œuvre de la taxe carbone aux frontières, mais il est très important d'avoir un aperçu sur la décarbonation, ses enjeux pour les entreprises exportatrices vers l'Europe, et savoir ce qui change réellement pour les industriels qui pourront voir de toutes nouvelles opportunités s'offrir à eux », a-t-il souligné.
En effet, au-delà de la protection de l'environnement, décarboner garantit aujourd'hui aux entreprises concernées la profitabilité de leur industrie et sa pérennité, et ce en s'engageant dans la dynamique internationale en faveur du climat.
Cinq leviers pour permettre aux industriels de réussir leur transition

Selon M. Miquel, le meilleur moyen pour les industriels de s'y conformer et être prêts au bon moment c'est d'actionner cinq leviers importants :

* Accompagner la transition vers l'abandon de l'usage des combustibles fossiles en faveur des sources d'énergies et matières premières à faible émission de carbone. Pour le second levier, il s'agit d'augmenter l'efficacité énergétique et accélérer les contrats de performance énergétique.

* Faciliter le développement et l'approvisionnement d'électricité à faible teneur en carbone (amendement loi 13-09).

* Développer une industrie du gaz vert (H2, méthanol, ammoniac etc.).

* Développer des capacités de capture et de valorisation du CO2.

En marge de cette session de sensibilisation, le président de la commission Energies propres de l'ASMEX a affirmé que le Maroc offrait un contexte favorable aux industriels pour réussir cette transition, rappelant que la clé de réussite résidait dans le niveau d'engagement et de prise de conscience des industriels et des exportateurs qui auront beaucoup à gagner après la mise en œuvre de la taxe carbone aux frontières à partir de 2023. Une mesure qui vise, sans aucun doute, à pénaliser les exportateurs peu investis dans le verdissement de leurs produits ou services. A l'inverse, les produits respectant des normes environnementales élevées seront plus compétitifs sur le marché européen, qui sera exigeant sur le front de la durabilité des produits.
Pour rappel, le Maroc s'est clairement inscrit dans une volonté stratégique d'aller vers une économie verte et suivre la voie de l'efficacité énergétique. A cet effet, des programmes d'accompagnement et de certification sont en cours de mise en place (certification avec Imanor, programme Tatwir pour l'appui des PME désireuses d'aller vers la décarbonation...).
Pour accompagner cette dynamique et permettre aux exportateurs d'y voir plus clair et de profiter de solutions concrètes, l'ASMEX avait signé des partenariats avec Engie Services Maroc et avec le Bureau Veritas au début de l'année. Des partenariats qui interviennent à un moment où les politiques mondiales, régionales et nationales en matière de lutte contre le changement climatique sont en évolution avec le risque émergent d'une nouvelle réglementation sur les émissions de Gaz à effet de serre.
Pour le soutien financier des exportateurs, l'ASMEX leur favorise l'accès à la Green Value Chain de la BERD.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.