Le Maroc prend la présidence du chapitre de Vienne du G77    Managem et Glencore signent un partenariat pour la production de cobalt    Energies renouvelables : l'objectif est de dépasser 52% du mix électrique national à l'horizon 2030    Interpellation de deux individus imprégnés d'idées extrémistes    Journée à haut risque pour Boris Johnson, sur la sellette    Pourquoi le Sahel est une angoisse ? [Par Jamal Berraoui]    Une réunion de planification principale de l'exercice combiné maroco-américain    El Kelaâ des Sraghna : le transport scolaire, un levier majeur de promotion de la scolarisation    « Studios. C »,hommage aux photographes classique    Les films des lauréats projetés en ligne    La Bourse de Paris termine en forte hausse de 2,11%    Corruption: Transparency classe le Maroc à la 87ème place, toujours en recul    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    Le "risque global" lié à Omicron toujours très élevé, avertit l'OMS    Maroc. La CGEM a reçu Ahmed Rahhou, Président du Conseil de la concurrence    Covid-19 : 7.002 nouveaux cas et 36 décès ce 26 Janvier    Bourita s'entretient avec le SG du CCG    Crise ukrainienne : Moscou déploie des SU-35S en Biélorussie    CAN 2021: la CAF prend une décision après la bousculade mortelle    La DGI publie le Code Général des Impôts 2022    Automobile : L'attractivité du marché marocain en forte hausse    Maroc : Jusqu'à 40 cm de neige de mercredi à vendredi dans plusieurs provinces    Covid 19 : l'ouverture des frontières liée à la préservation de la santé des visiteurs et des marocains    CAN 2021 : Les projecteurs braqués sur le duel entre l'Egypte et la Côte d'Ivoire    Vidéo. La FICC et la Wallonie Bruxelles rendent une étude sur l'industrie de la culture au Maroc    La plateforme de streaming Disney Plus arrivera au Maroc en été    Maroc: le Comité scientifique recommande la réouverture des frontières    France: Plus de 500.000 cas de Covid en 24H, un nouveau record    Maroc: les températures prévues pour ce mercredi    Tunisie : Tests négatifs pour Chaalali, Maaloul, Dahmène et Touzghar    Ryanair et Easyjet prolongent jusqu'à mars la suspension des vols vers le Maroc    Maroc-Allemagne: réconciliation actée?    CAN: ce que l'on sait sur la blessure de Sadio Mané    CAN 2021 / Maroc-Malawi : Première victoire des Lions de l'Atlas depuis 2004 en match à élimination directe !    A bâtons rompus avec Hasna El Badaoui    Netflix. Le premier film arabe suscite des remous    Le régime algérien refuse un conflit artificiel autour du Sahara marocain – Priorité : l'agenda d'un quarteron de généraux    Conférence de désarmement : le Maroc affirme son attachement pour les voies diplomatiques    FMI : révision à la baisse des perspectives de croissance mondiale en 2022    CDG Capital Insight : Renchérissement du fret maritime    M. Hassan Naciri présente ses lettres de créance au Président Macky Sall    M. Atmoun s'entretient avec les membres du groupe d'amitié parlementaire Maroc-Pologne à la SEJM    Maroc : Allégement du déficit budgétaire à 63,6 MMDH en 2021, contre 82 MMDH en 2020    «Les constellations de la Terre» : Voyage au centre du processus créatif de Saïd Afifi    CAN: ce qu'a dit Halilhodzic après la qualification du Maroc    Météo: les prévisions du mercredi 26 janvier    CAN 2021 : Pour voir ou revoir le match Maroc – Malawi    Coups-francs au PSG : Quand Boufal chuchote à l'oreille de Hakimi (vidéo)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un génocide dans le silence de la communauté internationale
Publié dans L'opinion le 25 - 09 - 2021

En 1988, suite à la fatwa historique émise par l'ayatollah Khomeiny, le fondateur de la République islamique d'Iran, 30 000 prisonniers politiques ont été exécutés, dont 90% sont des membres et des partisans des Moudjahidines, ennemis jurés du régime iranien. Nombreux d'entre eux avaient purgé leur peine de prison et attendaient leur libération.
Khomeiny appelle les Moudjahidines des « hypocrites » pour dire qu'ils ne sont pas musulmans; par conséquent, il faut les tuer. Dans le texte de sa fatwa, Khomeiny dit: « Parce que les hypocrites traîtres ne croyaient pas du tout à l'Islam, et tout ce qu'ils disent est dû à leur tromperie et leur hypocrisie, et selon leurs dirigeants, ils ont apostasié de l'Islam à cause de leur hostilité... ceux qui sont dans les prisons à travers le pays pour leur hypocrisie et qui insistent sur leurs hostiles croyances sont condamnés à mort ». Il est clair que le fondateur de la République islamique dit que quiconque refuse de renoncer à ses croyances et à son affiliation avec les Moudjahidines doit être exécuté. Pour souligner l'exécution de toute personne loyale aux Moudjahidines, Khomeiny a déclaré : « Celui qui est à n'importe quel stade, s'il est hypocrite, sa peine est la mort. Détruisez les ennemis de l'Islam immédiatement ».
Dès sa prise de pouvoir, Khomeiny a tenté de persuader les Moudjahidines de suivre Velayat-e-Faqih. Quand cela n'a pas fonctionné, il a déclaré lors d'une réunion tenue à Qom en avril 1980 avec quelques ecclésiastiques proches de lui, que: « L'islam sans clergé est une idée appartenant aux Moudjahidines. On devrait s'affronter avec eux une fois pour toutes. »
Dès le premier jour, la liberté était la base du différend entre les Moudjahidines et Khomeiny qui considéraient la liberté sans rapport avec l'Islam. Dans l'idéologie des Moujahedines, la liberté est l'essence de l'existence humaine et qui la distingue du règne animal. Ils croient que la liberté et le libre choix forment une identité humaine, et en niant la liberté de choix et la liberté politique et sociale, on nie l'essence de l'existence humaine. Ils croient que c'est l'un des enseignements centraux des religions monothéistes dont l'Islam.
Aux yeux des Moudjahidines, l'humanité est le principe et le sexe n'a pas d'importance. Dans ce raisonnement, ils défendent l'égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines socio-politiques et économiques, et considèrent les hommes et les femmes comme égaux dans l'héritage. Aux yeux des mollahs, un homme hérite deux fois plus qu'une femme. Les Moudjahidines croient que les hommes et les femmes méritent le même droit au divorce. Les lois iraniennes en vigueur donnent le droit de divorcer exclusivement au mari. Dans l'Iran d'aujourd'hui, une femme ne peut pas voyager sans la permission de son mari. Aux yeux des mollahs, les témoignages de deux femmes équivalent à celui d'un homme.
Les Moudjahidines cherchent à établir un gouvernement iranien où la religion est séparée de l'Etat et les sexes sont égaux. Les lois civiles et pénales iraniennes actuelles reposent sur le déni total des droits et des responsabilités des femmes et sur la privation de leur humanité.
Les Moudjahidines croient également que c'est le vote libre du peuple qui approuve la légitimité politique, alors que Khomeiny et l'actuel guide suprême de l'Iran, Khamenei, n'accordent aucune valeur au vote du peuple. Aux yeux des mollahs, la légitimité ne vient que du Guide Suprême. La situation qui a prévalu dans le système électoral iranien soutient le déni du vote populaire et de la démocratie. Le Guide Suprême nomme directement ou indirectement les membres du Conseil des gardiens, et c'est le Conseil des gardiens qui approuve ou rejette l'autorité de tout membre du parlement ou candidat à la présidence.
L'Organisation des Moudjahidines du peuple d'Iran est un groupe religieux musulman dont le contenu et la forme sont entièrement différents du système au pouvoir en Iran et des dogmes religieux qui en découlent.
Geoffrey Ronald Robertson, QC, avocat des droits de l'homme, universitaire, auteur et diffuseur, déclare : « Il est important de voir, d'analyser si ce qui est arrivé à ces milliers de MEK auparavant a été correctement et légalement classé comme génocide. Staline a tué 3 millions..., mais il n'était pas reconnu comme génocide parce qu'il ne les a pas tués à cause de leur race ou de leur religion. Maintenant, pour constituer un génocide, cela doit être le meurtre d'un groupe basé sur sa race et sa religion, et non sur sa politique ».
La race et la religion sont les deux facteurs qui éveillent la haine, la haine entre voisins, la haine entre différentes classes de personnes. Pourtant, la race ne peut pas changer, et la religion est souvent difficile à changer parce qu'elle est enracinée dans nos croyances et nos valeurs. Nous devons revenir à la fatwa elle-même pour voir quel en était le but. Elle a été publiée par Khomeiny et a qualifié ces individus d'hypocrites de l'Islam, appelant à leur exécution. C'est un génocide fondé sur la foi.
Hamid Enayat,
Analyste, spécialiste de l'Iran


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.