La responsabilité de la France dans le conflit frontalier marocain (ii) : la conquête de la Mauritanie    À Tanger, une cellule affiliée au groupe Etat islamique démantelée, trois arrestations    L'agence rwandaise qualifie de revers pour le Polisario la décision judiciaire appuyant l'accord commercial Maroc-Royaume-Uni    Espagne : Pedro Sanchez annonce la dissolution du Parlement    Averses orageuses : plusieurs régions du Maroc en alerte orange le 29 mai    Vidéo. Douanes à Sebta et Melilla: les «tests» s'enchaînent en attendant la mise en service officielle    Cours des devises du lundi 29 mai 2023    BMCE Capital Gestion doublement primée au Lipper MENA Markets 2023 Fund Awards    KAS Maroc-Mauritanie et l'Association Ribat Al Fath se penchent sur le rôle de la société civile    OCP : Le chiffre d'affaires en baisse au premier trimestre    Crédit du Maroc : des résultats en hausse, en dépit de l'aggravation du coût du risque    Clairvoyance de la justice de Londres à l'encontre du Polisario    Les villes responsables d'environ 70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre    L'offensive des BRICS pour mettre fin à l'hégémonie occidentale    Tunisie: Deux Français tués dans le crash de deux avions ultra légers    Turquie : Recep Tayyip Erdoğan remporte les élections présidentielles    Brésil : Vinicius Junior convoqué pour le match amical en Espagne dans le cadre d'une campagne contre le racisme    Mondial U20 : Dramatique élimination du Sénégal, champion d'Afrique    Le torchon brûle entre Ryan Mmaee et les fans de Fradi    Vidéo. Eredivisie: un joueur de l'Ajax frappe un supporter    Football : La sélection du Maroc de petite taille remporte la Coupe euro-asiatique    Ouganda. La loi plus sévère envers les LGBT    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside à Bouknadel la cérémonie de remise des Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2022    Montée du Covid-19 en Chine : Les experts du gouvernement rassurent    Awrach I : Plus de 14.800 bénéficiaires dans l'Oriental à fin 2022    Togo : Un cadre juridique pour la protection de la biodiversité    Iran. Le décolleté qui accuse les Mollahs    Cannes : "Les Meutes" de Kamal Lazraq remporte le Prix du Jury "Un Certain Regard"    Commission parlementaire de l'APF : un pas en avant pour la coopération économique francophone    Huawei Maroc joue un rôle clé dans la transformation digitale : partenariat stratégique et création de la Cloud Academy    Un grand nombre de Marocains se voient privés d'IPTV    Lexar révolutionne la mémoire avec ses solutions de nouvelle génération au GITEX Africa 2023    France/Football: Hakimi dans l'équipe-type de la saison 2022-2023 de Ligue 1    Athlétisme : Le record de l'année (3000m steeple) est signé Soufiane El Bakkali    Football : Zakaria Aboukhlal buteur avec Toulouse FC face à Auxerre en Ligue 1    Tanger : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à Daech    Maroc. Le temps qu'il fera, ce lundi 29 mai    La revue de presse du lundi 29 mai    Lalla Hasnaa préside la remise des Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2022    Le chef du Polisario se rend au Nigéria    Addis-Abeba. Le CTS de l'UA félicite le Maroc pour l'accueil du siège de l'Union panafricaine de la jeunesse    Festival de Cannes : Deux films marocains remportent les faveurs du jury    L'humeur : A Casablanca, les amants sèment    Art contemporain : L'Atelier 21 à Arco Lisbonne    Arabie Saoudite: le Marocain Soufiane El Barrak sacré Lecteur de l'année    SIEL 2023: Le Pavillon France met en avant la pluralité de la création littéraire    Une Ode au Maroc sur le Financial Times    Vidéo. À Cannes, deux films marocains primés dans la sélection «Un certain regard»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Opinion : La frustrante et perpétuelle dynamique des langues au Maroc
Publié dans L'opinion le 06 - 10 - 2021

Il paraît à la limite cocasse et attendrissant le débat actuel autour de l'anglicisation de l'enseignement au Maroc, né à la faveur du lancement par le MEN d'émissions radiophoniques et télévisuelles d'apprentissage de la langue de Shakespeare. A l'ère du tout numérique où règnent sans partage les tablettes et les applications interactives et où les transistors de nos parents ont été relégués sur les étals des antiquaires, cette action désuète résonne comme le cri du cygne d'un ministre de l'Enseignement sur le départ.
Car sinon, combien connaissez-vous d'enfants et de jeunes marocains branchés sur les radios et les télés nationales ? Que pèsent deux émissions par rapport aux milliers d'applications et de programmes interactifs disponibles gratuitement sur le Net ? Ceci pour dire que le changement de la langue d'enseignement n'est pas affaire d'émissions en anglais ou en espagnol, comme le furent jadis les émissions d'apprentissage de l'arabe, du français, de l'anglais et de l'espagnol de la RTM. C'est plutôt une question de réorganisation totale du séquençage ADN de notre système d'enseignement.
Longtemps considéré à tort comme la langue des élites, le français est à présent en déclin dans le monde, comme au Maroc. Les élites intellectuelles marocaines francisées après l'indépendance qui roulaient joliment les R ont été supplantées dès le milieu des années 1970 et 1980 par de nouveaux contingents aux accents parisianisés, forgés dans les Missions et universités françaises. Ringardisées ensuite par l'émergence de nouvelles élites anglicisées formées dans «l'Olympe» des écoles et universités américaines, ces anciennes élites pseudo-bourgeoises francisées ont basculé à partir des années 2000 vers une arabisation surjouée aux allures de nouveau snobisme et, surtout, de sésame indispensable pour intégrer les rouages de la haute Fonction publique.
Ainsi va la bourse des langues d'enseignement au Maroc : mouvante, fluctuante et surtout frustrante et handicapante. Notamment pour les jeunes masses populaires toujours en retard de plusieurs épisodes sur cette dynamique des langues, mais faussement aguerries par l'apprentissage autodidacte des langues étrangères via les antennes paraboliques, puis les réseaux sociaux, sans oublier les centres d'appel. C'est à ces masses qui ne savent plus à quelle langue se vouer, que l'effort naissant de réorganisation linguistique de notre enseignement doit penser et s'adresser - de manière sérieuse et réellement emphatique -, loin des effets de manchette liés au lancement d'un programme radiophonique ou télévisuel.

Majd EL ATOUABI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.