Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Opinion : La frustrante et perpétuelle dynamique des langues au Maroc
Publié dans L'opinion le 06 - 10 - 2021

Il paraît à la limite cocasse et attendrissant le débat actuel autour de l'anglicisation de l'enseignement au Maroc, né à la faveur du lancement par le MEN d'émissions radiophoniques et télévisuelles d'apprentissage de la langue de Shakespeare. A l'ère du tout numérique où règnent sans partage les tablettes et les applications interactives et où les transistors de nos parents ont été relégués sur les étals des antiquaires, cette action désuète résonne comme le cri du cygne d'un ministre de l'Enseignement sur le départ.
Car sinon, combien connaissez-vous d'enfants et de jeunes marocains branchés sur les radios et les télés nationales ? Que pèsent deux émissions par rapport aux milliers d'applications et de programmes interactifs disponibles gratuitement sur le Net ? Ceci pour dire que le changement de la langue d'enseignement n'est pas affaire d'émissions en anglais ou en espagnol, comme le furent jadis les émissions d'apprentissage de l'arabe, du français, de l'anglais et de l'espagnol de la RTM. C'est plutôt une question de réorganisation totale du séquençage ADN de notre système d'enseignement.
Longtemps considéré à tort comme la langue des élites, le français est à présent en déclin dans le monde, comme au Maroc. Les élites intellectuelles marocaines francisées après l'indépendance qui roulaient joliment les R ont été supplantées dès le milieu des années 1970 et 1980 par de nouveaux contingents aux accents parisianisés, forgés dans les Missions et universités françaises. Ringardisées ensuite par l'émergence de nouvelles élites anglicisées formées dans «l'Olympe» des écoles et universités américaines, ces anciennes élites pseudo-bourgeoises francisées ont basculé à partir des années 2000 vers une arabisation surjouée aux allures de nouveau snobisme et, surtout, de sésame indispensable pour intégrer les rouages de la haute Fonction publique.
Ainsi va la bourse des langues d'enseignement au Maroc : mouvante, fluctuante et surtout frustrante et handicapante. Notamment pour les jeunes masses populaires toujours en retard de plusieurs épisodes sur cette dynamique des langues, mais faussement aguerries par l'apprentissage autodidacte des langues étrangères via les antennes paraboliques, puis les réseaux sociaux, sans oublier les centres d'appel. C'est à ces masses qui ne savent plus à quelle langue se vouer, que l'effort naissant de réorganisation linguistique de notre enseignement doit penser et s'adresser - de manière sérieuse et réellement emphatique -, loin des effets de manchette liés au lancement d'un programme radiophonique ou télévisuel.

Majd EL ATOUABI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.