La Bourse de Casablanca clôture la séance de ce mardi en hausse    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Khalid Aït Taleb en visite de terrain à Laâyoune    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    Racisme : La haine en ligne sous examen après la diffusion du massacre de Buffalo sur Twitch    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Carthage : Le caftan marocain illumine la clôture du Festival international des Monodrames    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Mali: les autorités affirment avoir mis en échec une tentative de putsch    Programme "Forsa": Plus de 150.000 dossiers de projets déposés (Ministre)    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Emprisonnement pour délits mineurs: des experts mettent en garde contre les coûts financiers et sociaux
Publié dans L'opinion le 24 - 01 - 2022

Des juristes maghrébins et des militants des droits de l'Homme ont mis en garde contre l'emprisonnement pour délits mineurs, estimant que cette approche engendre la récidive et le surpeuplement carcéral.
La politique punitive adoptée en matière de traitement des délits mineurs « engendre une crise économique et sociale, une surpopulation au sein des établissements pénitentiaires, et affecte négativement l'intégration dans la société», a déclaré Jamila Sayouri, présidente de l'association Adala pour le droit à un procès équitable, lors d'un séminaire sur le thème « Dépénaliser les délits mineurs et mettre en place des peines alternatives ».
Au cours de ce séminaire organisé par son association en partenariat avec EuroMed Droits, un réseau de 80 organisations de défense des droits humains, l'Organisation Contre la Torture en Tunisie (OCTT) et l'ONG internationale Avocats Sans Frontières France (ASF), Jamila Sayouri a indiqué que le nombre de prisonniers au Maroc est passé de 72.000 en 2019 à plus de 84.000 en 2020, notant que 48% d'entre eux ont été condamnés à de courtes peines.
Contactée par nos soins, Amina Makdoud, professeur en sciences économiques à l'Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, relève que l'application de peines privatives de liberté aux auteurs de délits mineurs, a des conséquences négatives, tant sur la situation à l'intérieur des prisons, où le taux de surpopulation est élevé, qu'au niveau des coûts financiers et de la complexité de l'intégration dans la société.
« La peine privative de liberté peut ne constituer aucune dissuasion, et elle peut aussi avoir un impact inverse, car la personne privée de liberté peut se transformer en criminelle après sa sortie de prison », explique-t-elle.
La présidente de l'Association Adala a également souligné que le maintien en détention des auteurs de délits mineurs entrave les politiques et programmes de réforme et de réhabilitation menés par les pays du Maghreb, où le taux de criminalité et les cas de récidive sont élevés. Pour sa part, un représentant de l'association Avocats Sans Frontières a affirmé que « la pandémie a aggravé la crise économique et sociale, ce qui a rendu les groupes sociaux pauvres plus appauvris, et les a poussés à l'immigration clandestine, à la mendicité ou au travail illégal au marché noir ».
Le militant tunisien des droits de l'Homme a ajouté que « l'imbrication de la voie légale, avec l'exacerbation de la crise économique, a conduit à la surpopulation dans les prisons, notamment en Tunisie, où le nombre de détenus s'élève à 23.000 personnes, dont la moitié sont sans jugement, et un grand nombre d'entre eux ont été condamnés pour des délits mineurs ou liés à la pauvreté dont ils souffrent ».
Dans ce sillage, Najib Al Araj, professeur à la Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales de Fès, a déclaré que le recours de manière excessive au système pénal, en particulier au mécanisme de criminalisation des délits mineurs, entraîne des dommages sociétaux qui n'affectent pas uniquement la personne condamnée, mais s'étendent à d'autres parties, comme la famille.
« S'engager fortement dans cette politique traditionnelle entraîne des poursuites judiciaires et des sanctions excessives, ce qui entraîne une spirale négative qui conduit à l'exclusion sociale », précise-t-il, ajoutant que le droit pénal « devrait être le dernier recours ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.