La Bourse de Casablanca clôture la séance de ce mardi en hausse    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Khalid Aït Taleb en visite de terrain à Laâyoune    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    Racisme : La haine en ligne sous examen après la diffusion du massacre de Buffalo sur Twitch    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Carthage : Le caftan marocain illumine la clôture du Festival international des Monodrames    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Mali: les autorités affirment avoir mis en échec une tentative de putsch    Programme "Forsa": Plus de 150.000 dossiers de projets déposés (Ministre)    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Système normatif marocain : Une production en quête d'attractivité
Publié dans L'opinion le 24 - 01 - 2022

En dépit de son riche arsenal normatif, notre pays peine encore à construire une dynamique collective de vulgarisation et de communication pour mieux valoriser les normes marocaines.
Etablir des normes reconnues et les respecter tout au long du cycle de production et de commercialisation d'un produit est un facteur nécessaire pour pénétrer de nouveaux marchés et pour garantir la reconnaissance du respect des standards de qualité prérequis. S'il fallait un exemple pour en témoigner, ce serait bien la récente annonce de l'exonération des droits de douane à l'importation par l'Egypte des véhicules de la marque Renault fabriqués au Maroc.
Des médias égyptiens ont par ailleurs souligné que leur pays a également accepté d'accréditer l'Institut Marocain de Normalisation (IMANOR) pour délivrer un certificat prouvant que les usines et les entreprises marocaines ont mis en place un système de contrôle de la qualité.
En plus des considérations liées à l'implantation d'usines marocaines dans des zones franches ou celles relatives aux efforts du ministère de l'Industrie pour défendre les produits marocains et optimiser leur potentiel à l'export, se greffe à l'actualité le sujet décisif des normes et des efforts qui ont été consentis par le Royaume afin d'améliorer ses acquis normatifs.
La fulgurante évolution de la normalisation
« Le Maroc a commencé à établir les premières bases de son système normatif en publiant la première loi sur la normalisation en 1970. Avant cela, le Royaume avait adhéré dès 1963 à l'ISO, qui est l'organisation internationale de normalisation », nous raconte Abderrahim Taibi, directeur de l'IMANOR.
À l'époque, les premières normes marocaines étaient surtout utilisées à des fins de maîtrise des projets, d'achats publics et de construction de grandes infrastructures. « Il n'y avait pas encore la dimension de marché global telle qu'on la connaît aujourd'hui. Avec l'évolution des pratiques et avec l'ouverture du marché, surtout pendant les années 80, le besoin de mettre en place une normalisation développée s'est fait ressentir. À ce moment déjà, la norme qui était perçue auparavant comme une contrainte ou comme une réglementation est devenue un outil pour développer la qualité », souligne notre interlocuteur.
C'est ainsi que la cadence de production de normes marocaines - qui touchent à tous les secteurs - a augmenté d'une manière exponentielle pour passer d'une centaine de normes produites par an durant les années 70 à près de 1200 produites annuellement durant ces dernières années.
Entre normes et réalités locales
En plus de constituer un gage de qualité, le respect des normes est pour les entreprises un moyen d'augmenter la compétitivité de leurs produits au niveau international. C'est pour cette raison que l'IMANOR se base sur des références mondiales pour établir les normes marocaines.
« Lorsque le comité de normalisation - où sont représentés le secteur public, mais également le secteur privé et la société civile - se penche sur l'élaboration d'une norme marocaine, on suggère d'adopter la norme internationale comme référentiel parce qu'il n'y pas de raisons d'aller en deçà de ce qui est recommandé et accepté au niveau mondial », confirme Abderrahim Taibi.
Consultées par nos soins, plusieurs sources ont cependant pointé les inadéquations qui peuvent parfois exister entre la norme et les réalités du marché marocain. « C'est un constat que nous faisons très régulièrement. Il existe souvent un gap entre le seuil d'exigence établi par certaines normes marocaines et la capacité des entreprises de les suivre et de les adopter. Il y a par ailleurs un besoin de mieux prendre en considération l'applicabilité de ces normes », estime pour sa part Adil Gharbaoui, consultant en organisation et systèmes de management des entreprises.
Le besoin de communication
Un autre point systématiquement soulevé par les sources que nous avons consultées : la question de la communication et de la sensibilisation au rôle des normes et l'apport qu'elles peuvent apporter pour le développement multisectoriel et l'amélioration de la sécurité, de la qualité et de la compétitivité des produits.
« Quelle que soit la norme, internationale transposée ou préparée pour le marché local, le plus important, c'est l'accompagnement. À ce niveau, nous avons aujourd'hui un problème. L'IMANOR n'est pas chargé d'accompagner la mise en oeuvre des normes. Ça ne fait pas partie de ses prérogatives, car c'est plus à l'Etat qu'incombe cette mission à travers les divers bras opérationnels des ministères concernés. La fiscalité peut jouer à cet égard un rôle pour inciter à se conformer aux normes. Il y a également la responsabilité du secteur privé qui doit fournir l'effort nécessaire pour développer son savoir-faire et le valoriser », estime Hassan Agouzoul, expert en développement durable et en transition énergétique.
Un constat manifestement partagé par Abderrahim Taibi, directeur de l'IMANOR, qui considère que l'incitation à respecter les normes et la communication autour de ce sujet vital devrait faire l'objet d'une dynamique collective qui implique toutes les parties prenantes.
Oussama ABAOUSS
Repères
Normes et décarbonation
IMANOR et ses partenaires sont en cours d'élaborer un label national concernant le chantier de la décarbonation. L'Institut travaille par ailleurs à mettre en place un système de validation des bilans carbone au profit des entreprises marocaines qui pourraient ainsi faire face aux barrières non-tarifaires qui seront notamment mises en place à partir de 2023 par l'UE. Selon Hassan Agouzoul, expert en transition énergétique, « l'enjeu majeur de ce chantier est de pouvoir répondre aux exigences de l'UE pour éviter une double taxation des produits marocains ».

Un label pour les produits cosmétiques bio
Les produits cosmétiques biologiques et naturels viennent de bénéficier récemment d'un nouveau schéma de labellisation mis en place par l'IMANOR dans le cadre de la loi 12-06 relative à la normalisation, à la certification et à l'accréditation. Ce schéma, qui est basé sur un référentiel normatif établi en concertation avec les opérateurs concernés, fixe les critères que la cosmétique naturelle et biologique devrait satisfaire, ainsi que des dispositions de bonnes pratiques de fabrication, d'hygiène, de qualité et de sécurité de ces produits.
L'info...Graphie
Co-construction
La dynamique participative d'élaboration des normes marocaines

L'Institut Marocain de Normalisation (IMANOR) a été créé par la loi n° 12-06 relative à la normalisation, la certification et l'accréditation, sous forme d'Etablissement Public doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière, sous tutelle du ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie Numérique.
Publiée en 2006, cette loi est entrée en vigueur en 2011 et s'est matérialisée par le lancement effectif de l'IMANOR durant l'année budgétaire 2014. L'IMANOR est administré par un Conseil d'administration composé de représentants des départements ministériels, d'organisations professionnelles, d'établissements de recherche et de formation, d'associations de consommateurs et de laboratoires et centres techniques.
Le Maroc dispose actuellement d'un arsenal normatif qui totalise près de 16.500 normes, dont près de 400 sont obligatoires. Pour élaborer ces normes, l'IMANOR mobilise une cinquantaine de personnes à temps plein en plus de 2000 à 3000 experts qui participent chaque année dans les différents comités organisés par l'institut.

Protection des consommateurs
Les produits marocains destinés au marché local respectent-ils les normes ?

L'un des enjeux majeurs des normes est la protection des consommateurs. « Il y a certes eu un effort considérable pour produire des normes marocaines. Il en existe actuellement une multitude dont certaines sont obligatoires et d'autres facultatives. Malheureusement, ce que nous avons constaté, c'est que la majorité des professionnels n'adhèrent pas aux normes facultatives qui permettent de mettre sur le marché local des produits et des services qui sont alignés aux standards internationaux », nous explique Ouadie Madih, président de la Fédération Nationale des Associations du Consommateur (FNAC).
Si certaines entreprises marocaines font l'effort de respecter les normes pour offrir des produits et des services de qualité, leur investissement n'est souvent pas reconnu à sa juste valeur puisque la majorité des consommateurs marocains, en méconnaissance de l'enjeu normatif, se basent plutôt sur le critère du prix.
« Au Maroc, tous les produits destinés à l'étranger doivent répondre aux exigences normatives que l'Etat importateur exige, mais pour ceux destinés à la consommation locale, ce n'est pas toujours le cas. En conséquence, le consommateur boude le produit marocain pour opter pour des produits importés dans lesquels il a plus confiance. L'enjeu actuel est de pouvoir changer cet état de fait. Ainsi, pour encourager le respect des normes, il faut communiquer et promouvoir cette démarche pour que les consommateurs puissent comprendre l'enjeu normatif et opter pour les produits qui respectent les normes de qualité », conclut Ouadie Madih.

3 questions à Abderrahim Taibi, directeur de l'IMANOR
« La norme marocaine a la même valeur que la norme internationale. Dans certains cas, elle peut même la dépasser en termes d'exigence »

Directeur de l'Institut Marocain de Normalisation (IMANOR), M. Abderrahim Taibi répond à nos questions sur les spécificités des normes marocaines.
- Est-ce que les normes marocaines sont reconnues au niveau international ?
- Cette question peut être abordée du point de vue de la création de la norme et de celui de sa reconnaissance par les pays. L'OMC stipule que les pays sont libres d'établir leurs propres produits, réglementations et normes, mais en cas de litige entre deux pays, ce sont les normes internationales qui priment. Donc, pour éviter toute différence entre les normes, nous recommandons toujours d'aligner les normes marocaines aux normes internationales. La norme en elle-même ne pose pas de problème, puisque la norme marocaine a la même valeur que la norme internationale.
Dans certains cas, elle peut même la dépasser en termes d'exigence. Pour l'acceptation, ou pas, d'un produit aligné à la norme marocaine, il y a d'autres paramètres qui interviennent, à savoir les négociations commerciales ou encore les intérêts économiques de chaque pays.
- Sur quels critères se base l'IMANOR pour prioriser l'élaboration d'une norme plutôt qu'une autre ?
- Légalement, le programme de normalisation est établi par l'IMANOR sur la base des demandes exprimées par les opérateurs économiques et les administrations. C'est pour cette raison qu'avant le début de chaque année, nous envoyons des écrits à toutes les organisations professionnelles, les associations des consommateurs et les administrations pour leur demander de nous faire parvenir leurs besoins. Cela dit, il nous est possible d'adapter notre programme dans le cas de figure où une demande pertinente nous parvient. Le plus important, c'est que nous cherchons à produire des normes pour répondre à des besoins concrets.
- Quand est-ce qu'une norme devient obligatoire ?
- Une norme marocaine volontaire peut devenir obligatoire à chaque fois que l'autorité compétente juge qu'une telle mesure est nécessaire. Ça peut se faire pour réglementer un secteur par exemple puisque l'avantage d'une norme est d'avoir déjà le consensus des opérateurs. D'un autre côté, même si une part des normes marocaines est volontaire, elles sont toutes obligatoires dans les marchés publics.
Recueillis par O. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.