Les consulats français continuent « d'humilier » les Marocains en refusant à les demandes de visas    Banques: un portefeuille de créance en souffrance de près de 85 MMDH en 2021    Medradio à ses auditeurs : Grand Merci !    BCIJ : Interpellation à Tétouan d'un partisan de « Daech »    Washington révèle un plan iranien pour assassiner un ex-haut responsable américain    Reprise des livraisons de pétrole russe en Slovaquie    CAF: la Super Ligue africaine dès août 2023    Halilhodzic sur le départ, Regragui pour le remplacer?    Elon Musk vend pour 7 milliards de dollars d'actions du groupe Tesla    Attaque à Tessit au Mali: 42 soldats tués    Fès se met au rythme de la Journée nationale de la communauté marocaine de l'étranger    Dakhla met en avant la contribution des MRE au développement local    Jeux de la solidarité islamique : Le Maroc décroche quatre médailles, dont une en or    Football : La FRMF et Halilhodžić discutent du départ du sélectionneur du Maroc    Maroc : Oujda célèbre les Marocains du monde issus de sa région    Safi : Les Marocains du monde au cœur de la Journée nationale des migrants    Sahara : L'Algérie courtise les nouvelles autorités colombiennes    Météo Maroc: températures maximales en légère hausse ce jeudi 11 août    Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo: Abdelbasset Wasfi décroche la médaille d'or, Safia Salih et Nezha El Assal en bronze    Hammouchi reçoit le patron de la police espagnole    Le secteur de la santé se réforme, les financements s'annoncent lourds    Donald Trump suggère que le FBI pourrait avoir «placé» des preuves lors de la perquisition    Le Maroc organise des colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du vendredi    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    La FRMF convie Vahid Halilhodzic à une réunion qui déboucherait sur son licenciement    Global Policy Institute : Le Maroc se positionne comme un "hub d'affaires" vers l'Afrique    Bourse de Casablanca: Clôture en légère hausse    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 10 Aout 2022    L'UE présente le « texte final » visant la réactivation de l'accord de Vienne    La Jeunesse Socialiste dénonce le terrorisme de l'entité sioniste    Une vie et demie pour la profession et la patrie    Un point de connexion pour se réunir et vivre une nouvelle expérience    Un autre coup cinglant au patrimoine de la ville    Education: le PLF2023 décline les grandes lignes de la réforme    « Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    El Jadida : Entre les Doukkalis et le cheval, un lien particulier    Cinéma junior : Et de 5 pour le Festival éducatif de Soura    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Première offre bancaire dédiée aux 12-17 ans : La Banque Populaire lance «Swipe»    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



DEPF : De fortes incertitudes persistent sur la relance sectorielle
Publié dans L'opinion le 26 - 06 - 2022

A en juger par la note de conjoncture de la Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF) au titre du mois de mars 2022, des secteurs ont du mal à rebondir, malgré des indicateurs favorables.
Des mesures, des sous, mais des effets toujours au-dessous de ceux enregistrés en 2019 dans de nombreux secteurs. C'est le message que laisse entendre la récente note de conjoncture de la Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF). L'industrie du voyage, qui est un secteur tertiaire malmené pendant la crise du Covid, reprend des couleurs, mais en douceur.
En cumul des trois mois de cette année, "les recettes touristiques ont atteint près de 13,6 milliards de dirhams, après près de 4 milliards un an auparavant et 17 milliards à la même période de 2019, marquant un taux de récupération par rapport à leur niveau pré-crise de 79,7%", selon la DEPF, qui explique que "les signes de redressement des secteurs du tourisme et du transport, notamment aérien, se précisent, suite à la mise en oeuvre de mesures visant à redynamiser le secteur. Ce redressement serait renforcé davantage par l'allégement des restrictions aux voyages, entré en vigueur le 18 mai 2022".
Quant aux arrivées de touristes, elles ont plus que quadruplé au terme des cinq premiers mois de 2022, comparativement à la même période de l'année précédente, passant de 501,2 mille à 2,3 millions de personnes. "Toutefois, le nombre des arrivées de touristes, au terme des cinq premiers mois de 2022, demeure en baisse de 47,7% par rapport à son niveau à fin mai 2019".
Pour cette année 2022, l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) prévoit une baisse des arrivées de touristes internationaux variant entre 30% et 45% par rapport aux niveaux enregistrés en 2019, notamment suite à l'évolution de la Covid et le rythme auquel les destinations continuent de lever les restrictions de voyage ainsi que l'évolution de la conjoncture internationale.
En ce qui concerne le secteur primaire, la production céréalière prévisionnelle de la campagne agricole 2021-2022 est estimée à 32 millions de quintaux, en baisse de 69% par rapport à la campagne précédente.
Cette baisse est atténuée toutefois par l'amélioration prévue des autres cultures après les dernières pluies, tels les fruits et légumes frais dont le volume exporté s'est sensiblement accru. La DEPF prévoit une évolution contrastée pour le secteur secondaire avec le maintien d'une évolution positive au niveau du secteur de l'énergie électrique (production: +3,6% à fin avril) et repli au niveau des secteurs du Bâtiment et travaux publics (ventes de ciment : -3,1% à fin mai), manufacturier (-2,3% à fin mars) et extractif (-10,1% à fin mars).
Recul de l'indice de production du secteur manufacturier
Dans la même lignée, au premier trimestre 2022, l'indice de production du secteur manufacturier a enregistré une baisse de 2,3% en glissement annuel, après une augmentation de 0,9% un an auparavant, lit-on dans ladite note de conjoncture.
Et d'expliquer cette évolution à la baisse par celles de l'indice de la production de l'industrie chimique de 8,6%, de l'industrie alimentaire de 1,3% et de celui de la fabrication d'équipements électriques de 3,4%, avant d'attribuer ce résultat au recul de la fabrication des produits en caoutchouc et en plastique de 3,2%, de l'industrie automobile de 2,6%, de l'industrie de l'habillement de 1,6% et de l'industrie de textile de 2,3%.
"Enfin, cette baisse est atténuée par une performance positive enregistrée au niveau de l'industrie pharmaceutique (+9,9%), de la métallurgie (+1,5%), de la fabrication de meubles (+5%) et de la fabrication des boissons (+0,9%)", énumère-t-on.
L'environnement international ne trouve pas d'alibi
Les perspectives économiques s'avèrent moins favorables, dans un contexte marqué par un resserrement monétaire plus agressif pour lutter contre l'inflation, selon la même source.
Dans cette optique, l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) prévoit désormais une croissance du PIB mondial limitée à 3% en 2022 contre 4,5% attendu initialement en décembre, note la DEPF.
Les perspectives de croissance se sont dégradées pour les principales économies, dont celles des Etats- Unis (2,5% contre 3,7%), la zone euro (2,6% contre 4,3%), le Japon (1,7% contre 3,4%) et la Chine (4,4% contre 5,1%). L'économie mondiale reste confrontée à de fortes incertitudes, liées à la guerre en Ukraine, à la pandémie, aux chaînes d'approvisionnement, aux dynamiques inflationnistes et aux conditions financières, constate-t-on.
Safaa KSAANI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.