Espagne : des centaines d'agriculteurs en tracteur convergent vers Madrid    World Summit Awards : L'UM6P primée à l'international pour sa technologie T3    Sénégal: Macky Sall confirme que son mandat prendra fin le 02 avril 2024    Espagne: Luis de la Fuente reste à la tête de la Roja jusqu'en 2026    L'Initiative royale au Sahel pousse l'Algérie à réaliser la route Tindouf – Zouerate    Océan Atlantique : Le Maroc partage les ambitions des Etats-Unis    Tournoi international U19 de l'Académie Mohammed VI de football: le FC Copenhague et l'Ajax Amsterdam en finale    Allemagne : l'économie dans une "situation dramatique"    Inclusion des femmes : entre aspirations et réalité, où en est-on ?    Des parlementaires à Londres pour le renforcement de la coopération entre le Maroc et le Royaume-Uni    Nouvelle Instruction pour les « Duty free shops » : ce qui change    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Session extraordinaire du Conseil de la ville de Casablanca : Le prix du ticket du busway fixé à 6 dirhams    Plus de 400 millions d'euros investis par la BERD au Maroc dans le domaine de l'eau    Le SIAM 2024 honore l'Espagne    Investissement : plus de 170 projets accompagnés en 2023    Conseil de gouvernement : Vers l'amélioration de la qualité d'air au Maroc    Data Tika : l'ONDH adhère au programme    SM le Roi félicite le Prince Héritier d'Arabie Saoudite à l'occasion du Jour de la Fondation    Maroc : Les effets dévastateurs de six ans de sécheresse vus du ciel    Tunisie: Des ONG dénoncent « le discours haineux » contre les migrants subsahariens    Manifestations des agriculteurs: Négociations fin mars entre la Pologne et l'Ukraine    Escobar du désert : Quand Naciri invoque des problèmes de santé pour garder le silence    Conseil de sécurité. Là où l'Algérie balade le Polisario    Dani Alves condamné à 4 ans et demi de prison pour agression sexuelle, le Brésilien fait appel    Mohamed Boudrika dément être recherché par la Brigade nationale    Le SG du Raja reconnaît l'«illégalité» du contrat avec le sponsor russe 1XBET    Rallye Aïcha des Gazelles : 200 équipages participeront à l'édition 2024    Sahara marocain: Pedro Sanchez réitère la position de soutien de l'Espagne au plan d'autonomie    Rafales de vent : les usagers des routes appelés à faire preuve de prudence et de vigilance    bulletin d'alerte: Fortes rafales de vent avec chasse-poussières locales vendredi et samedi dans plusieurs provinces    Spanish PM Sanchez departs Morocco with no date set for Ceuta-Melilla customs reopening    DGSN : Le parc automobile fait peau neuve    Météo: les prévisions du jeudi 22 février    Morocco's International Agricultural Show excludes Israel amidst war on Gaza    Moroccan consumer prices dip, but core inflation rises in January    Addahre : "Les nouvelles adhésions marocaines au réseau mondial des villes apprenantes de l'UNESCO consacre "l'engagement ferme" du Royaume en faveur de l'éducation"    Séisme: Le Japon s'associe à l'UNESCO pour le développement des techniques de reconstruction au Maroc    Botola D1 / J20: Ce soir, MCO-CAYB, un duel de haute tension    Foot féminin / Qualif. JO 2024: Arrivée des Lionnes de l'Atlas à Tunis    La Cathédrale Sacré cœur, un édifice emblématique converti en levier du rayonnement culturel de Casablanca    Les bijoux berbères du Palais Royal à Doha    Dak'Art 2024. 5 artistes marocains à la Biennale de l'art africain contemporain    Coup d'envoi de l'année culturelle Qatar-Maroc 2024 avec l'exposition de bijoux berbères du Palais Royal    Interview avec Hajar Habi : « BookTube contribue à la démocratisation de la lecture »    L'Ivoirien Nincemon Fallé remporte le prix littéraire Voix d'Afriques 2024    CNN met les projecteurs sur l'artiste marocaine Amina Agueznay, lauréate d'un prix d'art contemporain africain    Le camerounais Moustapha Baidi Oumarou expose à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'artiste-peintre Benhila Regraguia n'est plus L'artiste-peintre Benhila Regraguia n'est plus
Hymne à la fertilité 
Publié dans L'opinion le 20 - 11 - 2009

L'artiste peintre Benhila Regraguia n'est plus. Elle s'est éteinte à Essaouira à l'age de 69 ans, suite à une longue maladie qui a eu prise sur son âme. C'est dans son atelier à Hrarta à la région d'Essaouira que la mort l'a happée.
Sur son parcours artistique, Abdelkader Manan anthropologue a écrit : « Artiste autodidacte, elle est née à Essaouira en 1940. Et ce n'est que tardivement, en 1988 qu'elle a commencé à produire ses premières esquisses si caractéristiques par leur univers labyrinthique et tourmenté aux thématiques extravagantes et aux couleurs chatoyantes où s'expriment son imaginaire, sa féminité et sa forte personnalité. Elle la première femme peintre d'Essaouira. Ses œuvres ont été présentées pour la première fois, à la galerie Frederic Damgaard le 3 mars 1989, à l'occasion de la fête du Trône. Elle a ensuite exposé place de l'horloge et à Beit Allatif face aux batteries de la Scala de la mer.. Par la suite, elle s'est liée d'amitié à l'écrivain Fatima Mernissi et à un groupe de femmes Allemandes qui exposèrent ses œuvres à Cologne, francfort et ailleurs. C'est une figure emblématique des femmes d'Essaouira, dont elle portait le haîk, qui disparaît aujourd'hui. Et c'est en 1989, que je l'avais rencontré au cœur de la médina où elle résidait ». Et ajouter : «  La peinture de Benhila est d'une générosité exubérante. D'une grande fraîcheur. La fraîcheur du ciel et de la mer. Elle peint l'aube à la fois étrange et belle lorsque les brouillards de la nuit font danser la lumière du jour. C'est le monde qui renaît au bout du rêve. Elle peint le ciel de la fertilité quand le jour enfante la nuit :« Au moment où la nuit pénètre dans le jour, dit-elle, je te jure au nom d'Allah tout puissant que je vois défiler tout l'univers. J'adore le ciel quand le soleil décline. Je vois les nuages qui se meuvent et j'imagine un autre monde au dessus de nous. Je vois dans le ciel comme des arbres, des oueds, des oiseaux, des animaux. Les labyrinthes que je peins sont comme les ruelles de la vieille médina : tu vas dans une direction mais tu aboutis à une autre. Je peins les chats qui rodent sur les terrasses. Les enfants qui jouent dans les ruelles étroites, les femmes voilées au haïk, leurs yeux qui sont les miroirs des hommes et notre « mère – poisson » qui est une nymphe très belle, une gazelle qui mugit de beauté avec ses cheveux balayant la terre. Je n ‘oublie pas l'île et les monuments, symboles d'une histoire révolue. Tout cela m'apparaît dans les nuages ou me revient dans les rêves. » .Ses tableaux, elle les voit d'abord dans le spectre des couleurs qui illuminent le crépuscule au dessus de l'île et de la mer. Elle fixe ces projections poétiques dès qu'elles réapparaissent sur la toile blanche, dès qu'elle en saisit le bout du fil. Ce sont souvent des représentations symboliques du rêve, aux connotations très freudiennes. » (« Artistes d'Essaouira » paru en 1990, article sous le titre : « La quête de la fertilité »). 
Ahmed Harrouz, artiste plasticien et chercheur universitaire nous révèle : « ...la défunte Regraguia Benhila était une authentique artiste peintre, mais pas seulement peintre dans le sens de l'utilisation des couleurs ou des formes; peintre dans le sens de la perception à travers l'autre langage de la saisie visuelle et spirituelle de la nature, du sort de l'être humain et des histoires qu'il porte ou fait exprimer.., c'est à dire qu'elle n'était pas une « analphabète ou une ignorante qui peint », mais une autre intellectuelle qui fait exprimer le monde à sa manière, comme elle faisait exprimer le patrimoine culturel, ou l'échange interculturel, ou le joie de l'art, ou la fraternité et l'amour universel..; elle était aussi une artiste engagée, qui ne fait pas de cadeau aux circonstances formelles ou de complaisance, quand ça ne va pas elle proteste d'une manière très forte, et quand elle observe une défaillance ou négligence concernant la condition des artistes ou des associatifs elle la condamne ouvertement, tout comme elle a aimé chanter toute sa vie pour la liberté, individuelle ou collective...  qu'elle repose en paix.. »,
De son coté, Abdelmajid Zouitina, vice -président du Syndicat l des Plasticiens Marocains, nous a souligné: «  Regraguia , Figure de prou de la création au féminin , a marqué l'histoire de l'art marocain d'une empreinte profonde grâce à ses œuvres inédites. Il a bien voulu s'installer dans la compagne, dans la région d'Essaouira, où il passe la plus grande partie de son temps, pour se consacrer à sa peinture lyrique. Ses oeuvres récentes sont placées sous le signe de la continuité et de l'éparpillement dans la forme et la couleur plus vive moins sombre, en donnant libre cours à ses fantasmes. Son empreinte est toujours omniprésente. » .
Pour sa part, Raiss Abdessalam , président de l'Association Marocaine des passionnés des Arts Plastiques, nous révèle  : « Regraguia nous a légué un immense travail, bien recherché et très créatif. Elle est parmi les grandes figures de la peinture marocaine. Son œuvre est partie intégrante du patrimoine national non seulement dans le domaine de la peinture, des arts plastiques mais du point de vue de notre culture visuelle en général également. Je souviens d'une femme généreuse, discrète, toujours vivante. Elle avait lutté courageusement contre la maladie jusqu'au dernier jour. Elle n'était pas seulement une artiste peintre mais un a acteur associatif confirmé et une militante de la culture et de la promotion des arts plastiques au Maroc. ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.