Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste-peintre Benhila Regraguia n'est plus L'artiste-peintre Benhila Regraguia n'est plus
Hymne à la fertilité 
Publié dans L'opinion le 20 - 11 - 2009

L'artiste peintre Benhila Regraguia n'est plus. Elle s'est éteinte à Essaouira à l'age de 69 ans, suite à une longue maladie qui a eu prise sur son âme. C'est dans son atelier à Hrarta à la région d'Essaouira que la mort l'a happée.
Sur son parcours artistique, Abdelkader Manan anthropologue a écrit : « Artiste autodidacte, elle est née à Essaouira en 1940. Et ce n'est que tardivement, en 1988 qu'elle a commencé à produire ses premières esquisses si caractéristiques par leur univers labyrinthique et tourmenté aux thématiques extravagantes et aux couleurs chatoyantes où s'expriment son imaginaire, sa féminité et sa forte personnalité. Elle la première femme peintre d'Essaouira. Ses œuvres ont été présentées pour la première fois, à la galerie Frederic Damgaard le 3 mars 1989, à l'occasion de la fête du Trône. Elle a ensuite exposé place de l'horloge et à Beit Allatif face aux batteries de la Scala de la mer.. Par la suite, elle s'est liée d'amitié à l'écrivain Fatima Mernissi et à un groupe de femmes Allemandes qui exposèrent ses œuvres à Cologne, francfort et ailleurs. C'est une figure emblématique des femmes d'Essaouira, dont elle portait le haîk, qui disparaît aujourd'hui. Et c'est en 1989, que je l'avais rencontré au cœur de la médina où elle résidait ». Et ajouter : «  La peinture de Benhila est d'une générosité exubérante. D'une grande fraîcheur. La fraîcheur du ciel et de la mer. Elle peint l'aube à la fois étrange et belle lorsque les brouillards de la nuit font danser la lumière du jour. C'est le monde qui renaît au bout du rêve. Elle peint le ciel de la fertilité quand le jour enfante la nuit :« Au moment où la nuit pénètre dans le jour, dit-elle, je te jure au nom d'Allah tout puissant que je vois défiler tout l'univers. J'adore le ciel quand le soleil décline. Je vois les nuages qui se meuvent et j'imagine un autre monde au dessus de nous. Je vois dans le ciel comme des arbres, des oueds, des oiseaux, des animaux. Les labyrinthes que je peins sont comme les ruelles de la vieille médina : tu vas dans une direction mais tu aboutis à une autre. Je peins les chats qui rodent sur les terrasses. Les enfants qui jouent dans les ruelles étroites, les femmes voilées au haïk, leurs yeux qui sont les miroirs des hommes et notre « mère – poisson » qui est une nymphe très belle, une gazelle qui mugit de beauté avec ses cheveux balayant la terre. Je n ‘oublie pas l'île et les monuments, symboles d'une histoire révolue. Tout cela m'apparaît dans les nuages ou me revient dans les rêves. » .Ses tableaux, elle les voit d'abord dans le spectre des couleurs qui illuminent le crépuscule au dessus de l'île et de la mer. Elle fixe ces projections poétiques dès qu'elles réapparaissent sur la toile blanche, dès qu'elle en saisit le bout du fil. Ce sont souvent des représentations symboliques du rêve, aux connotations très freudiennes. » (« Artistes d'Essaouira » paru en 1990, article sous le titre : « La quête de la fertilité »). 
Ahmed Harrouz, artiste plasticien et chercheur universitaire nous révèle : « ...la défunte Regraguia Benhila était une authentique artiste peintre, mais pas seulement peintre dans le sens de l'utilisation des couleurs ou des formes; peintre dans le sens de la perception à travers l'autre langage de la saisie visuelle et spirituelle de la nature, du sort de l'être humain et des histoires qu'il porte ou fait exprimer.., c'est à dire qu'elle n'était pas une « analphabète ou une ignorante qui peint », mais une autre intellectuelle qui fait exprimer le monde à sa manière, comme elle faisait exprimer le patrimoine culturel, ou l'échange interculturel, ou le joie de l'art, ou la fraternité et l'amour universel..; elle était aussi une artiste engagée, qui ne fait pas de cadeau aux circonstances formelles ou de complaisance, quand ça ne va pas elle proteste d'une manière très forte, et quand elle observe une défaillance ou négligence concernant la condition des artistes ou des associatifs elle la condamne ouvertement, tout comme elle a aimé chanter toute sa vie pour la liberté, individuelle ou collective...  qu'elle repose en paix.. »,
De son coté, Abdelmajid Zouitina, vice -président du Syndicat l des Plasticiens Marocains, nous a souligné: «  Regraguia , Figure de prou de la création au féminin , a marqué l'histoire de l'art marocain d'une empreinte profonde grâce à ses œuvres inédites. Il a bien voulu s'installer dans la compagne, dans la région d'Essaouira, où il passe la plus grande partie de son temps, pour se consacrer à sa peinture lyrique. Ses oeuvres récentes sont placées sous le signe de la continuité et de l'éparpillement dans la forme et la couleur plus vive moins sombre, en donnant libre cours à ses fantasmes. Son empreinte est toujours omniprésente. » .
Pour sa part, Raiss Abdessalam , président de l'Association Marocaine des passionnés des Arts Plastiques, nous révèle  : « Regraguia nous a légué un immense travail, bien recherché et très créatif. Elle est parmi les grandes figures de la peinture marocaine. Son œuvre est partie intégrante du patrimoine national non seulement dans le domaine de la peinture, des arts plastiques mais du point de vue de notre culture visuelle en général également. Je souviens d'une femme généreuse, discrète, toujours vivante. Elle avait lutté courageusement contre la maladie jusqu'au dernier jour. Elle n'était pas seulement une artiste peintre mais un a acteur associatif confirmé et une militante de la culture et de la promotion des arts plastiques au Maroc. ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.