Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Efforts gigantesques pour désenclaver plusieurs localités
Meknès-Tafilalet sous la neige...
Publié dans L'opinion le 14 - 01 - 2010

A l'instar d'autres régions du Maroc, la région Meknès-Tafilalet a été affectée ces derniers jours par d'importantes perturbations climatiques donnant lieu à des précipitations et des chutes de neige qui ont sensiblement perturbé la circulation sur certaines routes nationales et régionales en isolant complètement des villages du Moyen Atlas. La baisse de température que connaît la région a accentué la souffrance de certains habitants, manquant d'équipement adéquat pour faire face à cet aléa climatique, surtout que l'enneigement a touché cette semaine une grande superficie s'étalant d'El Hajeb à Errachidia. Le spectre du drame d'Angfou semble dépassé avec l'installation d'hôpitaux des FAR voulus par le Souverain. Par ailleurs la vigilance des pouvoirs publics est à son extrême.
L'enneigement a commencé à poser de sérieux problèmes pour les usagers de la route.
Il aura fallu l'intervention des équipes de viabilité hivernales relevant du ministère de l'équipement et des transports de la région pour assurer des actions visant à assurer la pérennité de la circulation, à sensibiliser les usagers de la route et à réguler le flux de visiteurs, très nombreux pendant les week-ends sur l'axe Ifrane, Michlifen, Habri.
Si cette situation exceptionnelle a fait le bonheur des hôteliers et des restaurateurs des stations de ski à Ifrane, incapable d'ailleurs de faire face à son succès. La ville a été vraiment prise d'assaut par des milliers de visiteurs, surtout que la neige était au rendez-vous et que la période coïncide avec un week-end prolongé vu la commémoration de l'anniversaire du Manifeste de l'Indépendance.
Force est de constater que ce bonheur n'est pas de tout partagé par de grandes couches de la population qui souffre en silence, dignement, faisant face à des dépenses supplémentaires pour acquérir le bois de chauffage, adapter sa nourriture aux exigences du climat et faire face aux risques de rhumatismes et de pathologies accentuées par ce froid glacial.
Les premières doléances viennent des fonctionnaires, les syndicats multiplient leurs protestations pour amener les pouvoirs publics à reconnaître cet état de fait et à trouver une formule pour indemniser ceux qui travaillent à Ifrane. La lutte contre le froid a un prix qui désavantage tous les employés dans cette belle province par rapport aux autres. Le prix du bois de chauffage en hausse constante et ce n'est pas un luxe, c'est une nécessité. Ne doit-on pas donc indemniser ?
Pour M. Omar Benhlal, conseiller de la présidence de la Chambre d'agriculture de Meknès, si ces précipitations au mois de janvier sont certes une chance formidable pour l'agriculture dans une région justement à vocation agricole et dont plusieurs endroits ont été sinistrés des années durant des suites d'une sécheresse endémique, il souligne qu'il faut rester vigilants parce que notre région connaît parfois des chutes de grêle et des gelées matinales qui pourraient hypothéquer la croissance de certaines plantes.
Mais ce sont plus particulièrement les personnes âgées qui souffrent le plus de ce climat trop froid, quasiment insupportable. Les rhumatismes sont fréquents dans les régions du Moyen Atlas, seulement des personnes aux ressources insuffisantes préfèrent se mettre au chaud, «hiberner» nous a confié un syndicaliste d'Azrou plutôt qu'engager des dépenses supplémentaires pour une maladie chronique qui surgira l'hiver d'après. Des villages ont été complètement isolés en attendant des journées plus clémentes. Heureusement, les citoyens de ces localités ont depuis longtemps appris à s'adapter à ces situations et les pouvoirs publics ont consenti d'énormes efforts pour désenclaver des régions entières.
La chute du mercure en ce début d'année est remarquable dans la fumée qui échappe des cheminées à Azrou, Ifrane, El Hajeb. Cheminées qui laissent imaginer des âtres brûlants. Les paysages sont magnifiques, la neige est reposante. Encore faut-il que chaque habitant de ces régions ait le moyen de se procurer ces petites bûches, symbole de vie en pareille situation, à enfouir dans sa cheminée. Le drame d'Angfou la dernière fois aura au moins servi à quelque chose. Cette année la vigilance est d'actualité et les projets engagés dans le cadre de l'INDH ont permis de désenclaver plusieurs localités et surtout de doter ces localités d'infrastructures sanitaires de proximité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.