Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir / Enseignement Supérieur Privé
Universiapolis accréditée officiellement «Université privée»
Publié dans L'opinion le 07 - 08 - 2012

Universiapolis, connue également sous son ancienne dénomination «Groupe ISIAM -Agadir» ou sa nouvelle dénomination: «Université Internationale d'Agadir», vient d'être nommée au titre de «Université privée» après la décision rendue par la Commission Nationale de Coordination de l'Enseignement Supérieur (CNASES) et suite à la tenue de la Commission de Coordination de l'Enseignement Supérieur Privé (COCESP) fin juin 2012.
C'est une accréditation bien méritée pour une université privée, l'unique en son genre dans le Grand Sud Marocain allant d'Agadir à Dakhla, soit la moitié de la superficie nationale. Désormais le Grand Sud a son Université Privée, à l'instar de celle de Rabat, Casablanca ou Marrakech. Le dynamisme du président, Aziz Bouslikhane, et de tout son jeune staff a fini par être officiellement couronné, après plusieurs années d'exercice sur le terrain, dans le domaine de l'enseignement et la formation privés et une bonne intégration dans le milieu économique environnant.
Rappelons que la CNASES est chargée de réguler le secteur de l'enseignement supérieur, en veillant, entre autres, à formuler un avis sur la création des universités et de tout autre établissement d'enseignement supérieur public ou privé, à déterminer les critères et les mécanismes de validation réciproque des programmes d'études et de leur accréditation, et à coordonner les critères d'admission et d'inscription des étudiants dans les différents cycles.
A cet égard, l'Université Internationale d'Agadir (Universiapolis) a non seulement répondu à 100% des exigences du cahier des charges relatif à l'attribution de la dénomination «Université privée», sans aucune réserve, mais elle a même excédé ses attentes, et ce, à plus d'un titre. En fait, l'Université Internationale d'Agadir a brillé par l'excellence de son dossier de candidature, autant par son volet administratif que ses volets technique et pédagogique.
En somme, sa notoriété, son infrastructure et ses équipements exceptionnels, ses réalisations pédagogiques, organisationnelles et administratives et les liens tissés autant avec le monde des affaires qu'avec d'autres universités et centres de recherche régionaux, nationaux et internationaux, lui ont valu cette distinction prestigieuse. Universiapolis n'a plus rien à envier aux grandes universités nationales et internationales.
Le cahier des charges relatif aux Universités Privées au Maroc est venu, entre autres, réguler le secteur de l'enseignement supérieur privé pour en finir avec l'anarchie qui prévalait dans l'utilisation de la dénomination «université ou faculté privée» et s'assurer du sérieux des institutions et de la qualité de leur infrastructure pédagogique et technique. Il repose sur des critères scientifiques et non pas sur le volume des investissements ou les structures. En effet, les établissements de l'enseignement supérieur privés, qui veulent se prévaloir du label d'université ou de faculté privée, devront remplir un cahier des charges rigoureux.
Parmi les critères retenus, le nombre de structures composant l'établissement. Ainsi, l'institution devra être constituée de trois structures (école, institut ou centre), dont une faculté privée. La recherche scientifique et le développement des compétences font d'ailleurs partie des conditions d'éligibilité. Au moins 50% du cursus dispensé doit être accrédité. Autre critère prévu par le décret, l'obligation de nommer à la tête de l'université privée un président agréé par le ministère de tutelle et titulaire d'un doctorat. L'université devra par ailleurs compter au moins 2.000 étudiants. En plus de ces exigences générales, le cahier des charges repose sur une analyse rigoureuse et sur des critères quantitatifs et qualitatifs précis.
Cette accréditation au titre d'université privée va permettre désormais aux universités de traiter d'égal à égal avec les universités publiques. Elle permettra également de nouer des partenariats avec les entreprises publiques et privées. Ainsi, l'accréditation des écoles et des programmes d'études, dont jouit déjà Universiapolis, permettra d'instaurer des passerelles entre établissements publics et privés.
De plus, les diplômes de l'enseignement privé pourront désormais être reconnus par la fonction publique. D'ailleurs, le titre II de la Loi 01-00 qui a consacré 30 articles (39 à 68) à l'enseignement supérieur privé stipule que «l'enseignement supérieur privé remplit, à côté de l'enseignement supérieur public, une mission de formation, d'accès à la culture et à la technologie et de promotion du progrès et de la recherche scientifique». L'enseignement supérieur privé est donc un complément à l'enseignement public, et les deux forment un tout, dans l'intérêt de notre pays, de nos régions et de celui de l'étudiant marocain.
En fait, l'accréditation de Universiapolis au titre d'université privée n'a pas surpris les experts et les professionnels du milieu connaissant son caractère de pionnière dans l'enseignement supérieur privé au Maroc, sa longue expérience dans le domaine, ses standards élevés en matière d'enseignement et ses innovations et ses approches pédagogiques.
Universiapolis est une université pluridisciplinaire. Elle dispose de plusieurs facultés et centres de recherche. Ces écoles supérieures s'inscrivent dans le même schéma que les universités publiques en adoptant le système LMD (licence, master et doctorat), mais elles se distinguent d'elles par le cadre des études, en ce sens que l'Université Internationale d'Agadir fixe à 30 au maximum l'effectif des étudiants dans un groupe, par souci de proximité et d'interaction entre le corps professoral et les étudiants. Autre atout majeur de Universiapolis est son ouverture sur le monde, avec des étudiants provenant d'une vingtaine de pays et son corps professoral issus des meilleures universités internationales.
Universiaopolis privilégie une approche pédagogique axée sur l'accompagnement et l'encadrement personnalisé de l'étudiant sur la base de la disponibilité du corps professoral et du suivi de la direction pédagogique, des méthodes pédagogiques nord-américaines interactives (travaux pratiques en groupes restreints, simulations et jeux de rôle, cas d'entreprise, interventions en entreprise, etc.).
Les différentes écoles de l'Université Internationale d'Agadir disposent d'un staff administratif et professoral constitué de professeurs permanents, d'enseignants-chercheurs et d'universitaires nationaux et internationaux. Elle dispose également d'une infrastructure pédagogique de haut niveau: plusieurs laboratoires d'informatique et de réseautique, une dizaine de laboratoires d'automatisme, d'automatique, de robotique, de sciences de base en ingénierie, d'électronique et d'agro-alimentaire.
Universiapolis comprend une faculté de gestion ISIAM-Agadir, une Ecole Polytechnique, une Ecole Supérieure du Tourisme, une Ecole Supérieure des Sciences Humaines et de Communication et dernièrement un centre de recherche et d'innovation, l'unique en son genre dans la Région.
Très bonne continuation à Universiapolis qui est une institution fierté de l'Enseignement Supérieur Privé, à Agadir, dans la Région Souss Massa Draâ et dans toute la Région du Grand Sud marocain. Félicitations à Aziz Bouslikhane, à tous ses proches collaborateurs et à toute son équipe, qui ont œuvré inlassablement avec un dynamisme patriotique certain, pour doter la Région d'une Université Privée, qui n'a rien à envier aux universités similaires dans d'autres pays et qui s'inscrit dans une participation citoyenne de grande valeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.