La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une plus-value dans un partenariat d'exception
Réunion de Haut Niveau Maroc-France
Publié dans L'opinion le 12 - 12 - 2012

La visite officielle du Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault les 12 et 13 décembre au Maroc dans le cadre de la Réunion de haut niveau Maroc-France, illustre «le caractère exceptionnel» des relations et «la densité du dialogue politique bilatéral» entre Rabat et Paris, comme l'a souligné le président François Hollande.
Cette visite, la première du genre du premier ministre français dans un pays du sud de la Méditerranée, depuis sa nomination à ce poste en mai dernier, est à forte charge symbolique car elle réitère le message de la France au reste de la région: le Maroc est un exemple à suivre en matière de réformes démocratiques, a-t-on souligné à Paris.
Le ton de cette visite a été donné au plus haut niveau de l'Etat français quand M. Hollande s'est « réjoui», à l'issue d'un entretien téléphonique le 28 novembre dernier avec SM le Roi Mohammed VI, de la tenue de ce séminaire gouvernemental conjoint qui «illustre le caractère exceptionnel de nos relations et la densité du dialogue politique bilatéral».
Cette visite en prélude à celle que le président Hollande sera «heureux d'effectuer» au Maroc au début de l'année 2013, vient confirmer, sept mois après l'arrivée au pouvoir en France d'une majorité socialiste, la continuité d'un partenariat exemplaire, au-delà des alternances au gouvernement.
Continuité, mais également volonté commune de consolider «le dialogue d'exception» que la France n'entretient qu'avec ses principaux interlocuteurs en Europe, assure-t-on côté français.
La continuité avait été réitérée en force et au plus haut niveau quand SM le Roi Mohammed VI a été le premier chef d'Etat à être reçu à l'Elysée le 24 mai dernier, une semaine après l'investiture du président François Hollande.
Une rencontre qui a permis au nouveau locataire de l'Elysée de «réaffirmer son attachement à l'amitié entre la France et le Maroc et souligner son caractère exceptionnel grâce aux nombreux liens entre nos deux pays».
Le chef de l'Etat français avait également «salué le processus de réformes démocratique, économique et sociale en cours dans le royaume à l'initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI» et déclaré solennellement que la France «se tient au côté du Maroc dans la voie qu'il a choisie de modernisation économique et d'approfondissement de l'Etat de droit».
Quand au deuxième pilier de cette relation, le dialogue politique, il a été également maintenu et renforcé, conforté qu'il est par la «convergence de vues» entre les deux chefs d'Etat sur les grands enjeux diplomatiques à l'échelle internationale que ce soit sur le dossier syrien, où le Maroc est très engagé et s'apprête à abriter le 12 décembre, l'importante réunion du Groupe des Amis de la Syrie à Marrakech, la lutte contre le terrorisme ou sur le dossier israélo-palestinien.
«Sur chacun de ces enjeux, ils sont convenus de rester en étroit contact, notamment au Conseil de sécurité des Nations unies où le Maroc et la France ont établi une excellente coopération», comme l'a assuré le président Hollande.
La continuité est également de mise avec la position réitérée de la France de continuer «d'appuyer le plan d'autonomie marocain qui constitue la base sérieuse et crédible d'une solution négociée» au Sahara, dans le cadre des Nations unies.
La visite de M. Ayrault, qui balise le terrain pour le voyage officiel du président Hollande est également le couronnement d'une dynamique d'échanges enclenchée dès l'arrivée des socialistes au pouvoir et qui a vu cinq ministres français défiler à Rabat pour relancer la coopération dans les domaines aussi variés que celui de l'Intérieur, du commerce extérieur, de l'enseignement supérieur, en plus de visites de parlementaires, dont la dernière en date, celle de l'influente présidente de la Commission des affaires étrangères au parlement français, Mme Elisabeth Guigou.
A Casablanca et à Rabat, M. Ayrault sera entouré de huit de ses ministres, Mme Christiane Taubira, ministre de la Justice , M. Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, M. Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, Mme Nicole Bricq, ministre du Commerce Extérieur, M. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, Mme Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes, Porte-Parole du Gouvernement, M. Frédéric Cuvillier, Ministre délégué auprès de la Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie, chargé des Transports, de la Mer et de la pêche.
Autant de secteurs où le Maroc et la France vont prospecter les moyens de densifier les échanges, d'apporter une plus-value, dans le cadre de ce partenariat de confiance basé sur des chaînes de production de valeurs partagées, selon une approche gagnant-gagnant.
L'approche gagnant-gagnant s'étend également au partenariat public-privé, que les deux pays devraient renforcer avec la tenue, parallèlement à la réunion gouvernementale mixte à forte teneur économique, du forum des entrepreneurs français et marocains sous le thème de ‘'Partenariat d'exception au service d'une compétitivité partagée''.
Autre signe de la densité et de la diversité de la relation que cette rencontre de haut niveau devra illustrer, le déplacement avec M. Ayrault de six parlementaires de poids appartenant aussi bien à la majorité que de l'opposition: la présidente de la commission des affaires étrangères, Mme Elisabeth Guigou (socialiste), le président du groupe d'amitié France-Maroc, M. Luc Chatel (UMP-opposition), le vice-président du groupe d'amitié France-Maroc, député des français à l'étranger, M. Pouria Amirshahi, Membre du groupe d'amitié France-Maroc et de la commission des affaires étrangères, M. Jean-Claude Buisine.
Pour le Sénat, M. Christian Cambon (UMP-opposition), Président du groupe d'amitié France-Maroc et M. Jean-Vincent Placé (écologistes/majorité), Vice-président du groupe d'amitié France-Maroc seront à leur tour, du voyage.
Une conjonction gouvernement-parlement-entrepreneurs pour souligner le degré élevé de confiance et l'engagement multiforme de ces acteurs pour assurer la continuité, renforcer et diversifier un partenariat singulier entre le Maroc et la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.