Le petit fils d'Elvis Presley se suicide    Vols spéciaux : Des tarifs fixes pour la RAM    Pour un soutien gouvernemental juste et équitable à la presse    Report des cérémonies prévues à l'occasion de la fête du Trône    Maroc: le taux de réussite au Bac 2020 est de...    Un juriste japonais tire à boulets rouges sur le polisario    Casablanca à 2M ou l'homicide d'une cité    Rassemblement des artistes autour de «L'art pour l'espoir»    Serie A: l'Atalanta n'en finit plus de régaler    Mali: Un imam rigoriste fait trembler le pouvoir    Quelques réflexions pour une rentrée réussie    Comment booster son système immunitaire    Les plages: ces bombes à retardement?    Vacances. Le soleil c'est bon mais ça peut être dangereux    M2M décroche un marché à Casablanca    Nasser Bourita revient sur les accusations d'Amnesty International    Message du roi Mohammed VI au sultan de Brunei Darussalam    PAM-PJD. Un débat qui risque de mal finir    Aïd Al-Adha: voici le prix du mouton cette année (VIDEOS)    Tourisme : 16 milliards de DH pour relancer le secteur    Aïd Al-Adha : Les préparatifs dans le respect des exigences sanitaires    Urbanisme. La destruction du patrimoine se poursuit    Coronavirus : les autocars bientôt autorisés à transporter jusqu'à 75% de leur capacité    Coronavirus : Chakib Alj appelle les entreprises à plus de vigilance [Courrier]    La deuxième Chambre est dominée par l'opposition : Le PLFR à l'épreuve du feu des conseillers    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 84 nouveaux cas, 16.181 au total    Chelsea. Une victoire signée Giroud    Covid-19: ce qu'il faut retenir de la réunion Laftit/CGEM    Syndrome de Tanger    Espagne: Arrestation de deux présumés terroristes algériens    Explications    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Sous conditions : Rentrer au Maroc ou en sortir, c'est possible    Driss Lachguar : Il est grand temps de mettre fin aux agissements électoralistes afin de doter les consultations électorales de la crédibilité nécessaire    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    L'émergence du cinéma digital    Remaniement ministériel en Tunisie    Foot. Le Real se rapproche du titre    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ciné star
Décès de Naima Saoudi Bouanani
Publié dans L'opinion le 07 - 01 - 2013

Un an après la mort de son mari, Si Ahmed Bouanani, la costumière, décoratrice, maquilleuse et comédienne Naima Saoudi est décédée le 27 décembre 2012 à Tétouan à l'âge de 60 ans pendant le tournage d'un film. Femme de terrain et de caractère, cette dame était une véritable dynamo qui a donné au cinéma marocain toute sa ferveur depuis plusieurs décennies déjà remplissant de nombreuses fonctions à la fois. Tantôt devant devant, tantôt derrière la caméra, elle était présente au plateau de nombreux tournages sollicitée aussi bien par les cinéastes nationaux qu'étrangers.
Elle est arrivée au cinéma par amour. Amour du septième art d'abord: une histoire qui remonte à son enfance lorsque son père organisait tous les dimanches des projections à domicile de films muets en super 8. En ce temps là les héros de son père s'appelaient Charles Chaplin et Laurel et Hardy. Naima a également débarqué au cinéma par amour pour son homme. Très tôt, elle a partagé la vie et l'extrême passion d'Ahmed Bouanani, ce cinéaste dont la mémoire n'en finit pas de vadrouiller et à qui l'on doit le petit chef d'œuvre marocain "Le mirage" (1979).
Les plateaux et les hommes du cinéma, elle les a connus assez tôt en même temps que Bouanani, presque. Adolescente (née en 1953), âgée de 16 ou 17 ans, insouciante et les cheveux dans le vent, elle le suivait un peu partout dans les tournages. L'aventure commence pour Naima Saoudi un peu par hasard, un peu par amour. Nous sommes en 1970, quand un groupe de cinéastes, sous l'égide de la société "Sigma 3" s'apprête à tourner un film qui deviendra un film culte sous le titre de "Wechma" réalisé par Hamid Bennani. L'équipe fait appel à Naima Saoudi pour les maquillages et les décors. C'est premier pas franchi vers le cinéma par Naima, elle qui s'occupait à confectionner les tapis surtout connue dans le quartier comme maquilleuse qui changeait de visage et de teinture chaque jour. Avec "Wechma", elle investissait plusieurs domaines à la fois puisqu'on va la retrouver maquilleuse, décoratrice, costumière et même comédienne. Vient ensuite une expérience toute aussi enrichissante: "Les quatre sources", réalisé par Ahmed Bouanani sous forme de conte et où son talent va exploser et où elle donna libre cours à son imagination et à ses fantasmes pour coudre et découdre les costumes. Et puis d'autres expériences vont s'ajouter avec des films aussi importants que "Le coiffeur du quartier des pauvres" de Mohamed Reggab et "La plages des enfants perdus" de Jilali Ferhati.
De 1970 à 1991, Naima Saoudi a vécu à sa manière les changements du cinéma marocain et en a tiré des enseignements. De "Wechma" à "La plage", elle avait appris qu'il y a un travail de groupe au cinéma entre le chef décorateur, le décorateur et la costumière. Plus tard, sa compétence va s'élargir à l'assistance. Dans "Badis" de Mohamed Abderrahman Tazi tout comme "De l'autre coté du fleuve" de Mohamed Abbazi ou "Une porte sur le ciel" de Farida Belyazid, elle assura avec brio cette fonction. C'est l'occasion pour elle d'élaborer un plan de travail et de participer au choix des acteurs et figurants.
Moment extraordinaire, l'aventure, le tournage international, tout cela, Naima Saoudi l'a vécu avec "Tambours de feu" de Souheil Benbarka retitré "Les cavaliers de la gloire". Pendant un an, entre décors et vedettes internationales, la Russie, Essaouira et Errachidia, elle a vécu au tempo des batailles, des navires et des sérails. Travaillant jour et nuit, remplaçant à la dernière minute les costumiers turcs et russes, elle perdit 15 kilos de son poids. Cela ne va nullement la décourager pour poursuivre son chemin de technicienne du cinéma en particulier le cinéma marocain qui lui doit tant.
Filmographie sélective :
- 1994 : Unveiled
- 1994 : Le prince rebelle
- 1993 : La nuit sacrée
- 1992 : Beyond justice
- 1989 : le coq rouge
- 1988 : La dernière tentation de christ
- 2003 : Mille mois
- 2003 : Momo Mambo
- 1998 : Adieu forain
- 1996 : Lalla Hobby
- 2002 : Le miroir du fou
- 1990 : Badis
- 1992 : La plage des enfants perdus
- 2002 : And now ladies and gentlemen
- 1979 : Le mirage
- 1988 : Une porte sur le ciel
- 1978 : Les quatre sources
- 1970 : Wechma


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.