Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Haro sur les erreurs du passé !    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Mondial 2022: les Lions de l'Atlas s'offrent les Diables Rouges (2-0)    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Armement : Le Maroc négocie avec la Chine une commande de missiles    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ciné star
Décès de Naima Saoudi Bouanani
Publié dans L'opinion le 07 - 01 - 2013

Un an après la mort de son mari, Si Ahmed Bouanani, la costumière, décoratrice, maquilleuse et comédienne Naima Saoudi est décédée le 27 décembre 2012 à Tétouan à l'âge de 60 ans pendant le tournage d'un film. Femme de terrain et de caractère, cette dame était une véritable dynamo qui a donné au cinéma marocain toute sa ferveur depuis plusieurs décennies déjà remplissant de nombreuses fonctions à la fois. Tantôt devant devant, tantôt derrière la caméra, elle était présente au plateau de nombreux tournages sollicitée aussi bien par les cinéastes nationaux qu'étrangers.
Elle est arrivée au cinéma par amour. Amour du septième art d'abord: une histoire qui remonte à son enfance lorsque son père organisait tous les dimanches des projections à domicile de films muets en super 8. En ce temps là les héros de son père s'appelaient Charles Chaplin et Laurel et Hardy. Naima a également débarqué au cinéma par amour pour son homme. Très tôt, elle a partagé la vie et l'extrême passion d'Ahmed Bouanani, ce cinéaste dont la mémoire n'en finit pas de vadrouiller et à qui l'on doit le petit chef d'œuvre marocain "Le mirage" (1979).
Les plateaux et les hommes du cinéma, elle les a connus assez tôt en même temps que Bouanani, presque. Adolescente (née en 1953), âgée de 16 ou 17 ans, insouciante et les cheveux dans le vent, elle le suivait un peu partout dans les tournages. L'aventure commence pour Naima Saoudi un peu par hasard, un peu par amour. Nous sommes en 1970, quand un groupe de cinéastes, sous l'égide de la société "Sigma 3" s'apprête à tourner un film qui deviendra un film culte sous le titre de "Wechma" réalisé par Hamid Bennani. L'équipe fait appel à Naima Saoudi pour les maquillages et les décors. C'est premier pas franchi vers le cinéma par Naima, elle qui s'occupait à confectionner les tapis surtout connue dans le quartier comme maquilleuse qui changeait de visage et de teinture chaque jour. Avec "Wechma", elle investissait plusieurs domaines à la fois puisqu'on va la retrouver maquilleuse, décoratrice, costumière et même comédienne. Vient ensuite une expérience toute aussi enrichissante: "Les quatre sources", réalisé par Ahmed Bouanani sous forme de conte et où son talent va exploser et où elle donna libre cours à son imagination et à ses fantasmes pour coudre et découdre les costumes. Et puis d'autres expériences vont s'ajouter avec des films aussi importants que "Le coiffeur du quartier des pauvres" de Mohamed Reggab et "La plages des enfants perdus" de Jilali Ferhati.
De 1970 à 1991, Naima Saoudi a vécu à sa manière les changements du cinéma marocain et en a tiré des enseignements. De "Wechma" à "La plage", elle avait appris qu'il y a un travail de groupe au cinéma entre le chef décorateur, le décorateur et la costumière. Plus tard, sa compétence va s'élargir à l'assistance. Dans "Badis" de Mohamed Abderrahman Tazi tout comme "De l'autre coté du fleuve" de Mohamed Abbazi ou "Une porte sur le ciel" de Farida Belyazid, elle assura avec brio cette fonction. C'est l'occasion pour elle d'élaborer un plan de travail et de participer au choix des acteurs et figurants.
Moment extraordinaire, l'aventure, le tournage international, tout cela, Naima Saoudi l'a vécu avec "Tambours de feu" de Souheil Benbarka retitré "Les cavaliers de la gloire". Pendant un an, entre décors et vedettes internationales, la Russie, Essaouira et Errachidia, elle a vécu au tempo des batailles, des navires et des sérails. Travaillant jour et nuit, remplaçant à la dernière minute les costumiers turcs et russes, elle perdit 15 kilos de son poids. Cela ne va nullement la décourager pour poursuivre son chemin de technicienne du cinéma en particulier le cinéma marocain qui lui doit tant.
Filmographie sélective :
- 1994 : Unveiled
- 1994 : Le prince rebelle
- 1993 : La nuit sacrée
- 1992 : Beyond justice
- 1989 : le coq rouge
- 1988 : La dernière tentation de christ
- 2003 : Mille mois
- 2003 : Momo Mambo
- 1998 : Adieu forain
- 1996 : Lalla Hobby
- 2002 : Le miroir du fou
- 1990 : Badis
- 1992 : La plage des enfants perdus
- 2002 : And now ladies and gentlemen
- 1979 : Le mirage
- 1988 : Une porte sur le ciel
- 1978 : Les quatre sources
- 1970 : Wechma


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.