Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Le dirham s'est apprécié de 0,95% face à l'euro    Botola Pro D2 : L'Union Touarga promue en élite    Service militaire : adhésion massive des jeunes marocains    Cours des devises du lundi 16 mai 2022    Web TV et nouvelle version web, la Narsa se digitalise (VIDEO)    Fusillade à Buffalo: Biden appelle les Américains à éradiquer la haine raciale    Blinken se dit « confiant » par rapport à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN    VIDEOS: il était une fois, les attentats du 16 mai 2003    La DGSN fête ce lundi le 66e anniversaire de sa création    Coupe de la CAF : La RSB signe une large victoire et file en finale    France/foot: Mbappé élu meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Botola : le Raja rate le coche face à Oued Zem (VIDEO)    À voir : l'exploit individuel de Théo Hernandez vu des gradins du San Siro (VIDEO)    Tennis : Ons Jabeur se hisse à la 6e place mondiale    Covid-19 en Chine : Retour à la normale en juin à Shanghai    France: Levée de l'obligation du masque dans les transports en commun    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    La météo pour ce lundi 16 mai 2022    Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'esprit Bouanani | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 12 - 11 - 2012

Des images et des écrits qui scandent l'Histoire du Maroc, des dessins et des poèmes qui se font conteurs, les liens retraçant l'œuvre intemporelle d'Ahmed Bouanani à fleur de vérité, ont ponctué l'hommage qui lui a été consacré du 7 au 10 novembre à la Cinémathèque de Tanger.
Hommage émouvant rendu en présence de Naïma Bouanani, épouse d'Ahmed Bouanani et de leur fille Touda (ci-dessous).
Transmettre, révéler, sauvegarder. Les verbes sont en plein efflorescence, repris par les nombreuses âmes, réunies durant ces quatre jours entièrement dévolus à feu Ahmed Bouanani. La surprise se mêlant souvent à la découverte de ce rare esprit du septième Art et de la littérature marocaine, c'est l'émotion qui se manifeste à travers toutes les voies: le public, la profession et la critique manifestement sous le choc d'une puissante œuvre.
Une œuvre exhumée de l'oubli et qui subjuguent par son tale et sa poésie «Mirage» long-métrage en noir et blanc, réalisé en 1970 par Ahmed Bouanani, crée déjà l'étonnement lors de sa projection. «C'est notre Eisenstein» conclut un étudiant de l'Ecole de cinéma, lorsqu'il évoque ce que lui inspire les films du cinéaste disparu en 2011. Cette fable d'hier, met en scène un homme qui découvre de l'argent dans un sac de farine, la métaphore prend alors sens et c'est un héros du quotidien, en quête de reconnaissance et d'une vie meilleure, qui se révèle. Témoins privilégiés de la genèse de cette œuvre, Naima Bouanani, épouse d'Ahmed Bouanani et Touda Bouanani, leur fille, sont présentes et redoublent d'attention et de générosité, afin de partager nombre de souvenirs, d'anecdotes et de détails avec le public.
Des déclarations de cœur
On apprend que l'épouse du défunt a activement participé à la réalisation de tous ses films, tour à tour directrice de production, costumière, maquilleuse et comédienne. Elle fut longtemps sollicitée par la profession, Faouzi Bensaidi lui a demandé de travailler sur son premier court-métrage «La falaise». Ont suivi d'autres projections de courts-métrages, de documentaires et de fictions, d'autres cris toujours murmurés avec finesse, au fil d'une narration traversée par la force de l'image. Une véritable leçon de cinéma prend vie à coups de films signés à la fin des années soixante: «Mémoire 14» en 1971, «6/12» en 1968. Le premier s'inspire d'une poésie homonyme autour de la question de la mémoire collective, tandis que le second s'attache à brosser l'éveil de Casablanca, entre 6h du matin et midi, mâtiné de sons jazz. Stigmates récurrents de ses opus? L'œil de Bouanani à l'affût du pouls battant de la Ville dans «6/12» ou qui compose avec les images d'archives dans «Mémoire 14». Autant de films qui sont le témoignage d'une richesse cinématographique et culturelle, forte d'un patrimoine d'une rare densité humaine. «C'est important pour nous d'être à Tanger et de découvrir cette œuvre, notre Histoire et notre cinéma», explique Sanae Khardani, étudiante à l'ECAM (Etudes cinématographiques et Audiovisuelles Marrakech). Sanae avait de plus participé à l'atelier de réalisation, sous la direction de François Hien et de Abdelmajid Kellou. Comme neuf autres étudiants, elle a signé un court métrage documentaire, dans le cadre de l'atelier 2 -Histoires vraies- à la manière de David Lynch, avec son «Interview project», articulée autour de personnes racontant leurs véritables histoires.
Vigueur des ateliers «Bouanani»
Quatre ateliers se sont, en effet, tenus durant ces quatre jours et nuits, puisque certains étudiants ont travaillé jusqu'à des heures très tardives, pour finaliser leurs premiers films. L'atelier 1 Archives et Cinéma, animé par Ali Essafi et Diego Sarramon, s'est basé sur des images d'archives de la Cinémathèque de Tanger. L'atelier 3 Art Vidéo Poésie, chapeauté par Ismael Bahri et Touda Bouanani, s'est appuyé sur des films courts à partir de textes et de poèmes extraits de l'œuvre d'Ahmed Bouanani. Enfin l'atelier 4 Tanger de 6 à 12 a montré la Ville de 6h à midi. Pour Saly Shafto, enseignante à l'Ecole de cinéma de Ouarzazate «ces ateliers sont très importants, car les étudiants créent en temps réel et échangent avec d'autres étudiants issus des écoles de Tétouan, de Casablanca, de Marrakech, de Ouarzazate. Cela les conforte dans leur désir de cinéma». Quant à Léa Morin, actrice culturelle indispensable de la Cinémathèque de Tanger, elle souligne l'impact de ces rencontres car «Les étudiants sont à présent imprégnés de l'œuvre de Bouanani», précisant également que tous ces ateliers ont bénéficié du soutient du Jan Vrijman Fund/IDA (Pays-Bas). Future surprise, le documentaire en projet d'Ali Essafi retraçant les derniers moments de feu Ahmed Bouanani. Passionné par le cinéaste, Essafi a fortement contribué à cet hommage…
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.