Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Le dirham s'est apprécié de 0,95% face à l'euro    Botola Pro D2 : L'Union Touarga promue en élite    Service militaire : adhésion massive des jeunes marocains    Cours des devises du lundi 16 mai 2022    Web TV et nouvelle version web, la Narsa se digitalise (VIDEO)    Fusillade à Buffalo: Biden appelle les Américains à éradiquer la haine raciale    Blinken se dit « confiant » par rapport à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN    VIDEOS: il était une fois, les attentats du 16 mai 2003    La DGSN fête ce lundi le 66e anniversaire de sa création    Coupe de la CAF : La RSB signe une large victoire et file en finale    France/foot: Mbappé élu meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Botola : le Raja rate le coche face à Oued Zem (VIDEO)    À voir : l'exploit individuel de Théo Hernandez vu des gradins du San Siro (VIDEO)    Tennis : Ons Jabeur se hisse à la 6e place mondiale    Covid-19 en Chine : Retour à la normale en juin à Shanghai    France: Levée de l'obligation du masque dans les transports en commun    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    La météo pour ce lundi 16 mai 2022    Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali : Au lendemain de la visite de Hollande
La France accentue ses frappes près de Kidal
Publié dans L'opinion le 04 - 02 - 2013

L'armée française a massivement bombardé dimanche la région de Kidal, dernier fief des groupes islamistes armés dans l'extrême nord du Mali, près de la frontière algérienne, au lendemain de la visite triomphale du président français François Hollande, accueilli comme un llibérateur.
Le chef de l'Etat français - «Papa François Hollande», comme l'ont surnommé les habitants de Tombouctou, «frère de tous les Maliens et ami sincère de l'Afrique», selon le président malien par intérim Dioncounda Traoré - a dénoncé avec force la «barbarie» des groupes islamistes armés en visitant la cité emblématique de Tombouctou, mutilée par les jihadistes.
Il a promis aux Maliens que la France n'avait pas encore «terminé sa mission» face aux «terroristes» et il a assuré que les soldats français seraient au côté des militaires maliens pour, «plus au Nord, finir cette opération» de reconquête de l'intégrité territoriale du pays.
Le ministre malien des Affaires étrangères, Tièman Hubert Coulibaly, a d'ailleurs souhaité que l'opération française se poursuive au Mali, «d'autant que la dimension aérienne est très importante», «face à des combattants aguerris dont il faut détruire l'arsenal», dans un entretien à l'hebdomadaire français Le Journal du dimanche.
Si les deux principales villes du nord du Mali, Gao et Tombouctou, ont été reprises, quasiment sans combats, aux groupes islamistes armés qui occupaient ces régions depuis des mois, la situation est plus complexe «plus au Nord», autour de Kidal, et du massif des Ifoghas.
C'est là que d'»importantes frappes aériennes» ont été effectuées dans la nuit de samedi à dimanche, au nord de Kidal et dans la zone de Tessalit, selon le porte-parole de l'état-major des armées françaises.
Le colonel Thierry Burkhard a précisé que ces bombardements visaient «des dépôts logistiques et des centres d'entraînement» des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda, un peu plus de trois semaines après le début de l'intervention militaire française.
Kidal, à 1.500 km de Bamako, dans l'extrême nord-est malien, près de la frontière algérienne, a longtemps été le bastion d'Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), un des groupes armés qui a multiplié les exactions dans le Nord malien. Mais, avant même l'arrivée dans la nuit du 29 au 30 janvier de soldats français qui ont pris le contrôle de l'aéroport de la ville, elle était passée sous le contrôle du Mouvement islamique de l'Azawad (MIA, groupe dissident d'Ansar Dine) et du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg).
Ces deux groupes ont assuré la France de leur soutien, mais ils ont exigé qu'aucun soldat malien, ni ouest-africain, ne soit déployé à Kidal, berceau traditionnel des rébellions touareg contre le pouvoir de Bamako, craignant notamment des exactions visant les communautés arabe et touareg.
De telles exactions visant ces ethnies, assimilées aux groupes islamistes armés, ont été rapportées dans le centre et le nord du Mali par plusieurs ONG. Samedi, François Hollande et Dioncounda Traoré ont prôné ensemble une conduite «exemplaire» de la part de leurs soldats.
«Libérer les otages»
De nouveaux renforts français sont arrivés samedi à Kidal par avion, selon des habitants. Et des soldats tchadiens (pays non membre de l'Afrique de l'Ouest) ont commencé à se déployer en ville.
Selon plusieurs témoignages d'habitants, militaires français et tchadiens ont patrouillé pour la première fois samedi dans les rues de Kidal. Des Tchadiens ont même été aperçus sur le marché de la ville, en train de faire des courses.
Le contingent tchadien à Kidal serait d'environ 150 soldats, selon des témoins.
Sur place, la population semble réservée: «On ne sait pas ce qui va se passer. Nous ne voulons pas de guerre ici», résume un ancien fonctionnaire de la mairie de Kidal, joint par téléphone.
C'est aussi dans la vaste zone de montagnes et de grottes autour de Kidal que, selon des experts et des sources de sécurité régionales, une bonne partie des chefs et des combattants des groupes islamistes se sont réfugiés.
Parmi eux se trouveraient l'Algérien Abou Zeïd, un des émirs les plus radicaux d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Iyad Ag Ghaly, chef d'Ansar Dine, un ex-rebelle touareg malien des années 1990, originaire de Kidal qui connaît parfaitement la région.
Le MNLA a affirmé samedi que ses combattants ont eu vendredi «un accrochage» avec une unité d'islamistes dans la région de Tessalit, qui s'est conclu par «l'arrestation de plusieurs jihadistes».
D'après Paris, c'est aussi dans la région de Kidal que seraient détenus les sept otages français au Sahel. Leur sort a brièvement été évoqué par François Hollande samedi, qui a jugé que «les ravisseurs doivent comprendre que le moment est venu de libérer les otages», ajoutant que les forces françaises au Mali en étaient désormais «tout près».
A Tombouctou, les «Vive les Aigles» saluant la victoire du Mali sur l'Afrique du Sud et sa qualification pour les demi-finales de la Coupe d'Afrique des Nations ont succédé samedi soir aux «Vive la France» qui avaient célébré plus tôt le chef d'Etat français.
Le courant électrique avait même été rétabli quelques heures pour permettre à la population de suivre le match. Et dimanche matin, le réseau de téléphonie mobile, coupé depuis le 27 janvier, était rétabli en ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.