Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Simple opinion : Manger Halal au Maroc... loin d'être une mince affaire
Publié dans L'opinion le 12 - 01 - 2014

Il arrive qu'on tombe au Maroc sur des friandises et des plats cuisinés dont les ingrédients nous laissent sceptiques. Est-ce halal ou pas ? De l'alcool contenu dans l'extrait de vanille, du vinaigre de fruits, de la gélatine d'origine inconnue qu'on retrouve dans la guimauve, entre autres. En toutes petites quantités soit, mais « petites quantités » dont on semble avoir « omis » d'en aviser préalablement le consommateur, ou alors que la notice pour cet effet est tellement petite qu'elle échappe soit à l'attention de la majorité, soit enlève toute envie de chercher à la « déchiffrer ».
Sans doute que certains jugent anodin le fait de glisser quelques gouttes d'alcool dans un chocolat ou quelques pincées de gélatine dans un gâteau ne mérite pas qu'on en fasse tout un plat... et c'est là ou le bât blesse.
C'est ce manque d'information que l'on rencontre aussi dans les fast-foods. Beaucoup de panneaux lumineux pour vanter des cuisses de poulets ou des burgers dégoulinants de calories, des menus outrageusement déséquilibrés... mais aucun affichage flagrant pour informer des excès qu'on risque de commettre.
En tant que pays musulman, ce manque d'informations et de clarté doit nous interpeller et nous pousser à nous poser un tas de questions essentielles et surtout légitimes : Comment parvient-on à égorger des milliers de veaux et de poulets destinés quotidiennement au monde musulman, tout en parvenant à respecter scrupuleusement le rite religieux ?Qui s'occupe de l'accomplissement de cette tâche ? Des non-musulmans ? Des machines ? Des imams ?...Qui en contrôle la bonne procédure pour le compte du monde musulman ?
Nous avons droit à l'Information, car chaque famille marocaine qui se dirige vers un restaurant du fast-food a le droit de tout savoir sur l'origine de la viande qu'elle consomme et dans ce cas précis, si elle est Halal ou pas. Elle doit être certaine que toutes les garanties nécessaires concernant le respect de notre rite musulman lors du sacrifice des animaux ont été scrupuleusement suivies et respectées. Libre après à chacun d'y aller ou pas, d'y amener ses enfants ou pas. Mais le droit à l'information et un contrôle rigoureux sont indiscutables et doivent être pris en considération.
Cet occident vis-à-vis duquel on semble avoir une confiance aveugle, ses citoyens se sont naguère trouvés avec de la viande hachée de cheval, fourguée dans leurs lasagnes, au lieu du veau qu'ils croyaient avoir dans leurs assiettes. Preuve en est, que des mafias se sont bien introduites et incrustées dans le circuit de la viande et le manipule à merveille comme bon leur semble.
On peut faire passer de la viande hachée roumaine, pour un label français ou italien et tant d'autres magouilles, au nez et à la barbe des contrôles occidentaux « réputés » rigoureux.
Alors si nous, musulmans, continuons à dormir sur nos lauriers et à faire...aveuglément confiance, cela ne doit pas nous étonner si on se trouve demain avec de la viande hachée de Rats, venue du Vietnam ou de Chien de Corée...
Interrogé à ce sujet, le président de l'Association protectrice du consommateur UNICONSO d'El-Jadida, M. Moncif Madih, nous a déclaré : « L'importation des poulets et des viandes rouges halal importés par les grands restaurants à la franchise étrangère doivent obligatoirement avoir un certificat halal des pays d'origines et le présenter aux autorités marocaines pour qu'il soit validé par l'ONSSA (Office Nationale de la Sécurité et de la Santé Alimentaire ‘'animale ‘'). La vérification se fait aux frontières par le bureau de contrôle et la douane.
Concernant le respect du rite musulman de l'égorgement des animaux, cela reste flou et l'on ne possède aucune véritable garantie. »
Sachons une bonne fois pour toutes que ces fast-foods sont des temples réputés universellement pour leur malbouffe, d'être des pourvoyeurs d'obésité et des fossoyeurs de la santé publique, et pour cause : une alimentation chargée en calories, en gras, en sel et en sucre.
Peut-on donc, avoir confiance en de telles chaines de restauration, si « radins » en informations nutritionnelles ?
Et les seuls fois ou ils apposent de savantes étiquettes nutritionnelles sur les emballages ou au dos des sets posés sur les plateaux, ils le font trop tard, puisqu'on ne peut accéder à ces précieux renseignements qu'une fois le produit... acheté et qu'on a plus envie à se remplir la panse, qu'à jouer au consommateur averti.
Loin de vouloir jouer les mauvaises longues, le rappel de ces restaurants est un choix pris dans le tas car la restauration bien de chez nous ne se la joue pas toujours plus transparente. Preuve en est que les viandes égorgées au Maroc ne s'avèrent pas toujours propres à la consommation ni qu'elles proviennent d'animaux consommables par les Musulmans. Charognes, chair d'ânes et je ne sais quels autres animaux ont déjà trouvé leur place dans les plats de certaines gargotes. Alors, halal ou pas ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.